Nous suivre Industrie Techno

Editorial

Intelligence artificielle : Bill Gates, Elon Musk et Stephen Hawking gagnés par la technopanique?

Intelligence artificielle : Bill Gates, Elon Musk et Stephen Hawking gagnés par la technopanique?

© DR

Après Elon Musk et Stephen Hawking, Bill Gates a à son tour fait part de son "inquiétude" face à l'essor des technologies d'intelligence artificielle, sur le site de chat Reddit.
Si l'existence de craintes liées aux nouvelles technologies n'est pas nouvelle, le fait que ce soient des entrepreneurs, innovateurs ou scientifiques de premier plan qui manifestent leur crainte est moins fréquent.
Seraient-ils devenus plus circonspects?

La technopanique gagnerait-elle du terrain ? Après les craintes suscitées par le nucléaire, les OGM, les ondes électromagnétiques, les nanotechnologies, les gaz de schiste ou les drones (et j'en oublie sans doute), l'inquiétude gagne le numérique. Outre la collecte de nos données personnelles, ce sont les algorithmes surpuissants, et l'intelligence artificielle à laquelle ils donnent naissance, qui génèrent une certaine anxiété. Avec une nouveauté : les lanceurs d'alerte sont cette fois-ci des personnalités de premier plan du monde de l'innovation. Après Elon Musk, qui fait part depuis des mois, Urbi et Orbi, de ses appréhensions, Stephen Hawking et Bill Gates y sont allés de confidences sur leur "inquiétude" face aux développements tous azimuts de l'intelligence artificielle. Une préoccupation que partagent plusieurs experts en robotique ou en informatique et même des employés des laboratoires d'intelligence artificielle de Google, Facebook et Microsoft !

Le fondateur de Paypal, SpaceX et Tesla Motors a récement annoncé un don de dix millions de dollars pour des recherches visant à éviter que l'intelligence artificielle ne se retourne contre l'humanité. Bien sûr, Elon Musk, qui a lui-même misé sur l'intelligence artificielle via les sociétés DeepMind (rachetée depuis par Google) et Vicarious, et Bill Gates, qui investit massivement sur le sujet, pourraient avoir une arrière-pensée. En soutenant l'étude des risques, ils contribueraient à prévenir toute objection pour, in fine, nous rendre acceptable la cohabitation avec des machines intelligentes (ne serait-ce que, par exemple, des Tesla autonomes). Mais au fond, peu importe. Le fait que ceux qui développent audacieusement les technologies de demain se préoccupent aussi de leur acceptabilité est plutôt une bonne nouvelle. La peur a, si l'on peut dire, changé de « camp »... sauf qu'il n'y a pas de camp, puisque les utilisateurs, comme les inventeurs, ont intérêt à ce que les innovations prometteuses ne soient ni tuées dans l'oeuf, ni détournées de leur usage bénéfique.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0973

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ce robot performe dans le jeu d’adresse Jenga

Ce robot performe dans le jeu d’adresse Jenga

Equipé d’une caméra et de capteurs de force, le nouveau robot du MIT apprend rapidement la meilleure façon[…]

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Fake news : ces technologies qui les traquent

Fake news : ces technologies qui les traquent

Cybersécurité, laboratoire de robotique, éolienne… les meilleures innovations de la semaine

Cybersécurité, laboratoire de robotique, éolienne… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles