Nous suivre Industrie Techno

Intel est implanté en France depuis … 40 ans

Intel est implanté en France depuis … 40 ans

Le laboratoire ECR (Exascale Computing Research) d'Intel prépare le futur des super-calculateurs

© DR

Dès que l’on évoque les micro-processeurs le nom d’Intel apparait. Logique pour la firme qui en est à l’origine. Mais aujourd’hui Intel travaille aussi sur les technologies mobiles et les super-calculateurs où les équipes de R&D implantées en France sont en pointe depuis longtemps.

Quand on parle de microprocesseurs et des fabricants qui y sont associées, on pense tout de suite nouvelles technologies. Pourtant l’invention du microprocesseur remonte à 1969 !

En effet, cela fait déjà 45 ans que Marcian Hoff et Federico Faggin, deux ingénieurs d'une toute jeune start-up, Intel, ont réussi, à la demande d’un client, à placer dans un même circuit intégré tous les composants nécessaires pour confectionner un processeur. Et c’est en 1971 qu’apparaitront sur le marché les premiers microprocesseurs de série, l’Intel 4004 fonctionnant sur 4 bits, puis l’Intel 8008 fonctionnant sur 8 bits. Ils sont les ancêtres des Intel 8080, Zilog Z80 et Intel x86 et suscitèrent la concurrence de quelques autres fournisseurs tels Motorola ou MOS Technology.

Des micro-processeurs rapides car compacts, économiques et fiables car intégrés, et consommant peu, qui furent au cœur des premiers micro-ordinateurs. Des machines popularisées par l’Apple II, le Tandy TRS-80 et le Commodore PET 2001 dès 1977, puis par l’IBM PC en 1981. Des micro-ordinateurs qui quittèrent le bureau pour devenir portables, puis se connectèrent à l’Internet, avant de connaitre aujourd’hui une réincarnation sous forme de smartphones et de tablettes.

Cela fait presque oublier qu’Intel a aujourd’hui 46 ans et qu’il est présent en France depuis 40 ans, puisqu’il s’est implanté à Rungis le 29 octobre 1974. D’un unique bureau commercial la filiale française est passée à six sites dont cinq laboratoires de R&D situés à Meudon (92), Sophia-Antipolis (06), Toulouse (31), au campus Teratec (91), à Montpellier (34) et à Nantes (44), spécialisés dans les technologies mobiles et les infrastructures du calcul intensif. Intel France compte ainsi aujourd’hui près d’un millier d’employés, dont plus de 80 % de chercheurs et ingénieurs travaillant en R&D.

Une R&D ancrée dans un futur proche

A travers la réunion des compétences et des savoir-faire de ses sites de Sophia-Antipolis, de Toulouse, de Montpellier et de Nantes, Intel France travaille activement autour des technologies mobiles et de cette réalité déjà en marche d’appareils toujours plus fins et autonomes, toujours plus connectés et tournés vers de nouveaux usages. Un univers tout connecté qui est sensé apporter demain confort d’utilisation et interopérabilité quels que soient le type de terminal ou la norme réseau adoptés, avec une liberté de connexion repoussée toujours plus loin grâce à des modules sans fil et cellulaires encore plus évolués.

Mais Intel France travaille également activement dans le domaine des futurs super-calculateurs ‘‘exascales’’. D’ici 2020 selon les prévisions, ces derniers seront mille fois plus puissants et performants pour une consommation énergétique seulement dix fois supérieure à celle des machines actuelles. Avec à la clé la promesse d’un véritable bond en avant des applications dans la santé (autour de l’analyse du génome notamment), les géosciences, les énergies nouvelles, la météorologie, la science des matériaux, etc. Pour atteindre cet objectif vertigineux, une approche collaborative très forte sera nécessaire entre partenaires académiques et industriels. Depuis ses débuts, c’est tout le principe de l’ECR de Bruyères-le-Châtel qui entend en être l’un des catalyseurs en France.

Ainsi depuis son implantation à Rungis, Intel France n’a cessé de s’enraciner plus profondément dans l’Hexagone à travers l’accroissement de ses effectifs et la multiplication de ses structures. Depuis 2009 cette dynamique de croissance s’inscrit plus particulièrement dans la R&D, impulsée par la volonté d’Intel de faire de la France un pays majeur dans le développement des technologies mobiles et du calcul intensif.

Et ça, c’est nouveau !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.intel.fr

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Jacques Lewiner "La microfluidique est par essence pluridisciplinaire"

Jacques Lewiner "La microfluidique est par essence pluridisciplinaire"

A l'occasion de la seconde édition du rendez-vous Summer School : Microfluidic for health, organisé du 26 au 30 août, par[…]

29/08/2019 | RechercheMédical
"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

L’IA française se dope au  calcul intensif

L’IA française se dope au calcul intensif

Plus d'articles