Nous suivre Industrie Techno

Inria et Cemagref se rapprochent dans les sciences de l'environnement

Thomas Blosseville
Inria et Cemagref se rapprochent dans les sciences de l'environnement

La modélisation au service de l'environnement

© DR

L'Inria et le Cemagref ont signé un accord cadre de collaboration. Les deux organismes ont fixé les modalités pour des projets de recherche communs. Eolien, pollution, gestion des déchets... Inria et Cemagref veulent développer des outils numériques dédiés aux sciences de l'environnement.

L'Inria et le Cemagref renforcent leur collaboration. Les deux organismes ont signé un accord cadre pour des projets de recherche autour des problématiques environnementales. Le Cemagref apportera sa capacité à développer des outils de modélisation et de visualisation des systèmes environnementaux. L'Inria, son expertise en mathématiques appliquées, ainsi que dans les outils et méthodes informatiques.

Transfert de technologies

Cette collaboration doit déboucher sur des outils d'analyse et de stockage pour :
 

  • modéliser et prédire des phénomènes environnementaux ;
  • analyser des scénarii et évaluer la pertinence des politiques environnementales ;
  • concevoir des stratégies de prévention et d'adaptation pour des situations à risque.


"Nous prévoyons demain la même irruption du numérique dans les sciences de l'environnement, qu'aujourd'hui dans la santé", prévoit Michel Cosnard, le PDG de l'Inria. "L'objectif de cet accord n'est pas uniquement d'acquérir des connaissances. Mais aussi le développement et le transfert de technologies, logicielles et matérielles, vers l'industrie."

Contrôle d'éoliennes

Inria et Cemagref disposent déjà, depuis un an, d'une équipe de recherche commune. Basée à Rennes, l'équipe Fluminance regroupe un vingtaine de chercheurs, doctorants et post-docs. Elle a pour but d'analyser, de décrire et de contôler des écoulements à partir de séquences d'images. Il s'agit de définir des lois de commande qui s'appuyent sur la visualisation de données. Parmi les applications, le contrôle des éoliennes.

L'accord cadre fixe les modalités de collaboration en termes de propriété intellectuelle ou de transfert technologique des futurs projets communs. Comme dans la simulation de biofilms bactériologiques pour le traitement des eaux usées et des déchets. Ou la modélisation des écoulements dans les milieux sous-terrains pour la gestion des ressources (eau, pétrole...), la prédiction des risques de pollution, l'aide à la dépollution...

Thomas Blosseville

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ce robot performe dans le jeu d’adresse Jenga

Ce robot performe dans le jeu d’adresse Jenga

Equipé d’une caméra et de capteurs de force, le nouveau robot du MIT apprend rapidement la meilleure façon[…]

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Fake news : ces technologies qui les traquent

Fake news : ces technologies qui les traquent

Cybersécurité, laboratoire de robotique, éolienne… les meilleures innovations de la semaine

Cybersécurité, laboratoire de robotique, éolienne… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles