Nous suivre Industrie Techno

[Innover contre le virus] StopCovid, le pétard mouillé

[Innover contre le virus] StopCovid, le pétard mouillé

Pendant l'été, Industrie & Technologies revient sur plusieurs mois de mobilisation des industriels et des chercheurs pour faire face à la pandémie de Covid-19. Fiasco parmi les fiascos, StopCovid, l’application de suivi des cas contacts (contact tracing) a fait couler beaucoup d’encre… avant même d’exister. Industrie & Technologies a décortiqué les approches technologiques envisagées par le secrétaire d’Etat au Numérique, Cédric O, et ses évolutions. Jusqu’à sa sortie, et son échec. En attendant un rebond ?

Décryptage d’une application en devenir aux contours flous et à l’efficacité douteuse

Tout a commencé le 13 avril. Dans son discours, Emmanuel Macron évoque le développement d’une application pour smartphones de suivi des cas contacts pour aider à appréhender un futur déconfinement plus sereinement. Pour le moins embryonnaire, le projet est critiqué de toutes parts : non-respect de la vie privée, vulnérabilité aux cyberattaques, efficacité remise en cause. Industrie & Technologies a pris le temps de décortiquer les pistes technologiques envisagées par le gouvernement qui ont si peu convaincu les experts en sécurité des systèmes d’information.

StopCovid repoussée aux calendes grecques ?

S’il s’est fermement engagé sur l’approvisionnement en masques et en tests, Edouard Philippe botte en touche concernant StopCovid. Loin d’étre prête, l’appli ne fera pas partie de son plan de déconfinement. Cédric O, lui, se bat pour faire plier Apple et Google, qui refusent de permettre à la technologie Bluetooth, sur laquelle reposera StopCovid, de fonctionner constamment en arrière-plan des téléphones. Qu’à cela ne tienne, le secrétaire d’Etat abdique mais balaie d’un revers de la main la solution alternative « décentralisée » proposée par les deux Gafam, au nom de la souveraineté numérique. L’appli française sera disponible le 2 juin, annonce-t-il le 5 mai, mais reposera sur le protocole centralisé Robert, développé par l’Inria et le Fraunhofer allemand – entre temps délaissé par l’Allemagne au profit de la solution d’Apple et Google. En coulisses, toutefois, l’Inria travaille sur un autre protocole, moins centralisé, lui, baptisé Désiré – ou Desire en anglais. Un nom évocateur…

Feu vert du Parlement

C’est pourtant sous sa première version, s’appuyant sur Robert, qu’est lancée l’application le 2 juin, après une large validation des deux chambres du Parlement français. L’occasion pour Industrie & Technologies de répondre à quelques questions sur son fonctionnement réel… et sur les mystères qui perdurent, même après son lancement.

Après une adoption décevante, cap sur une v2 plus performante pour anticiper la seconde vague

Toujours aussi critiquée après sa sortie, StopCovid ne convainc pas non plus les Français : elle a été téléchargée seulement 1,9 millions de fois en près d’un mois contre 10 millions pour son homologue allemande dans le même laps de temps. Pire : seules 14 notifications ont été envoyées à des cas contacts jugés à risque, pour qu’ils se fassent dépister. Un rapport d’information du Sénat juge même, le 8 juillet, que son « utilité sanitaire concrète à ce jour semble bien négligeable ». Pourtant, Cédric O continue de défendre l’application et annonce une deuxième version (plus exactement une v1.1) plus performante, pour mieux appréhender une potentielle deuxième vague de l’épidémie.


Et aussi :

Juniper Mist dévoile une solution de traçage de contacts en entreprise combinant Bluetooth, WiFi et IA


Le spécialiste des réseaux locaux sans fil lance une offre d’outils pour tracer et prévenir la propagation du virus responsable du Covid-19 en entreprise, s’appuyant sur son architecture réseau, le Bluetooth, le Wifi et des algorithmes de machine learning. Il la présente comme une alternative à StopCovid.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Big Data Paris : optimisation sous contrainte et machine learning, les clés de Fashion Data pour rendre la mode « éco-rentable »

Big Data Paris : optimisation sous contrainte et machine learning, les clés de Fashion Data pour rendre la mode « éco-rentable »

La jeune pousse Fashion Data, fondée en 2019, a remporté les Trophées de l’innovation dans la catégorie start-up,[…]

« L’automatisation et l'IoT au service de la production sont plus que jamais stratégiques », soutient Paola Jesson, co-fondatrice du SIDO

« L’automatisation et l'IoT au service de la production sont plus que jamais stratégiques », soutient Paola Jesson, co-fondatrice du SIDO

Neuralink : « Le travail accompli est remarquable mais il manque des détails techniques clés », juge Guillaume Charvet (Clinatec)

Neuralink : « Le travail accompli est remarquable mais il manque des détails techniques clés », juge Guillaume Charvet (Clinatec)

Pour bien commencer la semaine, le point sur l’immunité face au Covid-19

Pour bien commencer la semaine, le point sur l’immunité face au Covid-19

Plus d'articles