Nous suivre Industrie Techno

INNOVATION : LA CONFUSION DES SIGLES

Qui est le responsable de l'innovation ? Le VP R&D (Vice President R&D), le CTO (Chief Technology Officer) ou le CIO (Chief Innovation Officer) ? La confusion des sigles traduit une confusion des genres qu'il est important de clarifier.

L'irruption incontrôlée de l'anglais dans la vie de nos entreprises accompagne l'évolution des titres donnés à ceux qui s'occupent de technique et d'innovation au sein des organisations.

Ainsi a-t-on longtemps parlé de directeur recherche et développement pour désigner celui ou celle qui, dans l'entreprise, couvre les activités techniques destinées à développer et à maîtriser de nouvelles technologies. Ce travail passe par des compétences scientifiques et techniques internes mais aussi par des collaborations externes avec des prestataires techniques, avec les fournisseurs comme avec des laboratoires publics. Avec l'anglais, le titre porté au dos des cartes de visite est devenu celui de VP R&D (Vice President R&D).

Mais comme les mots et les concepts qu'ils désignent s'usent, les titres fanent. Le monde des start-up s'est entiché des CTO (Chief Technology Officers). Par extension, cette dénomination a progressivement touché les grands groupes technologiques. Dans ce contexte, un CTO a pour mission de préparer son entreprise aux défis technologiques futurs, de repérer les technologies clés compte tenu des priorités stratégiques de développement des business et d'évaluer parmi les options technologiques en présence, celles qui sont les plus susceptibles de déboucher. Au passage, le CTO est, en général mais pas toujours, amené à chapeauter la R&D qui devient alors l'un des moyens disponibles pour repérer et maîtriser les technologies à venir.

À qui confier l'innovation ?

Un glissement s'est opéré dans les priorités stratégiques des entreprises. Après des années focalisées sur la réduction des coûts, les dirigeants ont pris conscience de ce que la prospérité ne peut venir des seuls plans d'économie. La prospérité suppose la croissance rentable qui, pour partie au moins, passe par l'innovation. Sans pour autant renier l'impératif de la productivité, des coûts et de la qualité, un mot d'ordre complémentaire est donc apparu, celui de la promotion de l'innovation.

Dans ce contexte, à qui confier l'innovation ? Faut-il demander à la ligne de management d'oeuvrer pour que les bonnes idées ne s'égarent pas, faisant ainsi de chacun dans l'organisation un acteur de l'innovation ? Ou faut-il nommer un directeur de l'innovation, pardon un CIO (Chief Innovation Officer), parce que le sujet est trop important pour ne pas nécessiter un responsable ? Le débat reste ouvert. D'un côté, l'innovation est affaire de culture et de management. Ceci milite pour que chacun, quel que soit son niveau de responsabilité, se sente investi d'une mission innovation. De l'autre côté, l'innovation a aussi besoin d'être organisée, via une démarche d'ensemble, avec des processus et des outils. Ceci milite alors pour la mise en place d'un CIO qui aura précisément pour tâche de mettre en oeuvre et de faire vivre cette démarche d'ensemble - sans pour autant laisser les managers opérationnels se défausser sur lui de leur propre responsabilité en matière d'innovation, au prétexte qu'il y aurait un CIO dont ce serait le job !

Les choses se corsent lorsque l'on attend du CIO qu'il soit aussi CTO et directeur R&D. S'il est vrai que l'innovation est pour partie technologique, et si elle passe pour partie par de la R&D, la confusion des genres peut à mon sens générer beaucoup d'ambiguïté. Mon avis est qu'il est alors important de clarifier les titres et les missions. En français comme en anglais. À défaut, on court le risque de ne plus trop savoir de quoi et à qui l'on parle.

« CLARIFIER LES TITRES ET LES MISSIONS SOUS PEINE DE NE PLUS TROP SAVOIR DE QUOI ET À QUI L'ON PARLE. »

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0890

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

FORMATION À L'INNOVATION L'EXEMPLE DE L'ISMANS

FORMATION À L'INNOVATION L'EXEMPLE DE L'ISMANS

L'heure est à la convergence de trois entités habituellement distinctes, les PME, les laboratoires de recherche et les grandes écoles. Dans la Sarthe,[…]

01/12/2007 | Reflexions
En 1994, il invente le Wiki

En 1994, il invente le Wiki

LA FONTE EN IMAGES

LA FONTE EN IMAGES

À NE PAS MANQUER

À NE PAS MANQUER

Plus d'articles