Nous suivre Industrie Techno

La fabrique de l'innovation

Innovation : chacun cherche sa keynote

Thibaut De Jaegher

Mis à jour le 13/10/2014 à 13h45

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Innovation : chacun cherche sa keynote

Marc Benioff, patron de Salesforce, est un adepte des keynotes.

« Si tu n’as pas fait une keynote à 50 ans, c’est que tu as raté ta vie de patron innovant… » Cette boutade, inspirée de la saillie de Jacques Séguéla au sujet des montres Rolex, on se demande si les agences d’événementiel et les directions de la communication des entreprises ne la servent pas à leurs clients ou dirigeants. Pas une semaine ne se passe sans qu’une nouvelle entreprise ne succombe à cette mode. On voit ainsi fleurir des conférences imitant les célèbres stand-up créés par Steve Jobs pour présenter ses dernières innovations un peu partout sur la planète. Aux États-Unis, c’est devenu un passage obligé : de Salesforce à Microsoft, aucun grand patron ne peut faire l’impasse sur les “keynotes”.

De ce côté-ci de l’Atlantique, c’est en train de devenir également un exercice incontournable. Octave Kabla chez OVH, Stéphane Richard chez Orange, Xavier Niel chez Free… Tous les boss de la French Tech se sont convertis à l’exercice. Avec plus ou moins de succès… Car il ne suffit (évidemment) pas de faire une “keynote” pour rendre son entreprise innovante ou pour créer l’événement. Encore faut-il réunir quelques facteurs clés de succès. En voici au moins trois :

  1. Il faut avoir de (vraies) nouveautés à présenter. Il ne suffit pas de rassembler les innovations de l’année pour alimenter une “keynote” : il faut aussi ménager quelques (vraies) surprises.
     
  2. Il faut un patron charismatique. Tout le monde ne peut pas jouer les “Steve Jobs” mais, pour présenter ses produits façon stand-up seul sur une scène, il faut un certain talent de show-man. Dans ce type d’exercice, la forme importe autant que le fond. Si la vision est indispensable, il faut être apte à vendre l’innovation par sa simple parole.
     
  3. Il faut aussi, pour l’entreprise, avoir une communauté de fans. C’est sans doute le point le plus compliqué pour nos entreprises. Mise à part Free qui a suscité une vraie communauté d’aficionados, nos autres entreprises comme Orange ne semblent pas à même de susciter autant d’engagements.

Les “French keynotes” nous laissent donc un peu sur notre faim. Mais nous aurions tort de les prendre de haut. Certes, elles sont bien de bien pâles copies comparées à l’originale, celle d’Apple, mais l’exercice nous dit quelque chose sur le rôle de l’entreprise dans la société. Toutes les entreprises, dans notre monde de réseaux sociaux, doivent parler, partager leur vision, leurs idées avec leurs salariés, leurs clients et toutes les parties prenantes. Et pour cela, la “keynote” est un outil précieux. Au-delà du champ de l’innovation, c’est un instant qui permet de créer de l’interaction avec son écosystème (au sens vivant du terme) et aussi de susciter sa propre communauté de fans.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des pixels un million de fois plus petits que ceux des smartphones

Des pixels un million de fois plus petits que ceux des smartphones

Les plus petits pixels jamais créés ont été développés par des chercheurs de l’Université de[…]

Un test pour arbitrer le match entre puces quantiques et supercalculateurs

Un test pour arbitrer le match entre puces quantiques et supercalculateurs

Iter, New Space, Intelligence artificielle... les meilleures innovations de la semaine

Iter, New Space, Intelligence artificielle... les meilleures innovations de la semaine

Facebook AI crée un personnage de jeu vidéo... à votre image !

Facebook AI crée un personnage de jeu vidéo... à votre image !

Plus d'articles