Nous suivre Industrie Techno

Ingénieur simulation : il met la complexité en équation

Sur son ordinateur, l'ingénieur simulation simplifie pour mieux reconstituer. Se frotter à la modélisation prépare sans conteste au métier de chef de projet. Car pour gérer une équipe, encore faut-il maîtriser le produit.

LE CONSEIL DU PRO

« Il ne faut pas avoir peur de passer du temps à détruire puis recommencer son modèle. La patience et la capacité à se remettre en cause sont des atouts essentiels dans ce métier. La variété des missions, cinq projets pour ma première année, est particulièrement stimulante. Et voir se transformer en objet réel ce que l'on a étudié durant des mois sur un ordinateur est gratifiant. »

SA MISSION

Doté d'un solide sens de l'observation, l'ingénieur simulation participe à la conception et au design de nouveaux produits via du prototypage virtuel sur ordinateur. Dans le domaine de la banque ou du climat, ses modèles permettent de prédire et d'étudier le comportement de phénomènes hors de portée de l'expérimentation classique. L'aéronautique, l'automobile, le ferroviaire sont aussi des secteurs qui font de plus en plus appel à la simulation numérique.

Il peut aussi optimiser un système : limiter l'usure d'une hélice d'hélicoptère sous l'effet du frottement de l'air, par exemple. Un savoir-faire précieux pour gagner du temps et de l'argent dans le développement d'un produit, en sautant la case des essais grandeur nature ou en tout cas en la réduisant au strict minimum.

ET LE SALAIRE DANS TOUT ÇA ?

Stratégique pour la compétitivité des entreprises, le métier est paradoxalement peu valorisé sur la fiche de paie : concurrence asiatique oblige. Facturée 427 euros voici 15 ans, la journée de prestation stagne aujourd'hui au même montant voire même à une cinquantaine d'euros de moins. Un jeune diplômé commence entre 33 000 et 35 000 euros bruts annuels.

QUELLES COMPÉTENCES ?

Née avec l'informatique, la simulation est à la conjonction de trois savoirs : les mathématiques, l'informatique et dans une moindre mesure la physique.

L'ordinateur est l'outil de travail quotidien. C'est lui qui réalise à vitesse grand V les calculs. Son maniement nécessite une bonne compréhension et une excellente maîtrise des concepts informatiques : écumer des lignes de code ne doit pas vous effrayer. Vos capacités à résoudre des équations et vos compétences algorithmiques seront appréciées également.

Moins cruciale pour des modèles financiers, la physique au sens large vous sera utile dans l'aéronautique et l'automobile, où la mécanique des fluides et des structures constituent le B-A-BA.

Rigueur, patience et curiosité sont les clés pour faire de vous un virtuose de la simulation. Votre sociabilité vous permettra de dialoguer avec les différentes parties prenantes du projet.

QUELLES FORMATIONS ?

Le métier s'apprend dans la plupart des écoles d'ingénieurs. L'Université de technologie de Compiègne (UTC)ou la faculté Paris 6 sont un vivier de cette profession. Des établissements tels que l'Insa, ou l'École supérieure d'ingénieurs Léonard de Vinci sont également cotées dans le secteur.

Pour les plus mordus, un DEA spécialisé dans la réalité virtuelle ou la programmation, les langages compilés et l'optimisation vous ouvrira les portes de l'ingénierie scientifique. Contrairement à l'ingénieur d'études, qui livre des simulations en exploitant les outils logiciels du marché, l'ingénieur scientifique de l'informatique développe et crée les codes de simulation et des outils logiciels. Souvent issu d'une grande école voire docteur, il met au point également des logiciels de haute performance sur différents types de machines.

OÙ EXERCER SES TALENTS ?

Vous trouverez facilement un job, même si la crise vient de fournir des contre-exemples terribles. Les débuts se font le plus souvent dans une SSII venant de l'assistance technique telle qu'Altran ou Alten.

Après, tous les goûts sont dans la simulation : météo, banque, assurance, ingénierie pétrolière ou aéronautique, industrie automobile, énergie... Des secteurs tels que la biologie, la pharmacie, les nanotechnologies, l'environnement en deviennent friands, avec l'avènement des calculs de risque.

Dans le domaine de l'informatique scientifique, où les besoins ne sont pas gigantesques, vous trouverez votre place chez les fabricants de logiciels tels que Dassault, Ansys, Samtech... ou bien dans les centres de recherche et les grandes entreprises développant leurs propres outils comme le CEA, EdF, Areva, Communication et Systèmes (CS)...

ET APRÈS ?

C'est un bon début de carrière qui vous permet d'évoluer vers la gestion de projet. La plupart des chefs de projet chez Airbus ou Renault ont commencé comme jeunes ingénieurs de calcul dans des SSII, prestataires des grands groupes.

Vous pouvez aussi choisir de faire carrière dans la simulation. Les experts alliant la double compétence informatique et mathématique sont très recherchés. Une entreprise comme CS compte dans son laboratoire quelques spécialistes de renommée internationale qu'elle a classé au plus haut niveau de son échelle d'expertise, et qu'elle rémunère généreusement.

En savoir plus Viadeo compte parmi ses groupes celui des ingénieurs en modélisation mécanique. Connectez-vous pour leur poser toutes les questions qui vous taraudent : http://tinyurl.com/yhn3fxc

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0922

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

De la carte à puce au e-commerce, de la Silicon Valley à Paris, des start-up aux géants industriels... Marc Bertin a roulé sa bosse avant de prendre[…]

01/11/2012 |
LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

Plus d'articles