Nous suivre Industrie Techno

Ingénieur logistique, le maître des flux

CHRISTOPHE BYS cbys@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
« Avant l'heure ce n'est pas l'heure, après l'heure ce n'est plus l'heure », telle est la devise de l'ingénieur logistique. En flux tendu, il veille à l'approvisionnement des intrants, au bon remplissage des rayons d'hypermarché ou à l'écoulement de la production quotidienne. La fonction est stratégique, car un stock optimisé, c'est de la trésorerie en plus.

LE CONSEIL DU PRO

FRANÇOIS LEMARCHAND RESPONSABLE D'INGÉNIERIE LOGISTIQUE, RATP, DIPLÔMÉ DE L'EIGSI DE LA ROCHELLE

« Un bon logisticien a un esprit pratique. Il doit comprendre les différents métiers avec lesquels il travaille, et les convaincre parfois de la nécessité de changer leurs habitudes pour une plus grande performance globale. La force de persuasion est nécessaire pour ce métier transversal qui offre une vision d'ensemble de l'entreprise. »

SA MISSION

L'ingénieur logistique gère les flux de marchandises qui entrent et qui sortent de l'entreprise. C'est une fonction qui monte, car elle participe de la maîtrise des coûts et de l'optimisation des circuits de production et de distribution.

Choix des modes de transport, du lieu d'implantation d'un entrepôt, taille du stock de pièces détachées ou sélection des prestataires sont quelques-uns des problèmes que doit résoudre le département logistique.

Il exerce son art partout : de l'industriel aux entrepôts de la grande distribution, en passant par des distributeurs spécialisés. Chez un industriel, il réduira les coûts ; sur une plate-forme logistique multiclient, il devra veiller au respect des délais.

ET LE SALAIRE DANS TOUT ÇA ?

Au bout de quinze ans de carrière, il pourra percevoir de 38 000 à 60 000 euros dans une PME et de 45 000 à 65 000 euros chez un plus grand compte.

QUELLES COMPÉTENCES ?

La rigueur de l'ingénieur est un vrai atout pour réussir dans ce métier. Ce dernier consiste avant tout à organiser des flux de matières premières ou de marchandises. Pour cela, avoir une tête bien faite, capable de comprendre et de mobiliser les enjeux d'un problème, voire de le modéliser, est un atout incomparable. « Une formation d'ingénieur donne les clés pour s'adapter à tous environnements », résume Timothée Joubert, consultant Michael Page Achats et Logistique. Autre atout de l'ingénieur : la connaissance des méthodes.

La capacité d'adaptation permettra de comprendre les spécificités du secteur ou de l'entreprise où le logisticien exercera ses talents.

Savoir négocier fait aussi partie du bagage. Dans un centre logistique, on ne croise pas que des ingénieurs. Pour emporter l'adhésion, la seule expertise de l'ingénieur suffit rarement. Le bon logisticien écoutera les revendications des uns et des autres et aura à coeur de les convaincre.

QUELLES FORMATIONS ?

C'est un métier jeune qui manque parfois de professionnels compétents. Un bac +2 ou un bac +3 spécialiste de la logistique avec quelques années d'expérience peut très bien devenir ingénieur logistique grâce à la formation continue.

Une école d'ingénieurs généralistes peut aussi ouvrir les portes de ce métier, d'autant qu'un certain nombre d'entre elles propose des cours de logistique. Pour décrocher un poste de logisticien, un intérêt pour le sujet est bien sûr indispensable.

Il existe des formations spécialisées en logistique et supply-chain. L'Institut supérieur d'études logistiques (Isel) au Havre dispense un diplôme d'ingénieur spécialiste de la logistique. D'autres formations, notamment l'Institut supérieur de logistique industrielle de Bordeaux Ecole de management, l'école supérieure de logistique industrielle de Redon, sont très réputées. Elles peuvent compléter une formation initiale d'ingénieur.

OÙ EXERCER SES TALENTS ?

Tout le monde ou presque veut avoir un ingénieur logistique. Autant dire que les débouchés ne manquent pas. La logistique est devenue une compétence critique avec des entreprises de plus en plus étendues. Être bien organisé revient à gagner du temps et de l'argent.

L'industrie automobile adore les ingénieurs logistiques. C'est de ce secteur qu'est partie la révolution organisationnelle du juste-à-temps. Constructeurs, sous-traitants, sous-traitants des sous-traitants, tous ont besoin de logisticiens pour réduire au minimum les stocks intermédiaires en évitant les arrêts de production.

Désormais, l'industrie tout entière s'est convertie au zéro stock. La chimie, l'agroalimentaire, la métallurgie recrutent des logisticiens pour optimiser les processus.

Il peut aussi travailler dans une entreprise de service, à commencer par les entreprises de transport : RATP, SNCF...

Même les associations humanitaires comptent des ingénieurs logistiques pour préparer leurs interventions.

ET APRÈS ?

Les métiers de la supply-chain sont des débouchés naturels. La progression dans le métier conduira un junior à superviser des flux de plus en plus importants, à encadrer des équipes plus nombreuses.

Ceux qui sont tentés par l'air du grand large peuvent réaliser une jolie carrière internationale. Les grands groupes et toute entreprise possédant des implantations dans plusieurs pays, doivent optimiser leur logistique. Après quelques années d'expérience sur le terrain, un ingénieur logisticien peut sillonner le monde pour apporter son savoir-faire.

Pour peu qu'il possède un profil général, un logisticien peut devenir directeur d'une unité de production. Après tout, il sait comment maîtriser les coûts d'approvisionnement.

Voulu ou subi par des quinquas qui ne retrouvent pas d'emplois, le métier de consultant spécialiste constitue aussi un débouché important.

Pour en savoir plus

Une étude de Michael Page sur les métiers de la logistique est disponible à cette adresse http://bit.ly/5M7osR

Le site de l'association française pour la logistique (http://www.aslog.org/fr/index.php) donne de nombreuses informations sur la formation et les métiers.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0919

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ingénieur simulation : il met la complexité en équation

Ingénieur simulation : il met la complexité en équation

Sur son ordinateur, l'ingénieur simulation simplifie pour mieux reconstituer. Se frotter à la modélisation prépare sans conteste au métier de chef de[…]

Ingénieur acousticien : le dresseur de son

Ingénieur acousticien : le dresseur de son

Plus d'articles