Nous suivre Industrie Techno

Ingénieur agronome : il récolte les fruits de la technique

LUCILE CHEVALIER redaction@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

Que ce soit pour inventer un traitement contre les parasites des arbres fruitiers ou analyser l'impact physiologique des aliments, l'ingénieur agronome met son savoir au service de l'agriculture et de l'agroalimentaire pour produire plus et mieux.

LE CONSEIL DU PRO

« Être ouvert et s'adapter très vite sont les maîtres mots pour réussir dans ce métier. Je le constate tous les jours au sein de Nutriset où j'aide à élaborer des solutions pour combattre la malnutrition en Amérique latine. Il n'y a pas de secret il faut être pluridisciplinaire, connaître autant les sciences du vivant que les enjeux économiques locaux. Ma formation à Agrocampus m'a donné de solides bases. »

SA MISSION

L'ingénieur agronome s'attelle à améliorer la pratique agricole. Sélectionner les meilleures vaches laitières, choisir les céréales adaptées pour un sol calcaire, inventer un remède contre certains parasites, son champ d'action est vaste. Il élabore des programmes d'actions, effectue des études et des recherches sur les différents facteurs de production et conseille l'agriculteur et l'éleveur.

Un expert et un consultant. Au service des agriculteurs et des industries agroalimentaires son expertise, de la conception à la vente de produits, est incontournable. La vache folle, la fièvre aphteuse, les OGM et autres scandales des dernières décennies n'ont fait que renforcer son rôle.

Un « localier » scientifique. Les climats et les sols changent d'une région à une autre, l'ingénieur agronome doit donc s'adapter aux besoins locaux, voire se spécialiser, en agronomie tropicale ou continentale, par exemple.

ET LE SALAIRE DANS TOUT ÇA ?

En débutant, l'ingénieur agronome gagnera entre 2 000 et 2 500 euros net par mois. Une solide expérience acquise, son salaire pourra atteindre les 5 400 euros.

QUELLES COMPÉTENCES ?

Pluridisciplinaire. Avoir de solides connaissances des sciences du vivant, au sens large, est indispensable. Biologie animale et végétale, pratiques agricoles, chimie, physique, sciences économiques et sociales, comptabilité et informatique, toutes ces bases sont nécessaires pour s'adapter à la variété des projets et des interlocuteurs.

Trilingue. La maîtrise d'au moins deux langues étrangères devient incontournable. La carrière de l'ingénieur agronome est de plus en plus internationale.

Commercial et manager. Il mène des missions techniques, économiques et de direction. Il doit donc savoir établir un cahier des charges, évaluer les retours sur investissements, coordonner les différentes interventions liées à un projet, encadrer des équipes.

Mobile. L'ingénieur agronome est un homme de terrain, et doit souvent se rendre sur place tant pour étudier le sol et le climat que pour rencontrer les agriculteurs.

QUELLES FORMATIONS ?

Les écoles d'ingénieurs spécialisées (ESA) constituent la voie royale. AgroCampus Ouest, Ensat Toulouse, Angers, l'Ensaia de Nancy ou encore Montpellier Supagro sont ouvertes sur concours, en post-bac ou après deux années de prépa bio-véto. C'est lors de la dernière année que s'effectuent la véritable spécialisation en agronomie : biotechnologie, amélioration et protection des plantes, productions végétales et valorisation des agroressources.

Un master recherche, un master spécialisé, ou encore un doctorat peuvent avantageusement compléter cette formation initiale.

Plusieurs universités délivrent des masters spécialisés dans les sciences de l'agronomie. L'université de Bretagne propose un master sciences-technologie spécialité en biologie végétale, et celle de Haute-Alsace un master biologie spécialisé en génie agronomique et agroalimentaire.

OÙ EXERCER SES TALENTS ?

Aussi bien dans le public que dans le privé. L'ingénieur agronome peut effectuer de la recherche au sein des laboratoires publics comme l'Inra ou l'Ensa ou dans le privé auprès de coopératives agricoles, de semenciers, de pépiniéristes. Il oeuvre aussi bien dans l'administration qu'au sein d'industries agroalimentaires.

Des champs d'action variés. Environ un quart, des ingénieurs agronomes travaillent pour des puissants de l'industrie groalimentaire comme Danone ou Nestlé, bien que ce soient les PME qui recrutent le plus, surtout les débutants. Environ 30 % oeuvrent dans la recherche (Inra, IRD, Cirad) ou dans le conseil. Un autre quart travaille dans la gestion et le commerce.

L'enseignement peut se révéler un bon créneau. Surtout que le secteur souffre d'une pénurie de personnel.

ET APRÈS ?

La recherche. L'ingénieur en agronomie peut continuer dans la voie de la recherche aussi bien dans un laboratoire qu'auprès d'entreprises privées.

Il peut aussi se réorienter vers des fonctions de management et de gestion. L'ingénieur agronome reçoit en effet au cours de ses premières années d'activité une bonne expérience dans le domaine : communiquer avec différents interlocuteurs, encadrer des équipes, suivre un projet.

Enfin, pour les plus audacieux, il reste la possibilité de récupérer une exploitation agricole. Très peu franchissent le pas (5 %).

Pour en savoir plus

Un livre. Le métier d'agronome : perception, témoignages, réflexions, plaidoyer Ce livre de Pierre Absalon rend palpable le métier, comment il s'exerce et comment il est perçu.

Un site, celui d'Uniagro (www.uniagro.fr). Il délivre de précieux conseils pour bien mener sa carrière dans le secteur.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0937

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ingénieur d'affaires : au plus près des besoins du client

Ingénieur d'affaires : au plus près des besoins du client

Un sens aiguisé des affaires et un solide bagage technique. L'ingénieur chargé d'affaires joue de sa double compétence pour apporter une solution[…]

01/02/2012 |
Ingénieur d'études : une imagination contrôlée

Ingénieur d'études : une imagination contrôlée

L'ingénieur automaticien : il asservit la machine

L'ingénieur automaticien : il asservit la machine

L'ingénieur métrologue : il est le garant des mesures

L'ingénieur métrologue : il est le garant des mesures

Plus d'articles