Nous suivre Industrie Techno

Industrie 2002 - Intégration et productivité des équipements

Rédaction Industrie et Technologies
Toujours plus vite et moins cher... Les équipements présentés aux sept salons de Villepinte (Mécanelem-Mécatronic, Machine-outil, Inter-outil Expo, Euro-assemblage, Interqualité, Thermic, IndAo) n'ont pas dérogé à cette règle. Telle ce


Affluence record à Industrie 2002. Une bonne surprise pour les fournisseurs. Les raisons peuvent être autant une confirmation d'une reprise de l'activité industrielle que la possibilité de voir à Paris ce que l'on n'a pas pu voir en septembre 2001 à l'EMO de Hanovre.

Ou encore la possibilité de construire en un seul voyage à travers les sept salons (Mécanelem-Mécatronic, Machine-outil, Inter-outil Expo, Euro-assemblage, Interqualité, Thermic, IndAo), une solution de fabrication globale en intégrant par exemple, des composants mécaniques qui préfigurent l'avenir comme les articulations pour hexapodes développées par Ina Roulements.

Ou des machines d'assemblage comme celles à cinématique continue conçues par Lagniel qui pulvérisent les records de cadences en les multipliant par six (de 80 à 500 p/min). Voire par cent car la société a mis au point des solutions capables d'assurer des cadences de... 8 000 pièces/min. Encore faut-il pouvoir nourrir une telle bête mécanique. Avis aux amateurs !

Le soudage et la robotique étaient aussi à l'honneur avec des équipements à l'ergonomie éprouvée comme ceux proposés par la SAF dont le chalumeau manuel Speedfire S. Toujours prêt à l'emploi, ce dispositif économique assure l'allumage automatique et la conservation des réglages de soudage.

Côté robotique Stäubli propose une nouvelle baie de commande pour ses robots, la CS8, plus simple à utiliser, modulaire et très communiquante. ABB complète lui sa gamme avec un robot herculéen capable de porter des charges de 500 kg sur un rayon de 2,30 m.

Point d'orgue du salon, les machines-outils se surpassent également en vitesse et précision. Comme les centres de tournage et autres machines multifonctionnelles de DMG ou la famille e-XXX de Mazak.

Doper la productivité c'est aussi l'objectif de Parpas avec deux fraiseuses de haute précision "relookées" à l'italienne : l'une, la THS avec tête à double broche rotative à 360°, la première pour l'ébauche, la seconde pour la finition; l'autre plus surprenante encore, la Twin-800, une double fraiseuse intégrée. Son secret : une table rotative et basculante actionnée par quatre moteurs-couple linéaires qui accueille deux pièces usinées simultanément et à grande vitesse.

Usiner plus vite... les principaux constructeurs de machines pour le travail de la tôle ont eux aussi compris la leçon. Que ce soit Trumpf avec sa machine de découpe laser 2D qui multiplie par trois la vitesse d'usinage grâce à un procédé original qui associe l'effet plasma au laser ou Finn-Power avec ses installations intégrées.

Ou encore l'Italien Salvagnini dont la machine laser L2 a été désignée, excusez du peu, par Pininfarina. Dotée d'un laser Slab de Rofin Sinar, elle dispose d'une tête de découpe entraînée par des moteurs linéaires à des vitesses de 300 m/min et des accélérations de 25 m/s2.

A noter, toujours dans le domaine du travail de la tôle, l'intégration dans la chaîne d'une machine à mesurer, qu'elle soit fabriquée par le constructeur lui-même comme c'est le cas de Trumpf ou fournie par un spécialiste de la mesure comme c'est la solution LaserQC de Virtek et Innotime adoptée par Finn-Power. Objectif : réaliser un premier contrôle du produit à fabriquer avant de lancer la production de série ou assurer un contrôle statistique voire faire de la retroconception.

Les constructeurs français n'ont pas raté l'occasion de montrer leur force de frappe. Que ce soit le Groupe Cato avec plusieurs nouveautés dont le centre de tournage à moteurs linéaires Rubis qui améliore la productivité de 10 à 30% suivant l'application.

Ou Huron avec deux machines de hautes précision qui décoiffent : K2X et K8X. La première attaque le domaine encore peu défriché de l'usinage à très grande vitesse, tandis que la seconde est une 5 axes en continu avec table actionnée par moteur-couple linéaire (une solution qui a le vent en poupe) qui intéressera tous ceux qui veulent terminer des pièces complexes en une seule fixation.

Le 5 axes simultanés et le moteur linéaire est aussi la spécialité de Forest-Liné avec des machines comme la Linear Minumac ou la V-Star, cette dernière pouvant s'adapter aussi bien à l'usinage de pièces automobiles qu'aéronautiques.

Ou l'Aeromill, une formidable "avaleuse" de copeaux avec sa broche Fischer de 70 kW et 24 000 tr/min, des vitesses d'axe de 60 et 40 m/min et une accélération de 5 m/s2. Trois installations de ce type sont en cours d'installation chez Dassault Aviation dans une cellule de fabrication qui fera date dans l'usinage à grande vitesse.

Realmeca fait lui, feu de tout bois : nouvelle gamme de machines d'usinage à grande vitesse de plus grande capacité, accord avec Spinner pour la commercialisation en France de centres de tournage du constructeur allemand, construction d'une nouvelle usine et d'un centre de démonstration dans son fief lorraine de Clermont en Argonne...

Quant à l'accord de distribution dans l'Est de la France des machines du constructeur américain Haas, dévoilé à Industrie 2002, c'est un coup de maître. Après sa réussite commerciale et technique sur le marché américain, ce maître de la standardisation et de l'intégration attaque la France. Avec des prix défiant toute concurrence et, surprise, affichés sur chaque machine exposée sur son stand. On pouvait ainsi acheter pour 40 000 euros un petit centre d'usinage ou, pour un peu plus de 300 000 euros, une machine 5 axes simultanés. Dédouanés ex entrepôt, évidemment...
Mirel Scherer

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

  • Nous suivre