Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

Incat mise sur une approche globale

Industrie et  Technologies
La filiale française de l'intégrateur repart sur des nouvelles bases. Pierre Balza son nouveau manager nous explique les ambitions du groupe et l'originalité de son offre.


J'ai rencontré récemment Pierre Balza, Vice-President European Business Development d'Incat et directeur général de la filiale française de l'intégrateur. L'occasion de faire un point sur les évolutions du marché et de lever un coin du voile sur les ambitions de sa maison mère, Tata Technologies, dans le domaine du PLM.

Mais déjà un petit rappel historique s'impose. Incat est un intégrateur de CFAO et GDT originaire de Grande-Bretagne créé en 1984. Celui-ci a aussi développé de longue date des logiciels comme l'outil d'analyse de qualité des modèles iCheck. Cet intégrateur pris une réelle envergure internationale en 2000 après l'absorption de son homologue américain Integrated Systems Technologies. Début 2005, il fit l'acquisition de la filiale française de Rand Worldwide, alors en pleine déconfiture, qui avait elle-même été créée en juillet 2004 par la reprise de RGB Technologies, un VAR de Dassault Systèmes. Incat a été absorbé par le groupe indien Tata Technologies au second semestre 2005.

De son côté Pierre Balza a eu lui aussi plusieurs étapes dans sa vie professionnelle. De responsable CFAO à la Française de Mécanique à Douvrin (62) pendant les années 80, il est entré chez Dassault Systèmes au début des années 90 pour développer l'agence de Lille de l'éditeur, puis prendre en charge l'ensemble des agences françaises. Il devient au début des années 2000 directeur commercial de l'entité Dassault Ventes France avant de prendre la responsabilité du West Master Agent, autre entité chargée d'épauler l'ensemble des distributeurs européens. Il a quitté Dassault Systèmes début 2007 pour prendre en charge le développement commercial européen d'Incat, ainsi que la responsabilité directe de la filiale française depuis juillet dernier.

« Si l'on regarde de près le marché français du PLM, on s'aperçoit que le logiciel ne représente plus qu'un tiers des dépenses des utilisateurs, les deux autres tiers étant absorbés par les services. Cette décroissance de la part logicielle ne peut que durer, car les clients veulent réduire leurs dépenses informatiques. Force est d'ailleurs de constater que les ventes de logiciels "haut de gamme" ont baissé l'an dernier de 5 %, alors que celles des logiciels "d'entrée de gamme" ont augmenté de 20 %. Le fragile équilibre du business model des VAR est donc de plus en plus menacé. Par contre, les industriels sont demandeurs de prestations qui leur permettent de mieux utiliser leurs outils de PLM et de gestion d'entreprise, afin de réduire leurs cycles et leurs coûts de développement. C'est là que nous nous positionnons ».

Etre un fournisseur global

De fait, Incat se définit comme un PLM Global Services Provider, qui est capable d'aider les industriels à analyser leur métier et leurs besoins, trouver les briques logicielles capables d'y répondre et en assurer l'intégration au sein du système d'information en place, développer et mettre en place les méthodologies de travail les plus appropriées, assurer la formation des personnel. Mais Incat n'entend pas se limiter au seul PLM et veut adopter un modèle de Global Delivery en s'intéressant aussi à l'ILM (Information Lifecycle Management) et à l'E&D (Engineering & Design).

Cela veut dire qu'Incat est capable de mener autour de l'ERP la même démarche qu'autour du PLM. Il peut donc proposer du conseil en stratégie et solutions informatiques, de l'implémentation de SAP et de systèmes de gestion, la mise en place de solutions de stockage, de réseau et d'infrastructure, le tout sur une base mondiale.

De même, Incat, qui dispose de 2 300 personnes dans 6 centres d'études répartis entre l'Amérique du Nord, l'Europe et l'Asie, est à même de proposer des prestations en sous-traitance d'études ou en création de parcours d'usinage. « Mais contrairement à certaines structure qui pratiquent de la sous-traitance d'études dans les pays "low cost", nous gardons toujours la maîtrise du projet en local avec des chefs de projets qui sont basés physiquement près du client. C'est à notre sens indispensable pour garantir la cohérence, la qualité et la rapidité du projet ».

Ce concept de Global Delivery a déjà séduit une demi-douzaine de clients européens tels Daimler en Allemagne ou les équipementiers automobile ArvinMeritor et aéronautique Premium Aircraft Interiors (PAIG) en Grande-Bretagne. Mais on retrouve aussi des actions plus ponctuelles : reengineering de processus de développement produit chez Ford Motor dans le cadre C3P NG Body Design ; implémentation de la maquette numérique VPM chez DaimlerChrysler pour le Powertrain ; intégration du digital manufacturing chez Northrop Grumman ; implémentation PLM clé en main chez TRW ; mise en place de gestion de données multi-sites chez Honda ; déploiement de TeamCenter chez Deere-Hitachi ou Goodrich Lighting ; etc.

Incat est une entreprise de 3 200 personnes pour 220 millions de dollars de chiffre d'affaires, présente dans 12 pays sur 3 continents, ce qui lui permet d'accompagner ses clients à l'international. « Cela devrait nous permettre d'atteindre un chiffre d'affaires de 300 M$ sur notre année fiscale 2008, qui se termine fin mars, et de viser les 500 M$ dès 2010 ». Il est intéressant de noter que la maison mère, le groupe Tata (90 sociétés, 275 000 personnes et 20 milliards de dollars de chiffre d'affaires), représente moins de 20 % des activités d'Incat.

Etre opérationnel sur les différentes offres PLM

Et la filiale française est à l'unisson de sa maison mère. Elle dispose de 9 agences commerciales (Bordeaux, Charleville, Lyon, Montbéliard, Nancy, Nantes, Paris, Strasbourg et Toulouse) dont 6 assurent aussi de la formation. « Pour le moment, nous sommes une quarantaine de personnes en France, mais nous devrions rapidement atteindre les 70 salariés et à terme les 130 personnes. Mon objectif est de faire une croissance de chiffre d'affaires de 250 % sur notre année fiscale 2008 ».

Incat France est revendeur des solutions de Dassault Systèmes hors Simulia, de MSC. Software, ainsi que iKnowledge Solutions pour l'e-Learning, mais son expérience lui permet aussi de travailler autour de l'ensemble des principales offres PLM du marché (Autodesk, PTC, SolidWorks, UGS...). Ainsi par exemple Incat a réussi à développer et mettre en place pour Honeywell une gestion de données technique multi-sites basée sur Smarteam, alors que l'éditeur la limite à un site.

Dans certains cas, Incat France est d'ailleurs amené à travailler avec des partenaires spécialistes de domaines complexes. C'est par exemple le cas avec Cadesis pour la mise en place d'outils d'échange et de gestion de données.

« Nous disposons dans notre offre propriétaire d'un logiciel de tracking qui permet à nos clients de suivre l'utilisation de leurs licences de logiciels et des modules, voire des fonctions les plus utilisées. Outre une meilleure gestion des licences, cela permet de proposer aux utilisateurs des formations réellement adaptées à leurs besoins, et de faire évoluer la configuration pour qu'elle réponde mieux aux besoins de productivité de l'entreprise. Ainsi chez l'un de nos clients nous avons pu réduire le nombre de licences Catia de base, et en contrepartie augmenter celle des modules dédiés à l'électricité, sans lui faire dépenser plus ».

Rendre la formation plus efficace

Notons l'accent mis sur la formation avec la Incat Academy, qui est par exemple le seul organisme de formation en France à être certifié Master par Dassault Systèmes, c'est-à-dire à avoir le plus haut niveau de compétences en formation sur l'offre de l'éditeur de Suresnes. « La formation dans nos locaux est une chose, mais nous accompagnons nos clients quand ils retournent chez eux grâce à nos livres de référence. Ainsi nous avons résumé dans 150 cartes réunies dans un classeur les 3 000 pages de cours standard Catia. Les utilisateurs y retrouvent ainsi rapidement l'essentiel de l'information ». Des efforts au niveau de la formation qui portent leurs fruits. Incat, qui est prestataire global des solutions de Dassault Systèmes chez Valéo dans le monde, a ainsi pu faire passer depuis le début de l'année le ratio d'utilisation Catia V5/V4 de 20/80 % à 60/40 %.

Bref, Incat se présente comme la seule organisation mondiale, indépendante des fournisseurs informatiques, capable d'offrir à ses clients un ensemble de prestations complet en PLM, E&D et ERP. Il insiste aussi sur sa parfaite connaissance des mondes de l'automobile, de l'aéronautique, de la machine spéciale et des biens de consommation.

Une offre qui devrait intéresser nombre de grands équipementiers en mal de gain de productivité et de déploiement multi-sites à l'international.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.incat.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 26 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles