Nous suivre Industrie Techno

Impression 3D : HP étend les usages industriels de sa techno Multijet Fusion avec le polypropylène de BASF

Alexandre Couto
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Impression 3D : HP étend les usages industriels de sa techno Multijet Fusion avec le polypropylène de BASF

© HP

Le spécialiste de l'impression 3D HP a annoncé le 4 juin un partenariat avec le chimiste BASF pour renforcer sa gamme de polymères à destination de l'industrie. Sa technologie Multi Jet Fusion pourra dorénavant produire des pièces en polypropylène, un plastique particulièrement répandu dans de nombreux secteurs, comme l'automobile.

Le groupe HP, inventeur de la technologie d’impression 3D par encre réactive Multijet fusion, a annoncé le 4 juin avoir conclu un partenariat avec BASF pour étoffer sa gamme de polymères disponibles. Le chimiste BASF a développé une poudre de polypropylène (PP) adaptée au procédé du spécialiste de l’impression.

Basé sur le principe d’une fusion sélective sur un lit de poudre polymère, au moyen d’une encre absorbant l’énergie d’une lampe, le procédé d’HP est jugé comme l’un des plus prometteurs pour des applications d’impression 3D polymères industrielles. Il permet des temps de cycle plus court que le frittage laser (SLS), avec une résolution d’impression supérieure au dépôt par fil fondu (FDM), tout en s’affranchissant de l’utilisation d’un second matériau, dit de support, pour les géométries complexes.

Un polymère très répandu

Cependant, le procédé d’HP pâtissait jusqu’à présent d’un portefeuille de matériaux limité aux grades de polyamides (PA) 11 et 12 et à un polyuréthane souple (TPU). Les PA sont des thermoplastiques bénéficiant de très bonnes résistances aux contraintes mécaniques et aux agents chimiques tandis que le TPU est un élastomère. Il s’agit de polymères techniques, plus onéreux que les plastiques de commodité comme le polyéthylène ou le polypropylène. Ce dernier est le second polymère le plus utilisé dans l’industrie, après le polyéthylène téréphtalate (PET), et représente environ 20 % de la production mondiale des pièces plastiques.

La poudre de polypropylène mise au point par BASF, baptisée PP 3D High Reusability, est un matériau polyvalent, offrant aux industriels un équilibre entre performances et coût. Il offre les mêmes propriétés que les PP couramment utilisés dans le moulage par injection comme un faible niveau d’absorption à l’humidité et une très bonne durabilité à long terme. Selon HP, il ouvrira de nouveaux débouchés à sa technologie dans les secteurs de la grande consommation, de la médecine, mais aussi de l’automobile pour lequel il peut servir à produire des tuyauterie et des systèmes de fluides pour des applications hors ou sous capot.

Par ailleurs, le surplus de poudre peut être réutilisé à 100%, minimisant ainsi le gaspillage de matière et renforçant, selon HP, la compétitivité des industriels.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Thermoformeuses et ensacheuses font passer les emballages au vert

Thermoformeuses et ensacheuses font passer les emballages au vert

Des solutions à base de films recyclables ou hydrosolubles, de fibres de papier et de carton sont développées pour limiter le[…]

L’usinage 4.0, un défi technique qui reste à relever

L’usinage 4.0, un défi technique qui reste à relever

FormNext 2020: « Une édition a minima, qui recentre la fabrication additive sur des applications clés  », selon Jean-Daniel Penot, de France Additive.

FormNext 2020: « Une édition a minima, qui recentre la fabrication additive sur des applications clés », selon Jean-Daniel Penot, de France Additive.

Après l’Australie, Sodern souhaite déployer sa sonde à neutrons dans les mines des quatre coins du monde

Après l’Australie, Sodern souhaite déployer sa sonde à neutrons dans les mines des quatre coins du monde

Plus d'articles