Nous suivre Industrie Techno

Ils s'équipent

Industrie et  Technologies
Voici quelques exemples de sociétés qui viennent de compléter l'équipement de leurs bureaux d'études. Leurs responsables nous expliquent leurs motivations. Cette semaine : Schneider Electric ; Tesla Motors ; NXP Semiconductors.



Schneider Electric propose ses bibliothèques de composants grâce à TraceParts

Bâtiment, industrie, infrastructures... Schneider Electric est partout où l'électricité est nécessaire et doit être maîtrisée. William Jeanson est responsable "Data Project" du département Communication Technique de Machine & Processus Industriel, qui est basé sur le site de L'Isle-d'Espagnac en Charente. Il est en particulier en charge d'améliorer la présentation technique de l'offre.

Dans les années 80, William Jeanson travaillait au bureau d'études de Télémécanique, avant son intégration dans le groupe Schneider Electric. Les demandes des clients pour disposer de "plans électroniques" étaient déjà fréquentes et la société y répondait ponctuellement. Avec l'essor de la conception 3D, ces requêtes sont devenues trop complexes à satisfaire, en particulier à cause de la multiplicité des formats et de l'évolution constante des logiciels.

Une fois en charge de la communication technique de l'offre, William Jeanson s'est attaché à répondre à ce besoin dans un objectif d'amélioration des services au client et a étudié plusieurs solutions du marché. Le choix de TraceParts s'est imposé en 2003 : « Notre décision a été fondée avant tout sur des critères techniques. TraceParts était en effet le seul fournisseur couvrant l'ensemble des principaux formats et standards du marché. Par ailleurs, la richesse de ses catalogues et, par voie de conséquence, son succès auprès des utilisateurs CAO en faisaient un acteur incontournable ».

D'abord les capteurs

La première bibliothèque a concerné les capteurs Sensors de la marque Telemecanique pour répondre aux besoins des constructeurs de machines. La signalisation, les éléments du dialogue Homme-Machine et tous les composants qui entrent dans l'armoire électrique (contacteurs, relais, variateurs de vitesse...) ont suivi.

A ce jour, Schneider Electric fournit les plans 2D à TraceParts, ainsi qu'une "pyramide de classement" des composants. Des partenaires extérieurs réalisent la simplification des plans, de manière à préserver la propriété intellectuelle des composants, mais aussi alléger au maximum le poids du téléchargement. Seule l'enveloppe extérieure est modélisée, mais les points de fixation et d'assemblage sont définis avec précision. TraceParts génère ensuite les composants 3D.
 


 


François Janvier est responsable "Image" à la Communication Technique, et est en charge des échanges réguliers avec TraceParts : « Nos composants sont conçus en interne en 3D avec Pro/Engineer Wildfire. Nous évoluons vers une fourniture 3D de modèles allégés directement à TraceParts, ce qui simplifiera le flux d'information et accélérera les délais de mise en ligne, même si ceux-ci sont déjà très courts. Le modèle 3D est d'ailleurs également exploité pour générer des images de synthèse qui enrichissent les documents commerciaux, avant même que le produit ne soit fabriqué et puisse être photographié ».

Un plus concurrentiel

Si une méthodologie plus efficace au sein du groupe est nécessaire, c'est que le projet va connaître une accélération importante. Fort du succès et des retombées de l'intégration des composants Telemecanique dans la bibliothèque TraceParts, Schneider Electric vient en effet de décider de l'étendre à l'ensemble de ses produits, y compris ceux commercialisés pour le secteur Energie & infrastructure (ex marque Merlin Gerin). D'un peu plus de 11 000 références aujourd'hui, ce sont près de 70 000 articles qui seront accessibles à terme.

François Janvier doit donc faire face à une double demande : l'intégration des catalogues actuels et celle des nouveaux produits. Il doit en effet répondre à la pression amicale des équipes commerciales qui, considérant la présence dans la bibliothèque TraceParts comme un plus concurrentiel, n'envisagent plus de faire une offre à leurs clients si ces derniers ne peuvent récupérer les modèles 3D des références qui la composent !

L'intégration du catalogue Schneider Electric se présente sous de bons auspices. « Les relations techniques avec TraceParts fonctionnent parfaitement », précise François Janvier. « D'une part nos interlocuteurs maîtrisent parfaitement leur outil et la technologie CAO, ce qui semble naturel, mais ils comprennent aussi notre métier et nos besoins. Je suis même surpris par leur capacité d'assimilation de nos demandes. Il n'est jamais nécessaire de les reformuler ! ».

Pour William Jeanson, l'adhésion du groupe Schneider Electric autour du projet de bibliothèque de composants TraceParts s'explique aussi par « des relations commerciales confiantes et transparentes avec des interlocuteurs qui savent faire preuve d'une grande réactivité ».

Un réel succès commercial

2003 a été l'année de mise en ligne des premiers articles, permettant aux bureaux d'études des clients de Schneider Electric de bénéficier des modèles CAO des composants dans le format de leur choix. En 2008, plus de 30 000 téléchargements ont été comptabilisés et les statistiques montrent que les origines reflètent parfaitement les marchés visés par les produits modélisés. William Jeanson reconnaît que cette croissance est essentiellement liée aux actions de communication de TraceParts et au nombre de ses utilisateurs dans le monde : « Nous n'avons pas spécialement communiqué sur notre présence sauf auprès de nos grands clients. D'ailleurs notre objectif premier était de leur apporter un service et nous savons aujourd'hui, par le retour de nos équipes commerciales, qu'il est très apprécié. Mais nous avons eu la surprise de découvrir que notre présence sur le site TraceParts était, mine de rien, un formidable outil de vente. Une raison supplémentaire pour souhaiter que notre partenariat perdure ».

Sites des entreprises citées :
http://www.schneider-electric.fr
http://www.tracepartsonline.net


Tesla Motors accélère ses développements avec Simulink

Le constructeur de véhicules électriques californien Tesla Motors a utilisé l'approche Model-Based Design de The MathWorks afin de concevoir la première voiture de sport électrique de série au monde, la Tesla Roadster 2008.
 


 


Pour relever les défis techniques, tout en respectant les fortes contraintes de délais et de budget, l'équipe de Tesla Motors a modélisé le véhicule et ses principaux sous-systèmes avec Simulink et Matlab. Les ingénieurs ont combiné les modèles des principaux systèmes de la voiture, notamment le moteur, la batterie, la transmission, les freins, les pneumatiques, l'électronique de puissance et les systèmes de commande, dans un modèle global. Ce dernier a ensuite permis de simuler et prévoir les performances d'ensemble du véhicule avant l'assemblage des prototypes. Les simulations ont alors été comparées aux performances des prototypes lors des essais sur route, en vue d'affiner le modèle global. Cette approche a accéléré les processus de conception et d'essai, mais elle a aussi aidé le constructeur à sortir la Tesla Roadster 2008 pour une fraction du coût généralement associé à ce type de programme.

« Nous avions un budget infime par rapport à celui des constructeurs automobiles traditionnels. Il était donc vital d'optimiser les ressources d'ingénierie et de prendre des décisions de conception plus judicieuses, afin d'aboutir à un véhicule rapide, sûr et énergétiquement performant », explique Paul Lomangino, responsable du programme Roadster chez Tesla Motors. « Sans l'approche Model-Based Design, la détermination d'une seule configuration, telle que celle du groupe motopropulseur aurait duré des années, pour un coût prohibitif. Nous allons continuer de nous appuyer sur les produits Matlab et Simulink de The MathWorks ».

« La Tesla Roadster illustre parfaitement le lien existant entre la simulation et la validation au cours du processus de conception », explique-t-on chez The MathWorks, où l'on se félicite que les outils Matlab et Simulink aient aidé Tesla Motors à mettre au point la Roadster 2008 et à accomplir cette prouesse dans des délais et avec un budget très serrés.

Sites des entreprises citées :
http://www.teslamotors.com
http://www.mathworks.com


NXP développe le premier processeur TV 45 nm avec Cadence Encounter

NXP Semiconductors a tiré profit de l'amélioration significative de productivité qu'apporte la plate-forme Encounter Digital Implementation System (EDI System) de Cadence Design Systems, ainsi que de ses technologies intégrées de conception pour la fabrication (DFM), pour assurer une production fiable de son processeur TV 45 nm de dernière génération, le PNX85500.

EDI System est le nouveau système intégré de conception numérique de Cadence - de la synthèse au layout - comportant de façon native des outils d'analyse et optimisation DFM. Couplé avec Encounter Timing System (ETS), EDI System a fourni les performances et la précision requises pour une mise en production (signoff) de la prochaine génération de processeur HDTV, permettant à NXP une montée en volume rapide pour ce circuit.

 


 


Le PNX85500, développé par l'unité "Home" de NXP Semiconductors, est le premier processeur TV digital de l'industrie en 45 nm ; il permet une qualité de visualisation sans précédent des images en haute définition. Ce système TV mono-circuit supporte le passage de la technologie analogique au numérique, de la définition standard à la haute définition, et de la diffusion hertzienne aux réseaux câblés. L'utilisation de EDI System a permis de créer un layout  performant autorisant ainsi le regroupement sur une seule puce complexe en 45 nm de toutes les fonctionnalités de deux circuits 90 nm,  procurant une qualité d'image sans égal.

« Nous avions une pression sur les délais de conception du PNX85500 très importante alors que le monde va basculer vers la TV numérique », reconnaît Barry Dennington, Senior VP Design Technology, chez NXP Semiconductors. « L'évolutivité des performances du multi-CPU backplane et la complétude de l'offre EDI System nous ont permis de faire l'ensemble de la conception dans le même environnement. Cela couplé aux fonctionnalités d'optimisation DFM et de vérification d'intégrité du signal de EDI System, nous ont permis de développer notre composant à temps par rapport aux attentes du marché », conclut-il.

Sites des entreprises citées :
http://www.nxp.com
http://www.cadence.com

Jean-François Prevéraud



 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles