Nous suivre Industrie Techno

Ils s'équipent

Industrie et  Technologies
Voici quelques exemples de sociétés qui viennent de compléter l'équipement de leurs bureaux d'études. Leurs responsables nous expliquent leurs motivations. Cette semaine : Lumeneo ; ElMeTherm ; EDF.


Lumeneo utilise HyperWorks pour développer sa Smera

La Smera de Lumeneo est l'une des vedettes du Mondial de l'Automobile. Il s'agit d'une petite voiture électrique, 2,40 m de long pour 80 cm de large, destinée aux déplacements urbains pour deux personnes. Elle pèse 350 kg et dispose de deux moteurs d'une puissance totale de 29,4 kW/40 CV. Cela lui permet de rouler à 130 km/h et sa batterie lithium (144 V - 70 A/h) lui offre une autonomie de 150 km.



Le cÅ“ur de Smera et un système électronique qui se charge de piloter l'ensemble des paramètres du véhicule à partir des signaux fournis par une centrale inertielle intégrée. Suivant les paramètres dynamiques du véhicule, la courbe du virage, le mode de conduite et l'état de la chaussée, il détermine instantanément l'inclinaison optimale, qui peut aller jusqu'à 25°. C'est un servomoteur à courant continu piloté par le calculateur qui réalise automatiquement cette fonction en inclinant la cabine et les 4 roues. Le conducteur n'a donc pas à se soucier de l'équilibre du véhicule.



« Quand nous avons commencé à travailler à la conception de la Smera, nous avons rapidement réalisé que nous avions besoin d'utiliser les meilleures technologies existantes et les projets de recherche les plus avancés pour construire un véhicule vraiment innovant », explique Daniel Moulène, Président et cofondateur de Lumeneo. « Les structures du châssis et du cockpit ont été développées avec la suite HyperWorks d'Altair Engineering. En s'appuyant sur des outils de développement virtuel des produits, la suite de logiciels nous a donné la possibilité d'obtenir des résultats fiables avant le début des tests réels ».

Sites des entreprises citées :
http://www.lumeneo.fr
http://www.altairengineering.fr


ElMeTherm standardise ses études grâce à TopSolid

ElMeTherm est une société basée près de Limoges (87), qui est spécialisée dans la conception et la réalisation de machines spéciales et d'équipements clés en mains destinés à de multiples secteurs industriels (automobile, aéronautique et spatial ; armement ; agroalimentaire ; médical ; chimie...).

Comme son nom l'indique, elle met en Å“uvre pour cela l'électricité, la mécanique et la thermique. Elle a mené depuis 1975 plus de 5 000 projets, tant pour des grands groupes (Airbus ; Défense Nationale ; LU ; PSA ; SNECMA ; SNPE ; Valéo...), que pour des PME. Elle s'est aussi développée à l'international avec des filiales en Roumanie, en Allemagne, aux USA et prochainement en Inde.

Toutes les études débutent par un devis réalisé par un des six ingénieurs chef de projet grâce à un logiciel de schématique 2D. Une fois validée, les cinq projeteurs commencent alors l'étude en 3D directement sous TopSolid, et vont jusqu'à la mise en plan avec vues d'ensemble et de détails, nomenclatures et plans de montage. Une étude complète, du devis jusqu'à la livraison dure en moyenne 3 mois.



« L'arrivée de TopSolid en 2000 a vraiment bouleversé notre façon de travailler, car nous étions alors encore à mi-chemin entre la planche à dessins et la DAO. De plus, à l'époque où beaucoup de nos clients étaient équipés de Catia et Pro/Engineer, nous avions fait ce choix apparemment insensé de ne pas prendre le même logiciel que nos clients. Cela nous a été très bénéfique car nous n'avions pas du tout les mêmes problématiques », explique Thierry Darneix, l'un des chefs de projet qui est entré dans l'entreprise voici bientôt vingt ans.

En effet, après plusieurs benchmarks et batteries de test avec d'autres compétiteurs, TopSolid se démarque sur des points cruciaux. Thierry Darneix se souvient : « Nous avions une structure à réaliser avec des tubes en coupe d'onglet. TopSolid a été le meilleur sur ce point, qui pour nous était une fonctionnalité de base. Les châssis tubulaires sont effectivement monnaie courante dans nos études ».

D'autres atouts ont aussi séduit l'entreprise. « De manière générale, TopSolid nous a apporté une plus grande qualité de conception. La possibilité de paramétrer et donc de réutiliser rapidement des sous-ensembles de machines, a permis une réduction drastique des délais d'étude et une plus grande liberté dans la conception ».

Parmi les autres fonctionnalités qui ont emporté la décision, notons le lien direct vers la FAO pour la découpe laser des pièces de tôles grâce à l'export DWG et surtout la possibilité de créer des bibliothèques de composants "maison". Ainsi deux bibliothèques internes sont maintenues à jour et exploitées à 100 % par le BE. Cette mine d'éléments standard permet de déployer en moins de 10 minutes des gardes corps, et pleins d'autres composants récurrents dans les études.

« Le fait de pouvoir standardiser nos études a amélioré la qualité du service envers nos clients. Par exemple, nous avons développé une bibliothèque d'éléments entrant dans la composition de racks de résistances faits à la demande pour chaque client. Grâce à cette standardisation, les études sont d'une plus grande qualité et sont obtenues beaucoup plus rapidement. Ces atouts contribuent à envisager l'avenir sereinement, sur un marché pourtant très concurrentiel », conclut Thierry Darneix.

Sites des entreprises citées :
http://www.elmetherm.com
http://www.topsolid.fr


EDF évalue les risques de corrosion de ses centrales à l'aide de Maple

La corrosion-érosion des aciers au carbone est une forme de corrosion généralisée accélérée par un flux d'eau ou de vapeur humide. Elle est responsable de nombreuses dégradations sur les circuits eau-vapeur des centrales thermiques et nucléaires. Cette corrosion-érosion se traduit par des pertes d'épaisseur étendues en paroi interne des composants, qui conduisent, si elles ne sont pas détectées à temps, à des fuites voire à la rupture des composants concernés.

Compte-tenu des enjeux de sécurité vis à vis de son personnel et de la disponibilité de ses installations, EDF a développé le logiciel BRT-Cicero pour optimiser les contrôles des éléments de tuyauteries du circuit secondaire des réacteurs nucléaires à eau pressurisée. Celui-ci permet de calculer les pertes d'épaisseur internes des éléments en fonction de l'ensemble des paramètres influents : isométrie des lignes de tuyauterie ; teneur en chrome des aciers ; conditionnement chimique et paramètres de fonctionnement thermo-hydrauliques du circuit secondaire.



Ce logiciel, dont les premiers développements remontent au début des années 90, est d'usage prescriptif sur l'ensemble des tranches nucléaires d'EDF. Il permet d'identifier les éléments de tuyauterie des salles des machines les plus exposés au phénomène de corrosion-érosion et de prévoir à quel moment leur épaisseur sera inférieure à l'épaisseur minimale admissible. BRT-Cicero est ainsi une aide essentielle pour maîtriser le risque de corrosion-érosion des tuyauteries et élaborer les programmes d'inspections lors des arrêts de tranche. Ces inspections consistent en des mesures d'épaisseur par ultrasons et des mesures de teneur en chrome à l'aide d'appareils portatifs qualifiés.

Une nouvelle version développée avec Maple

C'est le Centre National d'Equipement Nucléaire d'EDF qui est implanté à Montrouge (92), qui est en charge de la conception et du développement des centrales nucléaires françaises. Son service CAO développe des applications métiers pour les unités d'ingénierie de conception ou d'exploitation. Au sein de ce service, un pôle calcul scientifique met à disposition des ingénieurs les outils nécessaires au dimensionnement et à l'analyse des installations, tel BRT-Cicero.

Le CNEN a choisi d'utiliser le logiciel Maple de MapleSoft pour développer, valider et documenter les modèles utilisés dans BRT-Cicero. Il s'appuie pour cela sur la puissance de son moteur mathématique, sur son générateur automatique de code et son interface document interactif. De cette façon une nouvelle version de BRT-Cicero a pu être développée plus rapidement et est totalement documentée pour de futures évolutions.

Le développement de la nouvelle version de BRT-Cicero a été réalisé par une équipe de cinq ingénieurs. Un premier a formulé les modèles physico-chimiques, préalablement élaborés au Septen - autre unité EDF en charge de la conception et de la doctrine des réacteurs nucléaires -, sous la forme de systèmes d'équations dans Maple et un second s'est attaché à vérifier les modèles en comparaison avec l'ancienne version du logiciel. Tout d'abord les systèmes d'équations ont été saisis puis résolus dans Maple, le code C correspondant a ensuite été généré automatiquement directement à partir des équations. Ce code a ensuite été comparé au code de la version précédente du logiciel BRT-Cicero, pour valider les modèles utilisés.

Une conception documentée et testée

Pour satisfaire aux exigences réglementaires donnant accord pour un usage industriel de la nouvelle version du logiciel BRT-Cicero, un ensemble de documents techniques doit accompagner le développement du logiciel qui doit également passer, avec succès, des tests de qualification. Pour y parvenir les fonctions avancées de documentation interactive de Maple ont été utilisées, le logiciel BRT-Cicero a ainsi pu être aisément documenté. Enfin des ensembles de tests ont été développés pour qualifier le logiciel BRT-Cicero, définir sa plage d'utilisation et prononcer sa recette avant exploitation sur les tranches nucléaires du parc EDF. Pour plus de sécurité, la majeure partie des tests ont été réalisés dans les plages de valeurs extrêmes. Plus de 14 000 opérations de tests ou de simulations ont été réalisées pour obtenir la qualification du produit BRT-Cicero.

« Nous avons été séduits par la vitesse de calcul de Maple, par sa puissance graphique ainsi que son interface document interactif très puissante. La génération automatique de code directement à partir des équations, que nous n'avons trouvé que dans Maple, nous permet d'automatiser et accélérer nos développements d'outils de validation », explique Jean-Baptiste Bouvier, Responsable du développement de l'application. « Nous envisageons maintenant une commercialisation à l'export de notre savoir-faire, plusieurs exploitants de centrales ont manifesté un vif intérêt pour le logiciel BRT-Cicero ».

Sites des entreprises citées :
http://www.edf.fr
http://www.maplesoft.com 

Jean-François Prevéraud

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Rassemblant une association, des industriels et des écoles d'ingénieurs, le projet Euroglider vise à créer un[…]

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Plus d'articles