Nous suivre Industrie Techno

Ils s'équipent

Industrie et  Technologies
Voici quelques exemples de sociétés qui viennent de compléter l'équipement de leurs bureaux d'études. Leurs responsables nous expliquent leurs motivations. Cette semaine : Bihler ; Daktronics ; Cybergun.


Bihler améliore sa documentation technique avec Arbortext

Créée en 1953 la société allemande Bihler s'est maintenant imposée comme l'un des spécialistes dans le secteur des technologies du formage, de l'assemblage et du soudage.

Pour satisfaire leur clientèle, les entreprises industrielles doivent offrir de bons produits, mais aussi une documentation facile à utiliser et rigoureusement exacte, décrivant le mode d'emploi de leurs produits. L'utilisateur doit pouvoir trouver et comprendre rapidement toutes les informations nécessaires à l'assemblage, à l'installation, au fonctionnement ou à la réparation d'une machine.

Les manuels qui contiennent des illustrations techniques de grande qualité contribuent à cet objectif. L'introduction de vues en perspective dans les manuels techniques apporte une foule d'avantages. Dans de nombreux cas, les illustrations ont une signification plus claire que le texte, et évitent souvent de longues descriptions. De plus pour les entreprises exportatrices, les manuels qui comportent plus d'images que de texte impliquent des frais de traduction réduits et un risque d'erreur limité.

Malheureusement la création des illustrations techniques prend généralement beaucoup de temps et les entreprises ne veulent pas courir le risque de retarder la commercialisation d'un produit parce que la documentation n'est pas prête.



Bihler a remanié ses processus de documentation en 2004 en tenant compte de ces observations. « En utilisant des représentations spatiales dans notre documentation, les descriptions de produits deviennent nettement plus claires et compréhensibles. Autrement dit, nous avons amélioré la qualité de notre documentation », estime Klaus Pühler, responsable de la documentation chez Bihler. « Nous devons toutefois produire plus de 100 illustrations par mois et revoir les images existantes. Avant le remaniement de nos processus, il était très souvent difficile de supporter cette charge de travail ».

En 2004, le bureau d'études de Bihler s'est équipé avec le système de CAO 3D Unigraphics NX et a étudié la possibilité de réutiliser les données 3D existantes à des fins de documentation technique. Cette réutilisation permet de réduire les coûts. En effet, pourquoi tout redessiner lorsque toutes les données sont déjà disponibles dans le système de CAO ?

Toutefois, sans solution spécialisée de publication technique, cette approche n'est pas aussi simple qu'il y paraît. Tout d'abord, Bihler a dû remanier l'infrastructure d'application et ses processus, afin de mettre en place un workflow permettant de réaliser les économies espérées. À cette époque, le service de publication technique de Bihler utilisait trois applications graphiques répandues mais très différentes, chacune dans un but bien précis : l'une pour les images, l'autre pour les catalogues de pièces de rechange et la troisième pour les guides d'utilisation.

Beaucoup de travail manuel

Le service de publication technique de Bihler a toujours disposé de son propre poste de travail CAO pour adapter les dessins techniques aux besoins de l'illustration. À l'époque de la CAO 2D, les illustrateurs travaillaient sur des géométries planes en 2D qu'ils récupéraient du système aux formats DXF et HPGL. Les vues éclatées n'étaient utilisées que pour les catalogues de pièces de rechange et ces illustrations étaient dessinées entièrement à la main. L'avènement de la 3D a transformé radicalement l'ensemble du processus. La réutilisation des données 3D pour créer des dessins en perspective demandait beaucoup de préparatifs. Pour utiliser les fichiers dans les applications graphiques existantes, il fallait d'abord placer les pièces voulues dans une perspective isométrique et dans la position requise pour l'illustration technique, puis les exporter en 2D. Si d'autres vues, telles des éclatés, étaient nécessaires, l'opération devait être intégralement préparée en CAO. Des préparatifs qui nécessitaient non seulement des compétences techniques et de l'expérience mais aussi beaucoup de temps.



Illustration du mandrin central de la découpeuse-cambreuse GRM 80P
réalisé directement à partir des données de la CAO 3D


Lorsque les exportations étaient terminées, le travail de l'illustrateur pouvait alors vraiment commencer. Les illustrations 2D devaient être traitées dans l'application graphique. Normalement, ce travail commençait par la suppression manuelle des nombreuses polylignes qui résultaient de la conversion effectuée à partir du système CAO. À elle seule, cette opération pouvait déjà prendre quelques heures selon la complexité de l'illustration. L'étape suivante relevait davantage de la création et consistait à mettre en Å“uvre des procédés stylistiques de façon à transmettre le message de l'illustration technique. L'illustrateur appliquait correctement les traits fins/épais, ajoutait des filetages aux boulons et, si nécessaire, dessinait des mains, des outils, des légendes et des loupes.

« Les assemblages existaient déjà dans le système CAO, mais leur réutilisation dans la documentation technique impliquait beaucoup plus de travail que nous le pensions au départ », concède Klaus Pühler. « Nous avons alors cherché un outil capable de combler cette lacune et de faciliter la manipulation des modèles CAO. Nous souhaitions également avoir un seul outil qui réponde à nos besoins d'illustration et remplace les applications graphiques existantes que nous avions utilisées jusqu'alors ».

Un seul outil pour couvrir tous les besoins d'illustration

C'est ainsi qu'après avoir installé Unigraphics NX4, Bihler a acheté plusieurs postes Arbortext IsoDraw de PTC, le but étant d'utiliser cette application comme outil standard pour tous les besoins en illustration technique. Le nouveau processus se déroule comme suit :



  • - Les illustrateurs du service de publication technique exportent des assemblages 3D complets vers un format IGES ou STEP. Aucun autre préparatif n'est nécessaire.
  • - Les illustrateurs traitent les fichiers 3D sans qu'il leur soit nécessaire d'utiliser le poste de travail CAO. Ils peuvent lire des assemblages entiers ou des pièces dans Arbortext IsoDraw CADprocess, c'est-à-dire dans un environnement graphique qui est bien plus familier aux illustrateurs qu'un système de CAO.
  • - Une vue arborescente permet aux illustrateurs de sélectionner les pièces dont ils ont besoin. Ils peuvent ensuite les manipuler (éclatement, rotation, coupe) dans la fenêtre 3D d'Arbortext IsoDraw. Une opération intuitive, qui ne nécessite que quelques clics.
  • - Lorsque les images 3D sont prêtes pour la conversion, il suffit d'appuyer sur un bouton pour convertir l'image 3D en une illustration technique de grande qualité : le système applique automatiquement les épaisseurs de ligne et supprime les lignes cachées.
  • - L'illustration est prête pour la finition "artistique", comme l'ajout de mains ou d'outils. Cette dernière étape est facile et rapide car Arbortext IsoDraw offre une grande variété de fonctionnalités.

Avec ce nouveau processus optimisé qui associe Unigraphics NX et Arbortext IsoDraw CADprocess, le service de publication technique a enregistré une forte augmentation de sa productivité, particulièrement dans la création de vues éclatées pour les catalogues de pièces de rechange. Outre des gains en temps et en coûts, le service de publication de Bihler crée des manuels et publications techniques plus attrayants, plus utiles et plus efficaces.

« Le gain de temps procuré par la réutilisation de nos données de CAO 3D à l'aide d'Arbortext IsoDraw nous permet de boucler nos manuels pour la date de commercialisation de nos nouveaux produit. Nous pouvons aussi créer plus d'illustrations plus rapidement, et consacrer ainsi plus de temps à leur qualité. De ce fait, globalement, nous avons amélioré la qualité de nos manuels techniques », conclut Klaus Pühler.

Sites des entreprises citées :
http://www.bihler.de
http://www.ptc.com



Daktronics refroidit mieux ses écrans grâce à CFdesign

Daktronics, spécialiste des écrans à base de LED (diodes électroluminescentes) a choisi la solutions de simulation d'écoulement de fluides et de transferts thermiques CFdesign de Blue Ridge Numerics pour optimiser la conception de toute sa gamme de produits (écrans vidéo, tableaux d'affichage...).

Les écrans conçus par Daktronics requièrent l'intégration de multiples composants complexes permettant de diffuser en temps réel, informations, graphiques et vidéo. Ainsi, Daktronics fournit l'écran géant de l'hippodrome de Vincennes (notre illustration) ou encore l'écran d'affichage des scores de Paris-Bercy. Ces produits doivent résister à tout type de conditions climatiques et dissiper la chaleur émise par les diodes lumineuses. Ils doivent aussi permettre la lecture des informations quelles que soient les conditions lumineuses externes (contre-jour...). Pour optimiser ces propriétés, Daktronics a choisi d'intégrer la solution "d'Upftont CFD" CFdesign pour simuler les performances des écrans. En effet, l'utilisation du logiciel de Blue Ridge Numerics permet aux ingénieurs de comprendre les processus complexes de refroidissement de l'électronique et de comparer les performances de différentes conceptions du produit.



L'intégration de CFdesign à son outil de CAO, Pro/Engineer, permet à Daktronics d'éliminer les temps de transfert de données entre les deux logiciels. Ainsi pour la simulation d'un nouvel écran, CFdesign est directement ouvert et géré depuis l'interface de Pro/Engineer, sans qu'il y ait à redéfinir la géométrie du produit. CFdesign génère automatiquement le maillage optimal et affiche les résultats de la simulation de l'écran en quelques minutes. L'analyse permet de mettre en lumière les flux d'air et de transfert de chaleur et ainsi, de repérer très rapidement les zones mal ventilées. L'associativité des données entre CFdesign et Pro/Engineer permet alors d'effectuer très rapidement les changements nécessaires pour garantir un refroidissement optimal.

« Nous utilisons CFdesign dans les toutes premières phases de conception afin de déterminer le rapport bénéfices/coûts selon différentes combinaisons de composants et de matériels », explique Shannon Mutschelknaus, ingénieur thermicien au bureau d'études de Daktronics. « Avec ces informations, nous pouvons limiter nos prototypes physiques destinés aux essais à deux ou trois ».

Les fonctionnalités de simulation de l'éclairage solaire de CFdesign jouent également un rôle clé dans l'optimisation des écrans de Daktronics. Après un paramétrage simple - date, heure et localisation, latitude et longitude - CFdesign simule les effets produits par le soleil sur l'écran (contre-jour, ombres...).
Globalement CFdesign a permis à Daktronics d'enrichir de façon significative ses produits, notamment avec l'optimisation de la ventilation et du refroidissement des composants électroniques. Outre les économies de temps et d'argent générées, Daktronics propose aujourd'hui des produits innovants de meilleure qualité.

Sites des entreprises citées :
http://www.daktronics.com
http://www.cfdesign.com


Cybergun met dans le mille avec le prototypage rapide

La société française Cybergun est le leader mondial de la réplique d'armes factices sous licence avec ses Air Soft Guns, qui projettent des billes en plastique inoffensives de 6 mm. Ils sont fortement prisés par les collectionneurs, les férus d'armes, et remportent un vif succès auprès d'un public de joueurs adultes. Cybergun détient actuellement 24 licences exclusives mondiales auprès de fabricants tels que Colt, Smith&Wesson, Kalashnikov, Taurus, Famas, Mauser, Schmeisser... pour la réalisation, l'importation et la distribution de répliques factices d'armes.




Il y a encore peu, Cybergun réalisait tous ses prototypes de manière entièrement artisanale : planche à dessins puis découpage et modelage de différents matériaux. La reproduction à l'identique des dimensions externes de chaque arme ainsi que la conception et amélioration des mécanismes internes - à ressorts, électriques ou encore à gaz - pouvaient difficilement être gérés en interne sans moyens adapté. De plus, des jeux de moules servaient à fabriquer de nouvelles pièces injectées sans aucune garantie d'être au final utilisés par la production, ce qui engendrait des coûts substantiels pour l'entreprise. C'est pourquoi Cybergun a décidé de passer au prototypage rapide.

A l'origine de ce projet, le bureau R&D de Cybergun souhaitait se doter d'une solution logicielle 3D performante de manière à transmettre plus précisément et facilement ses conceptions, afin d'optimiser les échanges avec les sous-traitants partenaires, en charge de la production des répliques d'armes. A cette occasion, l'imprimante 3D Dimension leur a été présentée et celle-ci a immédiatement séduit Cybergun.

L'imprimante 3D Dimension est un système de modélisation de bureau, fournissant une solution rapide, conviviale et économique pour la réalisation de modèles 3D fonctionnels. Elle construit des modèles fidèles, par couches successives de plastique ABS durable, permettant aux utilisateurs non seulement d'évaluer des concepts, mais aussi de tester leur caractère fonctionnel, leur forme et leur adéquation sur des modèles 3D.

L'acquisition de l'imprimante Dimension 3D BST 768 s'est révélée être la solution efficace et pertinente pour s'impliquer d'avantage en interne dans la conception de parties du produit nécessitant des innovations techniques. Avec l'imprimante 3D Dimension, il est beaucoup plus facile pour Cybergun de les tester, de les ajuster et de communiquer ensuite ses nouvelles idées de conception aux sous-traitants chargés de les réaliser.

« Notre bureau d'études s'attache particulièrement à perfectionner la partie interne de nos répliques d'armes, le mécanisme étant complètement différent de celui d'une véritable arme à feu. Nous utilisons des billes plastiques inoffensives, ce projectile est très léger mais pour autant le tir doit être tout aussi précis. Pour ce faire, nous mettons en place des systèmes innovants, brevetés, que nous pouvons dorénavant concevoir très rapidement et facilement grâce à l'imprimante 3D Dimension », explique Bertrand Marsac Directeur du Bureau Recherche et Développement de Cybergun.

L'utilisation de l'imprimante 3D a permis à Cybergun de réduire le temps de conception de plus de moitié. Une fois que la conception complète de l'arme est validée avec l'imprimante 3D, le fichier peut-être directement transmis par e-mail aux sous-traitants. Cybergun a ainsi gagné en précision : le prototypage réalisé avec la solution d'impression 3D est 100 % fidèle à ce qui sera lancé en production, ce qu'un prototype artisanal ne pouvait en aucun cas garantir. De plus, avec un accès direct à l'imprimante 3D, les concepteurs de Cybergun ne sont plus limités dans le nombre de modèles en 3D qu'ils peuvent produire et tester à moindre coût, ce qui a également pour conséquence une élévation de la créativité.

« Nous avons réalisé deux prototypes de pistolets que nous avons présentés lors d'un important salon aux Etats-Unis cette année. Nous avons pu communiquer facilement sur les vraies fonctions de ces produits auprès de nos clients et susciter immédiatement leur intérêt. Sans l'imprimante Dimension 3D nous n'aurions présenté qu'un dessin et l'impact aurait été moindre. Ainsi notre service marketing profite également des bénéfices liés à l'impression 3D », souligne Bertrand Marsac.

Sites des entreprises citées :
http://www.cybergun.com
http://www.dimensionprinting.com

Jean-François Prevéraud




Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Rassemblant une association, des industriels et des écoles d'ingénieurs, le projet Euroglider vise à créer un[…]

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Plus d'articles