Nous suivre Industrie Techno

Ils s'équipent

Industrie et  Technologies
Voici quelques exemples de sociétés qui viennent de compléter l'équipement de leurs bureaux d'études. Leurs responsables nous expliquent leurs motivations. Cette semaine : Faurecia ; Picchio ; Armor-Méca


Faurecia façonne ses intérieurs en temps réel avec Lumiscaphe

Faurecia, l'un des premiers équipementiers automobiles mondiaux, utilise la technologie Patchwork 3D de Lumiscaphe, afin de façonner ses intérieurs d'automobiles en temps réel avec un résultat très réaliste.

1997 signe le départ du design numérique chez Faurecia qui s'équipe d'un logiciel pour la réalisation de sketches, la conception des formes de style et la production d'images de synthèse. Les logiciels d'infographie 2D très performants permettaient la jonction entre l'expression des designers via des sketches numériques 2D faciles à utiliser et pouvant servir à la création 3D. Cette 3D numérique servant elle-même à la production d'images et d'animations de synthèse.

Mais la dynamique technologique impose à Faurecia de s'adapter davantage face à une demande croissante des constructeurs automobiles. Le développement de l'activité numérique multiplie les projets et accroît les travaux numériques pour les designers de Faurecia. Afin d'optimiser le travail des designers qui se consacraient beaucoup trop au calculs d'images et d'animations de synthèse, Faurecia s'est très vite orienté vers les logiciels de rendu temps réel. Une veille technologique et une analyse du marché a été entamée.

« Le logiciel Patchwork 3D, inconnu du monde automobile, présenté comme nouveauté au salon Laval Virtuel, nous a séduit par sa simplicité d'utilisation et sa qualité d'affichage des produits numériques texturés en temps réel, plutôt rare à cette époque », se remémore Philippe Rolland, designer numérique chez Faurecia.

« Après analyse de l'ensemble des autres logiciels sur le marché, seul patchwork3D a su répondre à notre demande, ce qui a déclenché l'achat de notre première licence ; la première licence vendue dans le monde automobile ».

Dès les premières utilisations, des demandes d'évolutions furent faites par les différents pôles de compétences de compétence de l'entreprise. Ils souhaitèrent par exemple pouvoir présenter les résultats de simulation d'étirement de peaux dans leurs revues numériques. De nombreuses demandes s'ajoutèrent à la première, des demandes spécifiques et des améliorations des fonctionnalités existantes. « Nous avons toujours obtenu des réponses rapides à nos questions et c'est là l'une des forces majeures de Lumiscaphe », estime Philippe Rolland.



Vue de l'intérieur du Concept Car Premium Attitude présenté en 2007


Gain de temps, efficacité technologique, Patchwork 3D permet à Faurecia de se concentrer sur l'analyse des tendances design à venir avec une qualité perçue très satisfaisante du produit final. La société utilise les logiciels Patchwork3D pour la production d'images et d'animations de points de vue, Animasuite pour les animations de pièces et de point de vue. Ces logiciels sont aujourd'hui utilisés sur les sites de design, tant en Europe qu'aux USA, par une quinzaine de designers pour des revues numériques présentant les créations design, la qualité perçue et les innovations recherche.

« Nous pouvons maintenant dire que seul un logiciel de rendu réaliste temps réel comme Patchwork3D, nous permet de répondre à la réactivité demandée par les projets », souligne Nicolas Pegorier, responsable du Pôle Design de Faurecia.

« D'autres avantages sont apparus qui ont conforté l'utilisation du logiciel patchwork3D dont la simplification de la méthode de travail entre designers et designers numériques. Une fois la scène préparée, le scénario de la revue qualité perçue peut être défini et stocké par le designer en temps réel en fonction de son jugement ; la résolution des images et animations peut être réglée rapidement en temps réel », conclu Philippe Rolland.

Sites des entreprises citées :
http://www.faurecia.fr
http://www.lumiscaphe.com


Picchio améliore sa tenue de route avec LMS Virtual.Lab Motion

Le constructeur de voitures de course italien Picchio S.p.A. a choisi de faire confiance à LMS Virtual.Lab Motion pour la conception des suspensions de ses véhicules de sports motorisés, y compris de ses prototypes Grand-Am et Daytona à cockpit fermé. En vue d'étendre son activité, Picchio exploite également ce logiciel pour développer des voitures de sport ultra-performantes et personnalisées, destinées à la conduite sur route.

Fondée en 1989 par Giotto Bizzarrini, véritable légende de l'ingénierie automobile, la société Picchio est à l'origine d'un grand nombre de prototypes. C'est en 1998 qu'est apparu sur les circuits le tout premier véhicule entièrement conçu et construit par la marque italienne. Depuis lors, les véhicules Picchio ont réalisé de belles performances et se sont notamment placés en tête des classements de courses prestigieuses telles que le Championnat Italien de la Montagne et les 24 Heures de Daytona.

Maintenant que Picchio s'est imposé comme un compétiteur sérieux, la société s'est donné pour défi d'améliorer la compétitivité de ses voitures : l'objectif est de produire des véhicules plus rapides en optimisant par exemple les systèmes de suspension, afin d'obtenir une meilleure tenue de route et une plus grande maniabilité sur piste. Il s'agit également de développer des suspensions pour les prochaines voitures de Grand Tourisme, qui devront offrir à la fois l'excitation et la nervosité d'une voiture de course, combinées la sécurité d'un véhicule de route.



« Notre capacité à perfectionner nos suspensions avait atteint ses limites du fait que nous nous appuyions uniquement sur des essais sur prototypes physiques », explique Christian Stronati, principal concepteur de Picchio. « Il nous fallait trouver un moyen d'aboutir à la meilleure conception possible sans devoir pour cela construire et tester de nombreux prototypes matériels. Il nous a donc semblé logique d'adopter la simulation multicorps pour prédire les performances des suspensions. Ce système nous permet de procéder à de nombreuses itérations et de profiter, grâce à cela, des moindres opportunités ».

Après une étude approfondie des logiciels concurrents, Picchio a choisi de mettre en Å“uvre LMS Virtual.Lab Motion pour simuler la conduite et la tenue de route de ses véhicules complets. Ce logiciel offre une interface dédiée à la conception de modèles de suspension d'essieux avants et arrières, qui inclut les pièces flexibles, telles que les ressorts et les amortisseurs. « LMS Virtual.Lab Motion offre toutes les fonctionnalités dont nous avons besoin dans une solution intégrée. Son interface graphique, intuitive, est très facile à utiliser : un point important dans la mesure où notre équipe d'ingénieurs n'avait aucune expérience préalable de la simulation multicorps », précise Christian Stronati. Autre facteur déterminant dans le choix du constructeur italien : la possibilité, très pratique, d'importer des géométries de suspension dans le logiciel LMS directement depuis le système de CAO Pro/Engineer utilisé par Picchio.

« LMS Virtual.Lab Motion nous permet de tester des modèles de véhicules sur une piste d'essais virtuelle afin d'étudier la tenue de route des voitures, tout en analysant les modèles détaillés des suspensions, les graphiques de charge, les accélérations et divers autres paramètres. À partir de là, nous pouvons perfectionner le comportement des suspensions en étudiant l'effet produit par la modification de pièces critiques, telles que les amortisseurs. À ce titre, le logiciel LMS offre aux ingénieurs de Picchio l'opportunité unique de pouvoir développer des véhicules de course innovants et des voitures de sport exaltantes », conclut Christian Stronati.

Sites des entreprises citées :
http://www.picchio.com
http://www.lmsintl.com


Armor-Méca développe le 5 axes avec NX CAM

Armor-Méca est une PME spécialiste de l'usinage en mécanique de précision, qui est sous-traitante de niveau 1 d'Airbus. Elle vient de se regrouper avec Chatal et Espace, créant ainsi ACE Aéronautique.
Jusque là essentiellement équipée de centres d'usinage 4 axes, Armor-Méca, pour pérenniser sa position sur le marché de l'usinage de précision et être en phase avec le marché de l'aéronautique, a fait l'acquisition d'une machine à commande numérique 5 axes.

« Nous souhaitons continuer notre démarche de développement avec Airbus mais recherchons aussi d'autres donneurs d'ordres, tant en France qu'à l'international, d'où une politique d'investissement forte », explique Sébastien Colas, Directeur Général de Armor-Méca.

« Nous avions jusqu'ici un léger retard en 5 axes. Avec l'arrivée début avril 2008 d'une nouvelle machine, Armor-Méca sera en mesure de développer des pièces réellement complexes. Notre objectif à terme est de remplacer l'ensemble de nos machines par des équipements les plus pointus », ajoute Sébastien Colas.



Afin d'obtenir une programmation rapide et efficace, garante d'un réel retour sur investissement, Armor-Méca a décidé de remplacer ses licences Missler par des licences NX CAM. « NX CAM nous permet d'usiner précisément les pièces les plus complexes et nous offre un réel avantage concurrentiel, en nous aidant à maximiser la valeur de notre nouvelle machine 5 axes en proposant des programmes CN efficaces, même pour les tâches les plus exigeantes ».

NX CAM offre des fonctions très souples de programmation sur les machines 5 axes associant des éléments hautement automatisés pour des tâches fastidieuses, telles que la sélection de formes géométriques et un contrôle détaillé pour un usinage précis. Le vérificateur ISO intégré à NX CAM permet également à Armor-Méca de contrôler de façon optimale les usinages avant de les programmer sur ses machines. Armor-Méca apprécie notamment la capacité de NX CAM à gérer l'évolution du brut entre chaque opération, même sur des opérations complexes ou de grosses pièces.

« NX CAM, facile à déployer et à utiliser, propose les meilleures pratiques de l'industrie préconfigurées et intégrées dans des workflows standard ». Indépendant des outils de CAO utilisés, NX CAM peut être utilisé de façon autonome ou en association avec Solid Edge.

C'est Abisse, distributeur de NX sur le région Ouest qui a accompagné Armor-Méca dans le déploiement et la mise en place de cette solution.

Sites des entreprises citées :
http://www.armor-meca.fr
http://www.abisse.com

Jean-François Prevéraud

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Rassemblant une association, des industriels et des écoles d'ingénieurs, le projet Euroglider vise à créer un[…]

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Plus d'articles