Nous suivre Industrie Techno

Ils s'équipent

Industrie et  Technologies
Voici quelques exemples de sociétés qui viennent de compléter l'équipement de leurs bureaux d'études. Leurs responsables nous expliquent leurs motivations. Cette semaine : LG Electronics ; SDEI Ouest ; Eurocopter.


LG Electronics standardise son PLM autour de Matrixone

Le groupe sud-coréen LG Electronics, vient de signer un contrat pour du logiciel et des services avec Dassault Systèmes portant sur la mise en place de sa solution Enovia MatrixOne auprès de 12 000 utilisateurs. La multinationale sud-coréenne va déployer MatrixOne, pour rationaliser ses processus de conception produits et favoriser l'innovation dans ses 40 centres de R&D et de design à travers le monde, ainsi que ses 36 usines de production.

LG souhaite ainsi renforcer son leadership sur un marché de l'électronique grand public fortement concurrentiel. Premier fabricant mondial de téléphones mobiles CDMA, de systèmes de climatisation résidentiels, d'écrans plasma, de produits de stockage optique et de lecteurs DVD, LG Electronics va utiliser MatrixOne comme référentiel pour centraliser l'ensemble des données relatives à ses produits.





La centralisation des informations produits va permettre d'accélérer et de simplifier les processus d'innovation entre les différentes entités, en créant un point de rencontre où les équipes de développement pourront visualiser et commenter leurs travaux respectifs. Cette centralisation va également faciliter le déploiement de la stratégie "Design Anywhere, Manufacturing Anywhere" et va aider LG à se développer pour faire face à l'expansion du marché, tout en mettant en œuvre des processus de développement cohérents sur ses différents sites à travers le monde.

« LG Electronics s'engage totalement en faveur de l'unification GSI (Global Single Instance) de ses systèmes dorsaux d'entreprise, afin d'établir une infrastructure informatique où le management et les activités mondiales sont prises en charge de façon efficace. Dans cette optique, LG a décidé de mettre en œuvre un nouveau système de gestion de données techniques (PDM) capable de supporter le développement des produits au plan mondial, en s'appuyant sur Enovia MatrixOne. Il s'agit d'une évolution majeure par rapport aux différents systèmes PLM qui étaient jusqu'à présent mis en place dans chaque business unit », estime Tae Keuk Kim, CIO de LG Electronics.

« Grâce à cette évolution, les départements R&D du monde entier peuvent suivre un processus normalisé défini sur un plan global et partager en temps réel toutes les informations relatives aux modifications apportées au cours du processus de développement produits. Nous misons sur une réduction significative des délais de mise sur le marché et une baisse importante du coût de développement de nos nouveaux produits ».

La solution Enovia MatrixOne mise en place s'appuiera sur plusieurs produits de la gamme Central pour appliquer une série de processus collaboratifs de développement produits. Cette implémentation va faciliter les synergies entre les divisions, améliorer l'excellence opérationnelle et optimiser les délais en matière d'innovation, avec à la clé, une baisse significative des coûts d'infrastructure. Dans le cadre de sa stratégie "Design Anywhere, Manufacturing Anywhere", LG va mettre en œuvre les solutions Engineering Central, Product Central et Library Central de MatrixOne, afin de rationaliser les processus de conception et faciliter la collaboration entre ses 40 centres de R&D à travers le monde. Pour favoriser l'ouverture et l'interopérabilité, LG a choisi Enovia Designer Central qui permet de gérer les données dans différents environnements de CAO mécanique et électronique, parmi lesquels Unigraphics NX3 et NX5, Mentor Graphics, Zuken, et la suite de produits Pro/Engineer de PTC. Enovia sera également intégrée à de multiples plates-formes logicielles, telles que Oracle ERP et Microsoft Desktop, en vue de faciliter la collaboration entre l'ingénierie produits et la production.

Sites des entreprises citées :
http://www.lge.com
http://www.3ds.com/fr/


SDEI Ouest réduit son cycle de développement avec SolidWorks

Implanté dans le choletais depuis 1991, SDEI Ouest (Société de dessins et d'études pour l'industrie) est spécialisée en prestation de services dans le domaine des études industrielles et la réalisation de machines spéciales. Afin de répondre aux exigences de ses clients, cette société de 50 personnes intervenant majoritairement en pays de Loire, a su évoluer avec les mutations du marché pour opter vers l'ensemble des outils CAO présents dans l'industrie. Après avoir pratiqué une bonne majorité des logiciels 3D du marché, SDEI Ouest a donc choisi, dès 2001, de faire confiance à SolidWorks pour son activité machines spéciales. Le client n'imposant pas d'outil CAO pour cette activité, il a choisi la convivialité de ce logiciel et son bon rapport prix/prestation. Il a également choisi de faire confiance à la gamme Cosmos dans le cadre du développement de produits.



Rapidement performante sur ses outils, la société détient aujourd'hui 12 licences SolidWorks, pour une équipe d'une vingtaine de personnes. Concernant la gamme Cosmos, le service calculs est équipé de CosmosWorks, CosmosDesignStar, CosmosM, CosmosMotion, et CosmosFloWorks pour une équipe de 3 ingénieurs calculs. SDEI Ouest a fait confiance à la société Axemble, revendeur SolidWorks, pour l'implémentation du logiciel, la formation ainsi que le support.

« Parce que le client attend un développement de produit intégrant l'optimisation, ou un équipement clé en main et immédiatement opérationnel, il souhaite n'avoir qu'un seul interlocuteur et recherche donc une prestation globale qui intègre en amont de fortes compétences en conception et simulation », souligne Bruno Fradet, gérant de SDEI Ouest.

Dans ce contexte, les ingénieurs et techniciens de la société ont rapidement pris les logiciels en main. Un travail de configuration "machines spéciales" a été mis en œuvre, afin de gagner en permanence sur la productivité des études. L'outil 3D a permis, lors de la conception des machines spéciales, de s'affranchir de bon nombre de problèmes d'interférences que le 2D ne permettait pas de voir aisément. C'est un gage de qualité et bien sur de coûts de production maîtrisés. Les outils de simulation ont permis de couvrir les besoins en dimensionnement mécanique statique et dynamique, thermique, fluide et cinématique.



« Aujourd'hui un dossier 3D c'est 80 % de conception-création des assemblages et plus que 20 % de mise en plan-gestion des détails. On gagne du temps certes, mais ce temps gagné est mis à profit chez nous pour aller plus loin dans la recherche de solutions techniques avancées. Pour un cahier des charges donné, on peut se pencher davantage sur la recherche de solutions, sur la conception et sur l'optimisation, afin de fournir à nos clients le produit attendu pour un coût mieux maîtrisé », précise Bruno Fradet.

La forte notoriété de SolidWorks a également retenu l'attention de SDEI Ouest, notamment sur son positionnement au niveau de l'éducation nationale qui a permis à la société de recruter des jeunes diplômés connaissant déjà l'outil de travail. Il ne reste ensuite qu'à compléter leur formation, notamment sur la méthodologie. Cet outil virtuel a été un élément primordial dans la communication entre les différents services de l'entreprise, mais aussi un support commercial important permettant au client de comprendre aisément les tenants et les aboutissants du produit ou de la machine sans avoir pour autant une connaissance technique approfondie. Avec des rendus réalistes réussis via SolidWorks, SDEI Ouest peut avancer plus rapidement en développement de produits et machines.

« Il ne nous manque plus que de travailler désormais sur la standardisation de nos machines pour gagner encore en productivité. Ce sera la prochaine étape : développer quelques éléments récurrents pour pouvoir fournir très en amont au client les choix techniques retenus lors de son devis. En suivant cette démarche, nous pourrons alors sortir en une journée une vue 3D d'une machine spéciale, contribuant ainsi à développer plus largement nos commandes », conclut Bruno Fradet.

Sites des entreprises citées :
http://www.sdeiouest.fr
http://www.axemble.com
http://www.solidworks.fr


Eurocopter bascule vers Femap et NX Nastran de Siemens PLM Software

Le consortium franco-germano-espagnol Eurocopter, premier constructeur mondial d'hélicoptères et division d'EADS, a choisi Femap et NX Nastran de Siemens PLM Software comme plate-forme intégrée pour l'analyse des contraintes et la validation des systèmes d'hélicoptères militaires. Cette solution remplace MSC.Nastran for Windows.



« L'interface Visual Basic de Femap nous permet d'intégrer avec une souplesse inégalée nos outils de calcul pour faciliter le post-traitement complémentaire, la validation et la documentation de l'analyse des contraintes, particulièrement pour les structures composites, ce qui permet la création d'un processus automatisé plus rapide », a expliqué Christopher Bach, porte-parole d'Eurocopter.

Sites des entreprises citées :
http://www.eurocopter.com
http://www.ugsplm.fr/

Jean-François Prevéraud


Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Face à la pénurie de respirateurs artificiels qui guette les hôpitaux français, le Fonds de dotation de la[…]

25/03/2020 | SantéCovid-19
Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Plus d'articles