Nous suivre Industrie Techno

Desjoyaux, KappAhl et Lockheed Martin Space Systems s'équipent

Industrie et  Technologies

Voici quelques exemples de sociétés qui viennent de compléter l'équipement de leurs bureaux d'études. Leurs responsables nous expliquent leurs motivations. Cette semaine : Desjoyaux ; KappAhl ; Lockheed Martin Space Systems.



Desjoyaux dans le grand bain avec Solidworks

Spécialisé dans la fabrication et la commercialisation de piscines et d'articles périphériques, le groupe Desjoyaux est riche de plus de 40 années d'expériences qui lui ont permis de s'affirmer comme l'un des leaders incontesté dans son activité. Son service Boutique, spécialisé dans le développement de produits annexes à la piscine (accessoires d'entretien, jeux, mobilier de jardin, mobilier d'aménagement intérieur des concessions...) et créé depuis 2002, s'inscrit dans une stratégie de développement permanent de l'activité du groupe visant à toujours mieux répondre aux attentes des clients en termes de qualité et de diversité de l'offre. Toujours dans un souci de performance et de réactivité face aux évolutions constantes du marché, Desjoyaux a décidé d'acquérir un outil robuste de CAO.

La boutique Desjoyaux est chargée de développer et fournir tous les accessoires de piscine allant de la bouée à l'épuisette, le tout étant essentiellement des ensembles constitués d'assemblages de pièces plastiques moulées.


Historiquement ce département n'avait pas d'outil de CAO la conception était en partie réalisée par les sous traitants moulistes à partir des esquisses papier fournies par le designer. La mise au point était longue et délicate pour que la pièce finale corresponde effectivement aux attentes du designer.
C'est en février 2006 que ce département choisit enfin d'acquérir son propre logiciel 3D en interne. Après une période d'essai comparative entre différents systèmes de CAO, Desjoyaux opte définitivement pour SolidWorks, afin de modéliser l'ensemble de leurs futurs produits dés leur phase de design.

Pour Damien Nicolier, chef de projet pour le développement d'accessoires d'entretien et d'articles périphériques à la piscine : « Faire appel à SolidWorks a été une évidence et nous permet aujourd'hui d'être plus réactif en ce qui concerne les modifications sur les produits. Nos critères de sélection furent les suivants : facilité d'utilisation ; rapport performances/prix ; communication avec nos sous-traitants ; outil universel (facilité de modélisation : du mobilier en bois à une pièce en plastique)... Les connaissances personnelles de chacun des utilisateurs sur le logiciel (issues des études ou des entreprises précédentes) ont permis de trancher lors du choix définitif ».

Chez Desjoyaux, l'acquisition du logiciel a permis de répondre à plusieurs objectifs. SolidWorks offre ainsi à ses utilisateurs des modélisations en haute qualité permettant des modifications rapides lors de la conception et de l'industrialisation des produits, mais aussi un gain de temps de développement non négligeable (de plus de 50 % sur certains projets !) et la création de prototype directement à partir des modèles CAO entre autres.

Outre un temps de mise au point divisé par deux pour la plupart des produits, Desjoyaux peut obtenir des estimations de coûts de réalisation dès la phase de design ; les modèles 3D permettant l'acquisition des masses et des volumes de pièces précis, ce qui rend les chiffrages d'autant plus proche de la réalité.
Avec SolidWorks, Desjoyaux obtient donc une meilleure définition du produit et des temps de mise au point plus courts, mais surtout une créativité plus efficace grâce à la rapidité du prototypage.

« La conception tridimensionnelle est devenue incontournable dans le développement du produit et ces derniers peuvent alors être présentés aux commerciaux directement avant leur lancement effectif », souligne Damien Nicolier qui nous confie que Desjoyaux envisagerait de passer prochainement à la version supérieure de SolidWorks avec l'outil CosmosWorks pour vérifier les tenues plus précisément.
Desjoyaux fait confiance à la société MHAC Technologies, revendeur lyonnais de SolidWorks, pour l'implémentation du logiciel, la formation ainsi que le support.

Sites des entreprises citées :
https://www.desjoyaux.com
http://www.mhac-technologies.com/
http://www.solidworks.fr


KappAhl prototype ses vêtements plus vite avec Modaris 3D Fit de Lectra

Basée dans la ville suédoise de Mölndal, en périphérie de Göteborg, KappAhl est l'une des principales marques scandinaves d'habillement avec 270 magasins en Suède, en Norvège, en Finlande et en Pologne. Totalisant 3 700 salariés avec un chiffre d'affaires de 4,2 milliards de couronnes suédoises en 2006 (soit environ 600 millions de dollars), cette entreprise développe et commercialise une vaste gamme de vêtements pour hommes, femmes et enfants, notamment des robes, des pantalons, des sous-vêtements, des vêtements d'extérieur et de nuit.
 


KappAhl a commencé à travailler avec les technologies Lectra en 1993 et a été parmi les premières entreprises à adopter Modaris, la solution de modélisme de Lectra, après son introduction sur le marché en 1996. Fin 2006, KappAhl a renouvelé sa confiance envers Lectra en devenant l'un des premiers acteurs du marché de la mode à travailler avec Modaris 3D Fit, la nouvelle solution innovante de prototypage virtuel en 3D de Lectra.

« Treize techniciens sont responsables chez KappAhl du bien-aller, des mesures et du modélisme », explique Lotta Silow, responsable du bureau d'études de KappAhl. « Ils travaillent avec Modaris depuis des années, et après avoir assisté à une démonstration de Modaris 3D Fit en 2005 lors d'un séminaire sur le site industriel de Lectra à Bordeaux, nous avons immédiatement souhaité tester sa capacité à accélérer nos processus de prototypage ».

Accélérer les processus de prototypage

KappAhl a commencé à travailler avec Modaris 3D Fit avant son lancement mondial officiel, en février 2007. Avancée majeure en matière de CAO, cette solution associe informations matières (grâce à une bibliothèque de 120 matières avec, pour chacune, ses caractéristiques mécaniques), patrons 2D et mannequins virtuels 3D paramétrables, permettant ainsi la simulation et la visualisation réaliste de modèles de vêtements en trois dimensions. En utilisant Modaris 3D Fit, les modélistes peuvent vérifier le bien-aller d'un vêtement à l'écran - en vérifiant l'aisance, l'aplomb, les lignes de couture et les proportions dans une grande variété de tissus et de tailles - et finaliser avec précision les spécifications des produits.

Les capacités de Modaris 3D Fit ont permis à KappAhl d'éliminer le processus long et coûteux, de finalisation précise d'un vêtement, et ainsi de réduire le nombre de prototypes physiques réalisés lors de la phase de développement des produits.

«  Nous commençons par créer les patrons dans Modaris, comme auparavant », explique Lotta Silow. « Nous simulons ensuite ce patron dans Modaris 3D Fit, dans lequel nous pouvons contrôler le volume et le tombé du vêtement et le modifier facilement - en déplaçant une couture, en raccourcissant ou en allongeant une pièce, etc. Nous le montrons ensuite au styliste ou à l'acheteur pour bénéficier de leurs idées avant d'assembler le premier prototype. La possibilité de réaliser tous ces ajustements avant de créer un prototype physique rend l'ensemble du processus beaucoup plus rapide. Nous avons immédiatement pu constater que le premier prototype physique était bon, bien meilleur que par le passé ».

KappAhl a testé Modaris 3D Fit sur un ensemble de vêtements. « Pour ces vêtements modélisés avec Modaris 3D Fit, nous avons développé le patron en 2D. Nous l'avons ensuite simulé en 3D, puis envoyé à notre usine en Asie, avant de recevoir le prototype physique et de le tester ici en Suède, sur un mannequin-cabine », poursuit Lotta Silow. « Ce processus a pris six jours, au lieu de six semaines auparavant ».
Modaris 3D Fit a permis à KappAhl non seulement de raccourcir ses cycles de développement, mais également d'en réduire les coûts, en évitant l'assemblage de plusieurs prototypes. « Pour les vêtements que nous avons simulés en 3D, nous réalisions plusieurs prototypes à l'origine », constate Lotta Silow. « Avec Modaris 3D Fit, un seul prototype suffit ! Nous obtenons très rapidement un bien-aller très satisfaisant et nous gagnons beaucoup de temps et d'argent ».

Améliorer le travail collaboratif et la prise de décisions

L'intégration du prototypage et de la visualisation 3D des produits dans le cycle de développement des collections permet également à KappAhl de faciliter le travail collaboratif entre ses modélistes, stylistes, développeurs produits, équipes marketing et ventes, ainsi qu'avec ses sous-traitants, quels que soient leur nombre ou leur implantation. En améliorant la coopération entre les différents participants impliqués dans le développement d'une collection, Modaris 3D Fit contribue également à une meilleure prise de décisions.

Sites des entreprises citées :
http://www.kappahl.com
http://www.lectra.com 


Lockheed Martin renforce ses liens avec la NASA en utilisant Delmia

La mise en œuvre de Delmia de Dassault Systèmes par Lockheed Martin Space Systems (LMSCC), permet au constructeur aéronautique et spatial américain de travailler en plus étroite collaboration avec la NASA (National Aeronautics and Space Administration). Les efforts déployés par les deux sociétés portent plus particulièrement sur la création de maquettes du futur engin spatial Orion, qui sera utilisé dans le cadre de missions orbitales et pour l'atterrissage sur la Lune.
 


Orion, prochain projet d'envergure mené par les Etats-Unis dans le domaine de l'exploration spatiale, s'inscrit dans le cadre du programme Constellation destiné à l'exploration du système solaire. Lockheed Martin et la NASA travaillent en partenariat sur la simulation des facteurs humains, afin de développer le module de commande du système Orion. Les contrats passés avec Lockheed Martin à l'occasion de ce programme sont évalués à environ 4 milliards de dollars. Les chefs de projet de LMSSC précisent que la simulation des différents scénarios potentiels, et les études de compensation qui y sont associées, aident à bâtir des relations de travail et une crédibilité déterminantes dans la réussite de toute collaboration entre des instances gouvernementales et des entreprises. Le logiciel de simulation utilisé est Delmia DPM (Digital Process for Manufacturing) et Delmia V5 Human pour les analyses ergonomiques.

Travaillant directement avec les astronautes, la NASA et LMSSC élaborent à Littleton (Colorado) une maquette numérique de l'engin d'exploration habité, en bénéficiant de l'apport des solutions Delmia. Une maquette physique est également construite au centre spatial Johnson (JSC) de la NASA, à Houston (Texas). La maquette virtuelle facilite et accélère considérablement le développement en reproduisant de façon fidèle la maquette physique en cours de fabrication au JSC. La maquette de Littleton aide en outre à réduire les coûts de développement, en traitant les modifications de façon numérique, sans avoir à intervenir ultérieurement sur les éléments mécaniques et structuraux de la maquette physique. La maquette virtuelle fournit une base technique pour les aménagements destinés à l'équipage, notamment l'espace vital et la configuration des sièges. Elle permet également de s'assurer que les membres d'équipage sont à même de visualiser et d'atteindre les systèmes de commande dans les meilleures conditions. Les simulations mises en œuvre utilisent jusqu'à onze mannequins virtuels et comportent différentes analyses de l'espace disponible pour les mouvements physiques de l'équipage, l'accès aux compartiments de rangement ainsi que l'entrée et la sortie dans l'engin spatial.

Pour Lockheed Martin, les maquettes numérique et physique de l'engin spatial Orion constituent des éléments d'interconnexion clés dans le cadre de sa collaboration avec la NASA. Les données de simulation sont utilisées au JSC pour ajuster la fabrication de la maquette physique grandeur nature. La maquette virtuelle aide également les équipages en formation, et la NASA, à évaluer plus précisément la conception des systèmes de commande. Ces simulations permettent de gagner du temps et de l'argent, puisqu'elles évitent d'avoir à reprendre ou à modifier sans cesse la maquette physique.

Sites des entreprises citées :
http://www.lockheedmartin.com  
http://www.3ds.com/fr/

Jean-François Prevéraud






 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Face à la pénurie de respirateurs artificiels qui guette les hôpitaux français, le Fonds de dotation de la[…]

25/03/2020 | SantéCovid-19
Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Plus d'articles