Nous suivre Industrie Techno

Ils s'équipent

Industrie et Technologies
Voici quelques exemples de sociétés qui viennent de compléter l'équipement de leurs bureaux d'études. Cette semaine : Poclain Hydraulics, Renault, Aesculap SA.

Poclain Hydraulics renouvelle sa confiance à PTC

Poclain Hydraulics, spécialiste français des composants hydrauliques, qui utilise les logiciels Pro/Engineer et Pro/Mechanica de PTC depuis 4 ans pour la conception et la simulation de ses produits vient d'implémenter l'outil de GDT Windchill PDMLink du même éditeur.

' Nous utilisons les logiciels de PTC depuis plusieurs années. C'est donc tout naturellement que nous avons consulté PTC pour la gestion électronique de nos données ', constate Christophe Van Kempen, responsable CAO/GDT de l'entreprise.

Windchill PDMLink sera interfacé avec l'ERP PeopleSoft déjà en place afin de tenir à jour l'information produit. ' Pour nous ces deux solutions sont complémentaires et s'inscrivent dans la même synergie. PeopleSoft donne en effet accès aux nomenclatures et aux informations concernant chaque code article, alors que Windchill PDMLink fournit les informations techniques se trouvant sur les plans. De plus, le Workflow de PDMLink est à la fois souple et extrêmement puissant '.



Moteur hydraulique de la série compacte

Si le principal défi de Poclain Hydraulics était de trouver le moyen de réduire le Time to market, le cahier des charges soulignait aussi d'autres enjeux majeurs pour ce groupe international. Comme par exemple être plus réactif grâce à un accès instantané aux bonnes informations, mieux servir les clients internes en permettant un accès en ligne aux plans tout en contrôlant rigoureusement la diffusion de cette information, ou encore accélérer la diffusion de l'information papier nécessaire à de nombreux services internationaux.

Les premiers déploiements montrent déjà des gains en productivité et en efficacité. Du fait de l'unicité de la base de données pour les trois sites des production, les dessins validés des pièces sont maintenant disponibles partout dans le monde en moins de deux jours, alors qu'il fallait jusqu'à un mois précédemment.

De même, la mise à disposition des données en réseau permet à chacun de travailler, durant la phase de développement, sur la dernière version des plans, ce qui évite de nombreuses erreurs.

Sites des entreprises citées 
http://www.poclain-hydraulics.com
http://www.ptc.com


Renault retient Icem pour le Plan de Forme Intérieur

Renault choisi le logiciel Icem Surf pour le plan de forme intérieur de ses véhicule. Cette étape permet de faire la liaison entre les équipes de design qui définissent le style et les équipes de l'ingénierie qui développent l'ensemble du véhicule.

Après la réussite d'un projet pilote de 6 mois au cours de l'année dernière, Renault a finalement sélectionné Icem Surf parmi les offres de logiciels qu'il avait reçues. Renault s'équipe ainsi de 28 licences utilisateurs Icem Surf, ainsi que des licences de modules optionnels.

'Nous sommes persuadés qu'Icem Surf nous apportera de réels bénéfices dans le développement du design intérieur de nos véhicules, tant en matière de coût que de délai', commente Jean-Pierre Carrion, de la direction du Plan de Forme Intérieur.


'

 

Exemple d'application d'Icem au plan de forme intérieur chez Audi

En plus d'Icem Surf, le contrat comprend plusieurs modules Icem spécialisés, comme Scan Modelling, pour la génération de surfaces à partir de nuage de points 3D, ainsi que des facilités de construction dynamique et de modification de surfaces à partir de surfaces existantes, tel que peuvent l'exiger des projets de design 'face-lift' .

Icem a également fourni son interface de translation directe Icem/Catia pour faciliter la communication des données vers l'outil de CAO retenu par la direction de l'ingénierie.

On ne peut toutefois que s'interroger sur ce choix ponctuel, car l'ensemble du Design et du Plan de Forme Extérieur de Renault sont intégralement équipés avec les logiciels d'Alias.

Sites des entreprises citées 
http://www.renault.com
http://www.icem.com


Aesulap opère avec le PLM de Dassault Systèmes


Aesculap SA, filiale française de B.Braun, spécialisée dans les instruments et les implants médicaux, met en place les outils de Dassault Systèmes dans le cadre de sa démarche PLM.

L'innovation dans la gestion de données techniques et de production est au cœur de la stratégie d'Aesculap SA, afin de garantir une satisfaction de l'environnement normatif sévère du milieu médical, mais aussi afin d'améliorer la prestation de service du site (délai de développement de nouveaux produits et livraison en temps, en qualité et en coût) via, notamment, l'optimisation des moyens logistiques quotidiens.

En effet, Aesculap justifie le déploiement d'une plate-forme PLM par la nécessité de respecter les réglementations internationales, tout en continuant à améliorer ses produits et à réduire ses délais de mise sur le marché. Pour s'imposer sur le marché américain, hautement concurrentiel et exigeant, qui concentre 50 % des ventes d'implants orthopédiques, Aesculap a choisi d'investir dans Catia V5 pour le développement collaboratif de ses produits associé à Smarteam pour la gestion des données produit et du cycle de vie.

Notons que Smarteam comporte un module de mise en conformité avec la réglementation de la FDA américaine (Food & Drug Administration) qui intègre des modèles de formulaires d'autorisations réglementaires. Ceux-ci référencent des milliers de pages d'informations relatives à la revue de conception, aux données du marché et aux données techniques - stockées dans une base de données accessible par Internet, facile d'utilisation et avec des accès limités au moyen de signatures électroniques pour en contrôler l'accès.

Cette plate-forme améliorera la collaboration entre les sites de recherche et développement et ceux de production d'Aesculap en France et en Allemagne. Elle permettra également à l'entreprise de respecter les normes drastiques en vigueur dans le secteur médical (normes ISO 9001, EN 46001).

' Afin de percer sur le marché médical au niveau international, nous avions besoin d'une solution complète pour le développement et la livraison de nos instruments et implants médicaux. En outre, la traçabilité et la qualité sont essentielles afin de pouvoir livrer à nos patients de par le monde plus de 10 000 implants et 150 instruments médicaux différents ', explique Sylvie Plumet, directeur technique d'Aesculap SA.

' L'automatisation des mises à jour lors de la conception ainsi que le suivi du développement, en vue du respect de la multitude de normes médicales internationales, nous permettent de réduire le temps nécessaire pour développer et fournir des instruments orthopédiques de haute qualité.'

La nouvelle plate-forme de développement de produits et de gestion des données va simplifier les processus d'autorisations réglementaires et rationaliser les processus de développement, pour permettre à Aesculap SA de proposer des produits orthopédiques novateurs, tels que les prothèses de la hanche ou du genou, à un plus grand nombre de clients.

Depuis la mise en œuvre initiale de la nouvelle version de cette solution, les délais de développement d'un implant ont été réduits d'une semaine, entraînant une économie de 15%.

Sites des entreprises citées
http://www.bbraun.fr
http://www.ibm.com/fr
http://www.3ds.com

Jean-François Prevéraud

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles