Nous suivre Industrie Techno

Ils s'équipent

Industrie et Technologies
Voici quelques exemples de sociétés qui viennent de compléter l'équipement de leurs bureaux d'études. Cette semaine : Morgan Construction ; Thalès Optronique ; Motorola.


Morgan Construction lamine plus vite avec SolidWorks

Morgan Construction, important fabricant d'équipements pour la sidérurgie basé dans le Massachusetts, a adopté SolidWorks comme logiciel standard de conception mécanique 3D, afin d'accélérer la conception de ses machines destinées aux laminoirs. Cette société utilise également le logiciel d'analyse par éléments finis CosmosWorks et le logiciel de gestion de données techniques PDMWorks. 

Ses objectifs sont de simplifier la conception et l'analyse des produits, d'accélérer leur commercialisation, d'améliorer leur qualité et de renforcer la position dominante de la société au niveau mondial. 

Le passage au 3D avec SolidWorks, alors que l'ensemble de la profession est encore fortement attachée au 2D, nous permet de mieux visualiser et comprendre de nouvelles conceptions de laminoirs. Nous pouvons ainsi commercialiser nos produits plus rapidement tout en améliorant leurs fonctionnalités ainsi que leur fiabilité et en augmentant leur rentabilité. De plus, CosmosWorks nous aidera à réduire les défauts de conception avant la fabrication et la mise en marche de nos équipements, tandis qu'avec PDMWorks nous pourrons facilement gérer et consulter toutes les données de conception que nous générons dans l'ensemble de l'entreprise au niveau international ', explique Dave Pariseau, vice-président en charge des études chez Morgan Construction. 


Le premier projet pour lequel Morgan a utilisé SolidWorks était un nouveau concept : une boîte de vitesses à rapports multiples. Les concepteurs, au tout début de leur apprentissage de SolidWorks, ont mis 20 % de temps en moins qu'avec le précédent système 2D pour concevoir cette boîte à vitesses. Dave Pariseau espère que ce temps continuera de diminuer au fur et à mesure qu'ils utiliseront le logiciel. 

Il compte également améliorer la productivité en reliant directement SolidWorks à une nomenclature, de façon à ce que les sites de production situés aux Etats-Unis, en Chine, au Brésil, en Inde et au Royaume-Uni puissent accéder aux données sur les pièces à partir d'un système commun. Afin d'accélérer le passage de la conception à la fabrication, SolidWorks sera relié à une nouvelle application de FAO. 

L'utilisation de SolidWorks est également un atout pour les ventes et le marketing car elle apporte aux clients et aux prospects des modèles de produits en 3D animés et fournit des images et des informations clés pour la réalisation des manuels d'entretien des équipements. 

Sites des entreprises citées :
http://www.morganco.com/html/home_page/homepage.htm 
http://www.solidworks.fr 

 

Thalès Optronique réduit ses cycles de développement avec le travail collaboratif

La division Optronique appartient au pôle défense du groupe Thalès. Elle compte environ 1000 collaborateurs. Combinant l'optique, l'électronique, les capteurs, les algorithmes de traitement de l'image et les logiciels les plus sophistiqués, l'optronique permet, avant tout, d'obtenir en temps réel, de jour comme de nuit, et dans quasiment toutes les conditions météorologiques, des images présentant une qualité sensiblement identique à celle d'une image de télévision. Ces équipements sont largement utilisés dans de nombreux systèmes d'armes terrestres, aériens et navals.

Dans le secteur de la Défense comme dans tout autre domaine d'activité, la recherche de gain de productivité est une nécessité. C'est pourquoi, la direction technique de la division optronique de Thalès a été particulièrement attentive à l'approche du travail collaboratif proposée par les éditeurs d'outils CAO et SGDT.

Croyant fermement dans l'avenir de cette approche, Olivier Dez, le responsable du bureau d'études, a pris le parti de se lancer dans un challenge qui consistait, non seulement à moderniser leur système de CAO, mais également d'expérimenter le travail collaboratif et la gestion des données techniques.

Après une phase d'évaluation des solutions du marché, Thalès Optronique a retenu à la fois Pro/Engineer et Pro/Intralink de PTC pour remplacer Cadds 5 et Optegra en place depuis le début des années 90, mais aussi Product View et Windchill comme outil de gestion collaborative de données techniques au sein de toute l'entreprise.

Pour Olivier Dez : ' en réalité, le choix de ces outils devait s'appuyer avant tout sur une organisation et des méthodologies qui constituent des maillons essentiels de la réussite des équipes constituées de rôles différents '. En effet, parmi les 75 personnes liées au PLM, on distingue deux grands groupes de travail : d'une part, ceux qui exploitent directement les outils logiciels (BE Produit, BE Bancs & Outillages) et qui sont en relation avec la clientèle interne ; et, d'autre part, un autre groupe constitué de trois cellules (BE Technologies, BE Team et BE dossiers) toutes aussi importantes dans l'organisation.

La première de ces cellules, BE Technologies, est composée d'experts métiers qui garantissent les réflexes métiers, notamment l'analyse fonctionnelle des besoins, les revues de conception et la cotation fonctionnelle.

La deuxième, BE Team (Technologie, Electronique et Assistance Méthodologie) est une équipe d'assistance aux méthodologies appliquées à Pro/Engineer, Pro/Intralink, Product View et Windchill, ainsi qu'au couplage aux serveurs d'impression de GED et d'archivage industriel. BE Team est le garant de l'adéquation entre le métier de bureau d'études et l'utilisation de ces outils. A ce titre, elle est en liaison étroite avec la direction des systèmes d'information de l'entreprise et PTC. Elle travaille également avec la sous-traitance, afin d'assurer une cohérence avec le bureau d'études interne, notamment en terme de qualité et fiabilité des prestations et de transfert des données.

Enfin, la troisième de ces cellules, BE Dossier, est la cellule garante de la pérennité des données, chargée de l'application des règles de gestion de configuration que requiert tout matériel de défense vis à vis des clients étatiques en particulier.

A travers cette organisation, il apparaît une volonté de modernisation qui va au-delà du renouvellement des outils de PLM. Le choix d'un PDM d'entreprise fédérateur, accessible par une large population dans le cadre de l'entreprise étendue, impliquait un changement de culture par rapport aux habitudes de travail de tous les métiers liés à la conception.

Comme on peut l'imaginer, le projet de modernisation des outils PLM au sein de la filiale Thalès Optronique fut un chantier stratégique avec une approche ambitieuse. Mais le plus ambitieux est que cette migration a été réalisée sur un projet réel et d'envergure et non sur un projet pilote.

Pourquoi cette prise de risque ? À cette question, Olivier Dez répond qu'il n'avait pas vraiment le choix. ' Il fallait non seulement honorer les commandes mais également responsabiliser toutes les équipes qui se sont fédérées autour du projet, y compris les équipes de PTC. En effet, le déploiement des nouveaux outils s'est déroulé parallèlement au planning de conception d'une nacelle destinée à plusieurs avions militaires. L'enjeu était de taille car sa conception nécessite pas moins de 150.000 heures d'études '.

Dans le cadre du déploiement de Pro/Engineer, le bureau d'étude, qui possédait une longue expérience des solutions CAO, a bénéficié de l'expertise des consultants PTC et de la solution de migration ATB (Associative Topological Bus). Les avantages de Pro/Engineer ont rapidement été mis en lumière sur le projet Reco NG, notamment la facilité de création et surtout de modifications des éléments de conception ' Ce succès nous a rapidement incité à aller de l'avant et nous avons décidé de déployer Pro/Engineer sur un nouveau segment : la conception de caméra thermique ', précise Olivier Dez.

Concernant la mise en place de Windchill, sa technologie 100% web, garante d'un coût de déploiement faible, a permis de structurer la communication de l'entreprise centrée sur les données techniques produit et de gagner en productivité. ' En effet, le travail à distance est plus efficace par rapport aux solutions de sous-traitance en régie. Avec les outils de point de rencontre, de maquette numérique et de visioconférence, la réunion de travail est plus structurée et les demandes mieux préparées '.

Au final, le pari a donc été gagné. Bien entendu, les solutions Pro/Engineer, Pro/Intralink, ProductView et Windchill avec le partenariat de PTC ont joué un rôle important dans ce succès mais sans pour autant oublier le rôle prépondérant de l'équipe de Thalès Optronique , qui aidé par celles de PTC a su prouver qu'elle était apte à relever un tel défi en s'appropriant en moins de deux ans ces solutions.

' Dans cette dynamique de succès, nous allons déployer les modules Pro/Mechanica, Pro/Cabling, CE Tol et la solution de suivi des compétences des utilisateurs de Pro/Engineer proposée par PTC. Enfin, nous évaluons actuellement la version Wildfire de Pro/Engineer qui couplée à Windchill devrait encore permettre d'améliorer notre efficacité sur les projets ', conclu Olivier Dez.

Sites des entreprises citées :
http://www.thalesgroup-optronics.com/home.shtml 
http://www.ptc.com 

 

Motorola adopte les outils de Cadence pour un circuit reconfigurable en technologie 130 nanomètres

Cadence Design Systems, avec la fourniture des services de développement et d'un flot de conception complet, a aidé Motorola à sortir son premier circuit de calcul intensif reconfigurable très complexe en technologie 130 nanomètres intégrant plus de 62 millions de transistors.

Grâce à cette collaboration, Motorola a pu passer d'un flot n'utilisant pas les outils de Cadence à une méthodologie complètement nouvelle, basée sur la plate-forme de conception de circuits intégrés numériques Cadence Encounter. Ce nouveau flot visant la technologie 130 nm de TSMC a permis à Motorola de tenir un échéancier très serré : 6 semaines de la netliste au tape out. La société a pu ainsi mettre sur le marché le MRC6011, circuit RCF (Reconfigurable Compute Fabric) hautement programmable, en associant la flexibilité et l'évolutivité avec le faible coût unitaire et la faible consommation d'un ASIC.

' Afin de répondre aux besoins de conception grandissants en 130 nm et à la complexité technique de ce circuit de 62 millions de transistors, nous nous sommes tournés vers Cadence pour disposer du meilleur flot back-end du marché ', explique Frédéric Haine, directeur du Networking & Computing Sytem Group de Motorola Europe.

' Grâce à la plate-forme Encounter, nous avons réalisé la convergence temporelle après layout sans déployer trop d'efforts d'intégration, ce qui nous a permis d'atteindre notre objectif dans les temps. L'expertise de l'équipe de développement de Cadence, notamment dans les étapes finales, a été cruciale car elle nous a permis de mettre sur le marché un des circuits intégrés les plus complexes jamais conçu '.

Le circuit RCF MRC6011 de Motorola ouvre une ère nouvelle dans le traitement des signaux. Il s'agit d'un circuit très puissant pour effectuer des tâches complexes en MIPS, grosses consommatrices dans des applications de calculs intensifs telles que le traitement en bande de base pour les stations 2.5G et 3G, les systèmes d'accès réseaux sans fil ainsi que le traitement de signal pour des fonctions avancées telles que les antennes adaptatives (AA) ou la détection multi-utilisateurs (MUD).

Sites des entreprises citées :
http://www.motorola.com/fr 
http://www.cadence-europe.com 

Jean-François Prevéraud

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles