Nous suivre Industrie Techno

Ils s'équipent

Industrie et Technologies
Voici quelques exemples de sociétés qui viennent de compléter l’équipement de leurs bureaux d’études. Leurs responsables nous expliquent leurs motivations. Cette semaine : Sermo PM India ; Huangpu Shipbuilding ; ATDP


Sermo PM India réduit ses temps d’arrêt machines de 50 % avec WorkNC

Sermo PM India, anciennement Perfect Moulds, a été fondée en 1995 en tant que filiale de Voltas Ltd. En 2001, elle est devenue une coentreprise entre Sermo France et Voltas. Sermo France a un chiffre d’affaires qui dépasse les 45 millions d’Euros et fabrique 250 moules par an. Le groupe Sermo appartient aujourd’hui exclusivement au Groupe ARRK, avec un chiffre d’affaires supérieur à 1,8 milliards d’Euros.

Perfect Moulds, aujourd’hui Sermo PM India, spécialisée au départ dans le marché des appareils ménagers, s’est reconvertie, depuis 1999, dans le secteur automobile.
Basée à Pune en Inde, la société compte parmi ses clients indiens : Tata Motors, General Motors, Ford, Honda et Suzuki. Depuis 1999, elle s’est concentrée uniquement sur le marché de l’automobile en fabriquant des moules de taille moyenne, tels que les pare-chocs, les garnitures, les consoles de boîtes de vitesses et les boîtes à gants pour le marché européen.

Environ 50 % de la production de Sermo PM India est destinée à Sermo France, qui assure également le support technique. Au début, les ingénieurs français passaient une semaine sur quatre chez Sermo PM India, mais aujourd’hui leur présence s’est considérablement réduite grâce au programme de transfert de technologies effectué avec succès, ainsi qu’au développement d’un savoir-faire approprié au sein de la filiale. Sermo France continue d’apporter son assistance afin d’optimiser les performances des moules et d’effectuer, avec les clients, les ultimes essais.

Sermo PM India a débuté avec une application CFAO intégrée, dont le but était de simplifier le flux de données CAO et FAO à travers les différents services de l’usine. Gibson Manthopil, responsable Technique de Sermo PM India, précise : « Bien que notre système existant possédait des fonctions puissantes de conception de moules, nous nous sommes rendu compte qu’étant donné la complexité croissante de nos besoins, la partie FAO de notre système intégré ne répondait plus à nos attentes ».

Sermo PM India avait besoin d’un système FAO spécialisé, capable de générer des parcours pouvant enlever rapidement et efficacement de grandes quantités de matière. « Nos interlocuteurs de Sermo France nous ont montré que WorkNC était le système le plus adapté à notre besoin, ce qui nous a permis de limiter le processus d’évaluation ».

Sermo PM India possède un autre système FAO qu’elle utilise en parallèle avec WorkNC, mais pour Gibson Manthopil, WorkNC est plus performant. « Le code CN est bon du premier coup et nous n’avons aucun problème de collision. En outre, les calculs s’effectuent beaucoup plus rapidement avec WorkNC qui tient compte des évolutions du modèle du brut entre les opérations, et l’éditeur graphique de parcours est très puissant ».

Aujourd’hui, la société utilise Catia V5 pour la conception de moules, WorkNC s’interface directement avec ce logiciel. Ceci permet de transférer uniquement les surfaces requises pour l’usinage de la CAO vers la FAO, et de cette façon, d’assurer l’optimisation du modèle en réduisant au minimum la taille des fichiers.
Le temps d’arrêt des machines a été largement réduit depuis l’arrivée de WorkNC. Gibson Manthopil précise : « Avant la mise en place de WorkNC, ce temps d’arrêt représentait 30 % du temps global. Aujourd’hui, dans les cas où nous utilisons WorkNC pour usiner l’acier, ces temps d’arrêt sont réduits de 12 à 15 %. WorkNC est un outil très productif pour les programmeurs CN, parce qu’il leur permet d’obtenir de bons résultats en alliant leur savoir-faire dans le domaine des stratégies d’usinage aux capacités du logiciel ».

Martin Pinto, responsable de la planification, souligne les bénéfices de WorkNC : « La manière dont le logiciel prend en compte le brut entre les différents parcours est un très bon atout. Elle permet d’éliminer les dégagements inutiles. L’édition manuelle des parcours est également un outil indispensable. Si le programmeur trouve une partie d’un parcours dupliqué, il peut la sélectionner et l’éliminer rapidement et aisément, ce qui permet d’optimiser le processus d’usinage et tirer tous les bénéfices de notre savoir-faire ».

« WorkNC nous est devenu quasiment indispensable. Nous sommes très contents des fonctions proposées par ce logiciel. Elles ont aidé nos ingénieurs à obtenir de bons résultats, étant donné la complexité grandissante des moules d’aujourd’hui », conclu Gibson Manthopil.

Sites des entreprises citées :
http://www.sermo.fr
http://www.sescoi.fr


Huangpu Shipyard étend l’utilisation de Cadds 5i

La société chinoise de construction navale CSSC Guangzhou Huangpu Shipbuilding Co. Ltd, basée à Guangzhou, viennent d'annoncer qu’elle étendait son utilisation de Cadds 5i, la solution de PTC dédiée à la construction navale, CADDS, afin d'améliorer ses capacités globales de conception.

Avec cette extension d’implémentation du logiciel, Huangpu Shipbuilding se dote d'une plate-forme de conception de fabrication standardisée, sur la base des solutions PTC dédiées à la construction navale. Huangpu Shipbuilding est convaincu que cette décision va accélérer son processus de mutation vers une entreprise moderne de construction navale, d'envergure internationale.

Figurant parmi les leaders technologiques du secteur fortement concurrentiel de la construction navale en Chine, Huangpu Shipbuilding entretient des relations avec PTC depuis 1999. A cette époque, Huangpu Shipbuilding était le premier chantier naval de la province méridionale de Guangdong à faire l'acquisition de Cadds 5i.
La suite de solutions Cadds 5i permet aux utilisateurs de référencer mutuellement leurs modèles 3D en cours et facilite l'ingénierie simultanée dans le cadre d'une conception entièrement numérisée et d'un environnement de modélisation 3D. Cette application d'entreprise sophistiquée, dédiée à la construction navale, réduit les délais de conception des produits et accélère la mise sur le marché. Avec le nouveau déploiement de Cadds 5i, Huangpu Shipbuilding devrait révolutionner une nouvelle fois la numérisation de ses chantiers navals.

Comme dans toute branche d'activité, l'innovation est un sésame pour les affaires et la croissance. Le secteur de la construction navale se caractérise toutefois souvent par des cycles de développement de produits très longs, dus en grande partie à la subsistance de processus archaïques de conception manuelle. Huangpu Shipbuilding a guidé le secteur vers l'adoption de Cadds 5i, qui offre des fonctionnalités souples de modélisation hybride en 3D et de dessin en 2D, réparties dans une large gamme d'applications, dans le but de soulager la charge de travail des ingénieurs et de leur donner du temps pour se consacrer au développement de produits plus novateurs.

« La mise en œuvre de Cadds 5i va considérablement améliorer nos capacités en matière de recherche et de développement », affirme Guo Yabin, Deputy General Manager chez Huangpu Shipbuilding. « Nous sommes très heureux d'avoir fait de PTC un partenaire stratégique à long terme et sommes persuadés que ceci nous permettra de devenir une entreprise modèle dans le secteur de la construction navale ».

Sites des entreprises citées :
http://www.cssc.net.cn
http://www.ptc.com


ATDP contrôle la qualité des plans de ses commettants avec Inventor

Créée en juillet 2000, la société ATDP a pour vocation de dessiner les plans des outillages qui seront placés sous les presses hydrauliques ou mécaniques des sous-traitants pour façonner les tôles ou obtenir des pièces détachées. La société implantée à Saint-Paul, dans l’Orne, compte aujourd’hui 10 personnes.

ATDP récupère les dessins ou les fichiers Autocad des pièces d’origine fournis par les équipementiers aux sous-traitants. Mais plutôt que de continuer à travailler en 2D, Norbert Papillon, gérant de la société, préfère les importer dans Autodesk Inventor pour travailler en 3D.

« En 3D, nous pouvons examiner les plans sous tous les angles pour contrôler les cotations et les assemblages beaucoup plus rapidement qu’avec la méthode traditionnelle qui pouvait parfois prendre jusqu’à 40 heures pour un outillage » , commente Norbert Papillon. « Or ce gain de temps devient indispensable avec les délais de plus en plus courts qui nous sont accordés. Inventor devient alors un réel outil de contrôle qualité ».

« Nous avons acheté Inventor Series pour orienter l’entreprise vers la 3D », précise Norbert Papillon. « Ce choix s’est révélé judicieux car il nous a permis de proposer des solutions à un équipementier automobile pour la fabrication de plaquettes de frein, chose que nous n’aurions jamais pu faire auparavant ».

Le bilan est donc très positif pour cette PME qui compte bien devenir un véritable bureau d’études externe pour les constructeurs automobiles ou les équipementiers en leur proposant des innovations technologiques sources de gain de temps. Ceci ne pourrait se faire sans une veille technologique active et l’utilisation des logiciels les plus performants.

Sites des entreprises citées :
http://www.autodesk.com

Jean-François Prevéraud

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles