Nous suivre Industrie Techno

Ils s’équipent : Peugeot Sport fait confiance à Altair pour ses structures composites

Jean-François Preveraud
Ils s’équipent : Peugeot Sport fait confiance à Altair pour ses structures composites

© DR

L’écurie de course a choisi la suite HyperWorks pour améliorer les processus de développement de sa voiture de compétition en LMP1, en concevant plus rapidement et de façon plus flexible ses structures composites.

Peugeot Sport, le département sportif de Peugeot, a choisi la suite HyperWorks d’Altair Engineering, afin d'optimiser les processus de développement des structures composites de ses voitures courant en endurance.

« Une des principales raisons qui nous a fait choisir la suite HyperWorks est la convivialité d’HyperMesh, en particulier pour la création de modèles de structures composites », explique Livio Galassi, ingénieur de conception et analyste de structure composites chez Peugeot Sport. « L'interface est très intuitive et facile à appréhender. En outre, je vois beaucoup d’améliorations importantes dans le domaine de la création de modèles composites et dans celui de l'optimisation avec la dernière version de la suite logicielle. Cette nouvelle approche nous donne une conception efficace et plus rapide des pièces composites ».

Peugeot Sport utilise HyperMesh, le préprocesseur de la suite, OptiStruct pour l'optimisation et HyperView pour le post-traitement des données. La suite logicielle est principalement utilisée pour concevoir et optimiser les éléments structuraux des matériaux composites, c'est à dire pour le châssis et la carrosserie de la voiture LMP1 de Peugeot. En particulier dans le développement de voiture de compétition, trouver une manière souple et rapide d’évaluer la conception des pièces composites est essentiel pour améliorer les performances globales de la voiture.

« Une autre raison importante de choisir HyperWorks est le système de licence flexible offert par Altair », ajoute Livio Galassi. « Nous pouvons utiliser les HyperWorks Units dont nous disposons déjà pour toute autre application HyperWorks et nous pouvons également les utiliser pour les produits partenaires de la communauté HyperWorks Partner Alliance. Même si nous ne l'avons pas encore fait, c'est une option à laquelle nous pensons pour réduire nos coûts logiciels. En outre, le support client Altair et la communication vers le client (site internet, newsletter et événements) sont excellents ».

Des problèmes de fabrication

Notons que lors des 24 Heures du Mans de cette année, l’une des voitures engagées par Peugeot Sport a été victime d’un abandon suite à une rupture de la coque composite au niveau de la fixation du triangle de suspension inférieur avant droit, mais il ne s’agissait pas d’un problème de conception. « Nous avons identifié sur la 908 HDi FAP n°3, qui a été contrainte à l’abandon après 2 heures 30 de course, un problème de qualité de fabrication de la coque à ce niveau », explique Bruno Famin, Directeur Technique de Peugeot Sport.

« Cette coque, qui a notamment remporté les 24 Heures du Mans 2009 et les 1000 km de Spa 2010, était – comme tous les châssis 908 – régulièrement contrôlée dans nos ateliers à l’aide de moyens sophistiqués qui nous permettent de détecter des vieillissements ou des endommagements du carbone. C’est ici une malfaçon totalement indétectable qui a provoqué la rupture prématurée et brutale de la fixation ».

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.peugeot-sport.com & http://www.hyperworks.fr
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles