Nous suivre Industrie Techno

Ils renouvellent le concept de repassage

Ridha Loukil

Sujets relatifs :

,
Ce fer inédit a été conçu par Philips pour utiliser une cartouche interchangeable antifroissement développée par Unilever.

Philips dans le petit électroménager. Unilever dans la chimie d'entretien et de soin du linge. Différents, les deux géants néerlandais (Unilever est en fait une société anglo-néerlandaise) n'en sont pas moins animés par le même souci : faciliter le repassage, considéré depuis toujours comme une véritable corvée par les ménagères.

Les deux industriels travaillaient depuis longtemps avec cet objectif. Mais chacun... dans son coin. Philips en améliorant sans cesse ses fers à repasser grâce au design, au contrôle électronique et à l'intégration du vaporisateur d'eau. Le fer à centrale à vapeur représente la phase ultime de cet effort.

Un objectif identique, un travail en commun

De son côté, Unilever intervenait en amont du repassage en recherchant des lessives et des assouplissants capables de limiter la formation de plis et facilitant, ensuite, le repassage par une meilleure glisse du fer sur la fibre. Récemment, l'industriel a développé des agents antiplis et glissants, vaporisés sur le linge par bombes aérosols et activés par la chaleur du fer. Ces produits, moins efficaces que la centrale à vapeur, n'ont pas rencontré le succès escompté. Aussi Unilever s'est-il rapproché de Philips afin qu'ensemble, ils puissent trouver une solution mettant la qualité du repassage professionnel à la portée du grand public. Quitte à revoir la formulation des agents actifs et le mode opératoire.

L'idée de départ était d'utiliser le réservoir d'eau du fer à repasser pour libérer de façon optimale le liquide antifroissement. Les discussions aboutissent finalement à un concept inédit utilisant une cartouche interchangeable insérée dans le fer à repasser pour délivrer les agents actifs. Le projet de fer à repasser Perfective et de la cartouche Robijn est né. Un partenariat exclusif est noué. Un brevet commun est déposé.

Des responsabilités clairement définies

Les deux sociétés se connaissaient préalablement. Elles avaient déjà collaboré pour s'assurer de la compatibilité de l'eau de repassage Vaporesse d'Unilever avec les fers à repasser de Philips. Ce liquide n'est rien d'autre que de l'eau déminéralisée... parfumée. Son but : rendre l'ambiance du repassage plus agréable grâce au parfum dégagé. Mais au niveau efficacité, aucun progrès.

Avec le projet Perfective et Robijn, la collaboration va plus loin. Si le développement proprement dit est mené séparément, les études de marché, les tests, les recherches et le marketing sont conduits conjointement. Chaque étape du développement est validée par les deux parties. Dès le départ, les responsabilités ont été clairement définies. À Philips de développer et de commercialiser le fer à repasser. À Unilever de fabriquer et de vendre la cartouche associée. L'un ne peut fonctionner sans l'autre. Le produit complet combine les deux marques. Que l'aventure se termine par un succès ou un échec, les deux partenaires s'exposent au même risque.

Un partage des connaissances

Les deux sociétés mettent en synergie leur savoir-faire. Unilever a développé le bon activateur en fonction de la chaleur apportée par Perfective. Philips a ajusté la régulation électronique de la température pour que l'activation soit la plus optimale possible. Les améliorations de l'un ont été réalisées sur la base des connaissances apportées par l'autre.

« Il fallait s'entendre sur l'encombrement de la cartouche Robijn. Elle ne devait être ni trop grande, ni trop petite. On s'est mis d'accord sur une capacité de 320 ml. De quoi assurer quatre à cinq semaines de repassage normal, soit environ une quarantaine de vêtements », explique Daniel Berthod, directeur scientifique et technique chez Lever Fabergé, l'unité française d'Unilever en charge des produits d'entretien domestiques et personnels. Il fallait aussi optimiser la formulation des agents actifs, leur concentration et le débit à délivrer au linge pendant le repassage. Unilever a repris ses anciens agents actifs (des silicones cationiques pour l'effet glissant et un polymère cellulosique spécifique contre les plis) en y ajoutant un nouvel activateur qui en optimise la polymérisation par la chaleur du fer.

Philips et Unilever ont choisi les Pays-Bas pour le lancement pilote de leurs produits, en avril dernier. La commercialisation devrait ensuite s'étendre en Europe. Ce partenariat a permis à Philips de franchir une nouvelle étape dans l'innovation et de monter en gamme sur un marché particulièrement concurrencé par les Chinois et autres Asiatiques. Perfective est vendu 99 euros avec deux cartouches. La cartouche Robijn coûte 3,99 euros. Unilever s'ouvre un créneau de produits à plus grande valeur ajoutée, vendus 15 à 20 % plus chers qu'auparavant. Plus que les gains financiers, le groupe attend de ce concept qu'il serve surtout de locomotive, sorte de formule 1, aux autres produits de la marque.

L'apport de PHILIPS

- Son expérience dans le repassage électrique et sa maîtrise de la régulation électronique de la température Le gain - Une montée en gamme sur un marché fortement concurrencé par les Asiatiques

L'apport d' UNILEVER

(La division produits d'entretien domestiques et personnels) - Ses compétences dans la chimie pour le soin du linge Le gain - L'accès à un marché de produits à plus forte valeur ajoutée

LES PARTENAIRES

PHILIPS - La division petit électroménager commercialise notamment des rasoirs électriques, épilateurs, tondeuses, cafetières, bouilloires et fers à repasser. Elle fait partie d'un groupe de 166 500 personnes et 30 milliards d'euros de chiffre d'affaires. UNILEVER - La division produits d'entretien domestiques personnels commercialise des shampooings, déodorants, dentifrices, lessives et autres détergents sous les marques Axe, Dove, Cajoline, Cif, Omo, Rexona, Signal ou Timotei. Le groupe réalise 49 milliards d'euros de chiffre d'affaires avec un effectif de 247 000 personnes .

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0860

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies