Nous suivre Industrie Techno

Ils n'ont pas peur du feu

J.-C. G.

Sujets relatifs :

,
- Les câbles de sécurité doivent non seulement éviter d'aggraver les incendies mais en plus garantir la bonne marche des alarmes et des systèmes d'évacuation.

Connaissez-vous beaucoup d'équipements capables de fonctionner plusieurs minutes plongés dans de l'acier en fusion ? Les câbles, du moins certains, ont cette capacité. Sans viser forcément un tel degré de robustesse, les câbliers ont fortement investi, ces dernières années, dans le développement de produits dits HFFR (Halogene Free Flame Retardant ou Fire Resisting, selon les interprétations du sigle).

Il faut dire que l'enjeu est de taille. Rien qu'en France, un incendie se déclare toutes les deux minutes ! Traversant le plus souvent l'ensemble d'un bâtiment, les câbles constituent alors un important vecteur potentiel des flammes (quand ils ne sont pas à l'origine même du sinistre) et sont en outre susceptibles de générer des fumées à la fois très opaques et toxiques. Pour cette raison, ils sont particulièrement concernés par la CPD, directive européenne sur les produits de construction en cours de mise en place. D'ici peu, ils doivent d'ailleurs faire l'objet d'une norme de test (EN 50399) et d'un tableau de six "euroclasses" relatives à leur réaction au feu (chaleur dégagée, hauteur de flamme, production de fumée...). Ce tableau ira de la classe F (la plus mauvaise) à la classe A (celle des produits qui ne brûlent pas, à isolation mica ou fibre de quartz entre autres). Cette classification aura le mérite de sensibiliser l'ensemble des professionnels du bâtiment au problème de l'incendie. Elle montrera notamment que la plupart des câbles utilisés à ce jour ne sont que de classe E, avec une réaction au feu moins bonne que celle du bois de construction...

Quoi qu'il en soit, une fois ces documents publiés, ce sera à chaque pays de l'Union européenne de définir dans son propre système national la classe des câbles devant être retenue pour tel ou tel type de bâtiments (hôpital, parking souterrain, immeubles de grande hauteur...).

Durée de fonctionnement garantie

La réaction au feu est une chose, la résistance au feu en est une autre. En la matière, les utilisateurs disposent d'ores et déjà d'un classement en cinq catégories (norme de test EN 50200 pour les câbles de moins de 20 mm de diamètre) en fonction de la durée de fonctionnement garantie au coeur de l'incendie : 15, 30, 60, 90 ou 120 minutes. On parle ici de la capacité du câble à assurer le fonctionnement d'un système d'élimination des fumées, d'un dispositif d'alarme ou de signalisation, d'un ascenseur... le temps nécessaire à l'évacuation des personnes menacées.

De tels câbles, dits "de sécurité" (les gammes Acoflam chez Acome, Signilec chez Sagem...), sont aussi dans l'obligation de ne pas dégager de fumées toxiques ou corrosives, et par conséquent de ne pas recourir à des matériaux halogénés (à base de chlore, de fluor...), intéressants du point de vue de la tenue au feu (cas du PVC) mais en contrepartie générateurs de vapeurs acides.

Pour retarder la propagation du feu et éviter au maximum le dégagement de fumées, les câbliers font appel à des isolants dotés de charges spécifiques, comme la magnésie ou le trihydrate d'aluminium. En libérant de l'eau, ces matériaux ont en effet le pouvoir d'abaisser la température et de ralentir la combustion.

Plus radical, le recours aux silicones aboutit à une véritable vitrification de l'isolant, évitant ainsi au maximum la formation de fumées.

LES EXIGENCES

- Réduire la toxicité et le facteur corrosif des fumées - Retarder la propagation du feu - Ininflammabilité

LES SOLUTIONS

> Élimination des halogènes (chlore, fluor...) > Utilisation de charges spéciales (magnésie, trihydrate d'aluminium...) > Utilisation d'isolants minéraux (mica, fibre de quartz...)

Gamme Siliflam THS d'Omerin

- Tenue en température : jusqu'à 1 400 °C - Tension : jusqu'à 600/1 000 V - Section : de 0,22 mm2 à 630 mm2 (monoconducteur) - Nombre de conducteurs : jusqu'à 37

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0863

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies