Nous suivre Industrie Techno

Prix des ingénieurs de l'Année

Il s'envole vers le big data

OLIVIER JAMES
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Il s'envole vers le big data

© Stéphanie Jayet

Emmanuel de Maistre a reçu le Prix des ingénieurs de l'année pour le numérique.

Ceux qui le côtoient peuvent en témoigner : Emmanuel de Maistre a un penchant certain pour l'hyperactivité. Sans même parler de ses goûts personnels pour les activités sportives extrêmes, comme le hockey subaquatique et le funambulisme au-dessus du vide, il est, sur le terrain professionnel, tout aussi difficile à suivre. À 31 ans, il a déjà créé trois entreprises, dont l'opérateur de drones Redbird, et pris la présidence de la toute nouvelle Fédération professionnelle du drone civil. Dans les médias, il est devenu le "Monsieur drone" que tout le monde sollicite, à la faveur d'une réactivité à toute épreuve et d'un entrain communicatif.

Pourtant, ce pionnier des drones civils est issu d'un tout autre univers que celui de l'aéronautique. Passionné par les sciences du vivant, le vibrionnant Emmanuel de Maistre sort en 2005 du cursus Biologie de l'École normale supérieure (Paris). Puis enchaîne avec un mastère spécialisé, HEC-Entrepreneurs, au sein d'HEC Paris. « Il possède la langue de l'entreprise et celle des sciences », résume Alain Bloch, professeur du Cnam et directeur du mastère Entrepreneurs d'HEC Paris. Après un passage par la banque d'affaires Aelios Finance, il intègre ManRos Therapeutics, spin-off du CNRS spécialisée dans les molécules antidégénératives. Puis c'est au sein d'Alderys, une start-up de la chimie verte, que son attrait pour les drones s'éveille. Et que son rôle dans le secteur numérique se profile...

Emmanuel de Maistre préssent le marché potentiel des drones et lance, avec trois collègues, l'opérateur de drones civils Redbird fin 2012, passée depuis de 4 à 15 salariés. La société crée des appareils bardés de capteurs qui enregistrent des données. Puis les équipes de Redbird les retraitent pour les restituer à de grands comptes désireux de gérer plus efficacement leurs réseaux, tels GRTgaz, la SNCF ou encore RFF. En cela, le développement des drones en France aura de plus en plus à voir avec les technologies du numérique. « La valeur ajoutée se situe dans le traitement des informations. Le drone lui-même n'a pas de valeur », estime Emmanuel de Maistre. Pour preuve, il vient d'investir sur fonds propres dans Lokad, une start-up spécialisée dans les logiciels de gestion de big data...

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0971

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Les premiers éléments du cobot que développe l'IRT Jules Verne pour Airbus ont été exposés le 23 mai[…]

Les étudiants ingénieurs de l'UPS Toulouse développent un robot d'inspection de surfaces pour Airbus

Les étudiants ingénieurs de l'UPS Toulouse développent un robot d'inspection de surfaces pour Airbus

Trophées des ingénieurs, éolien offshore, prothèse robotisée … les meilleures innovations de la semaine

Trophées des ingénieurs, éolien offshore, prothèse robotisée … les meilleures innovations de la semaine

Un gravimètre plus précis grâce à la technologie quantique

Fil d'Intelligence Technologique

Un gravimètre plus précis grâce à la technologie quantique

Plus d'articles