Nous suivre Industrie Techno

abonné

Dossiers

Il ouvre les portes de la troisième dimension

Alain Clapaud

Pionnier des jeux vidéo, de la réalité virtuelle et des objets connectés, Sylvain Huet est l'incarnation du touche-à-tout, toujours en avance d'une révolution. Sa dernière aventure, le logiciel 3D Slash, vise à faciliter la création d'objets 3D.

Sylvain Huet est l'ingénieur de toutes les premières. C'est lui qui a conçu l'électronique et le logiciel du lapin Nabaztag, l'ancêtre des objets communicants. C'est aussi lui qui a programmé « Le Deuxième Monde », un univers virtuel lancé par Canal+ Multimédia, bien avant « Second Life ». « Comme beaucoup de gens de ma génération, je suis tombé dans l'informatique à la naissance de la micro. Le Centre mondial de l'informatique, créé par Jean-Jacques Servan-Schreiber en 1981, a joué un grand rôle. C'était un lieu magique pour les enfants. À l'époque, un adolescent pouvait développer seul un jeu et frapper à la porte d'un éditeur. » Ce qu'il fait à 14 ans, en contactant Philippe Ulrich, le fondateur d'ERE Informatique, afin de faire éditer son premier jeu. Cette rencontre scellera leur amitié, qui marquera sa carrière.

En 1993, Sylvain Huet suit ses études à l'École polytechnique. Le réseau internet est encore balbutiant, mais il imagine déjà de l'associer à la 3D. Il se tourne vers Philippe Ulrich, qui a créé une nouvelle société, Cryo Interactive. Le projet du « Deuxième Monde » commence, avec le soutien de Canal+. « Les casques de réalité virtuelle n'existaient encore que dans les laboratoires. Nous devions donc développer en fonction des technologies dont les gens disposaient : des PC sans carte 3D et des modems bas débit. Il fallait être créatif sur les algorithmes. » Cinq ans avant « Second Life », « Le Deuxième Monde », sorti en 1997, proposait aux internautes français de créer un avatar et de se promener dans un Paris virtuel. « Nous avons rapidement fait évoluer le projet pour en faire une boîte à outils de la 3D. C'est ainsi qu'est né le projet Scol [standard cryo online language, ndlr]. L'objectif était de permettre à n'importe qui de créer son propre monde virtuel et de l'héberger chez soi. Toutefois, les outils 3D étaient bien trop complexes pour le grand public. » En 1998, Cryo Interactive entre en Bourse peu avant l'explosion de la bulle internet, qui lui sera fatale.

 

Un jeu d'enfant

 

En 2003, Sylvain Huet fonde amberMind et devient directeur technique freelance pour accompagner les inventeurs et les entrepreneurs à monter des projets innovants. Cette année-là, il est contacté par Olivier Mével,[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N° 1003

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2017 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

Pendant l'été, Industrie & Technologies revient sur plusieurs mois de mobilisation des industriels et des chercheurs pour faire[…]

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Interview

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Plus d'articles