Nous suivre Industrie Techno

abonné

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

Kevin Poireault

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

Ce docteur en biologie moléculaire a une ambition : produire de l’ADN à la demande. Pour y parvenir, sa start-up DNA Script développe une nouvelle méthode de synthèse, la catalyse enzymatique.

Il en est un que le confinement du printemps n’a pas empêché de travailler. Au contraire, Thomas Ybert a parfois pris sur ses week-ends pour se rendre au laboratoire de DNA Script, sa start-up, au Kremlin-Bicêtre, dans le sud de Paris. La pandémie de Covid-19 a été l’occasion pour celle-ci de montrer sa maîtrise de la synthétisation d’ADN en un temps record. En mars, elle a été sollicitée par un équipementier français d’appareils de biologie moléculaire, Easy Life Science (Elice), un institut de santé français et deux américains. « Ils nous ont demandé de leur fournir en urgence des premiers designs d’amorces qu’ils ont trouvés pour qu’ils puissent vérifier s’ils fonctionnent afin de produire le test à grande échelle », relate Thomas Ybert en cette fin juin.

Les amorces d’ADN sont des courts brins d’ADN de synthèse qui sont nécessaires à la RT-PCR, principale méthode pour réaliser des tests de dépistage virologiques. Au début de la pandémie, les principaux fournisseurs d’ADN de synthèse, des chimistes tels que l’américain Integrated DNA Technologies (IDT) et le français Eurofins ont fait face à divers problèmes, comme la suspension des services de livraison (DHL, UPS…) ou l’arrêt de certaines de leurs usines. Thomas Ybert a immédiatement commencé à travailler gratuitement pour « livrer le plus rapidement possible » les labos.

Synthèse enzymatique d'ADN

Le secret de cette rapidité : DNA Script maîtrise la synthèse enzymatique d’ADN. Contrairement à la synthèse chimique, « très précise mais impossible à réaliser sans avoir une thèse en chimie organique et des dizaines d’années d’expérience », cette méthode alternative utilise des enzymes génétiquement modifiées en laboratoire pour « produire des molécules d’ADN de meilleure qualité et de plus grande longueur, sans utiliser de réactifs chimiques, polluants et dangereux », clame l’entrepreneur. Son objectif est qu’elle soit bientôt réalisable directement par ceux qui en ont besoin.

L’idée lui est venue après avoir été à la tête d’un projet avorté entre Total et Amyris, une entreprise américaine de biotechnologies, pour créer du « biojet fuel », un biocarburant pour avions, à San Francisco entre 2010 et 2012. « Un des verrous de ce projet était le manque d’accès rapide aux outils de reprogrammation des micro-organismes, juge-t-il. C’est d’ailleurs le cas pour n’importe quel système biologique. » De retour en France, il constate que « l’engouement pour les énergies renouvelables chez Total est fortement retombé » et s’ennuie chez le pétrolier. « Thomas est chercheur de formation, travailler dans une grande tour à La Défense, ce n’était pas pour lui », témoigne sa femme, Aude,[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1035

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2020 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

Alors que les autorisations de mise sur le marché des vaccins contre le covid-19 doivent être accordées prochainement, les moyens[…]

15/12/2020 | SantéLogistique
Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

Ils mettent des neurones en cages

Ils mettent des neurones en cages

Plus d'articles