Nous suivre Industrie Techno

abonné

Interview

« Il faut développer des solutions de détection adaptées », clame Nicolas Arpagian (Orange Cyberdéfense)

Propos recueillis par Manuel Moragues et Kevin Poireault
« Il faut développer des solutions de détection adaptées », clame Nicolas Arpagian (Orange Cyberdéfense)

Les motivations des pirates ciblant l'industrie peuvent être économiques, crapuleuses ou politiques, selon Nicolas Arpagian. Il est estime urgent de créer des outils spécifiques aux industriels.

Industrie & Technologies : Les cyberattaques de sites industriels se multiplient. Pourquoi ?

Nicolas Arpagian : Avant tout parce que les entreprises industrielles ont changé. Elles étaient conçues comme des forteresses, peu connectées au monde extérieur, s’appuyant essentiellement sur des opérateurs humains. Aujourd’hui, les usines sont beaucoup plus automatisées, informatisées, et leurs frontières techniques sont devenues poreuses avec le recours accru aux sous-traitants, aux prestataires… Les attaquer par voie numérique peut donc s’avérer fructueux. Les pirates en ont pris conscience il y a une dizaine d’années. D’autant que l’impact d’une cyberattaque industrielle – qui viserait par exemple une usine chimique – peut être fort en termes d’environnement ou de santé publique.

Que cherchent ces pirates qui ciblent l’industrie ?

Leurs motivations peuvent être économiques, crapuleuses ou politiques, voire les trois à la fois puisque, souvent, plusieurs acteurs collaborent. Le marché est de plus en plus morcelé : celui qui conçoit un logiciel malveillant n’est pas celui qui l’exploite, ni celui qui en bénéficie. Ce sont des métiers différents, et cela complique le travail de la police. Le commanditaire peut vouloir voler des données, comme de la propriété intellectuelle, ou s’approprier une partie de la puissance du parc informatique de l’entreprise pour miner des bitcoins. Il peut aussi s’attaquer aux automates et aux machines pour bloquer la production et extorquer de l’argent.

S’attaquer à un équipement industriel suppose des compétences pointues…

Certes, mais le pirate crapuleux est un entrepreneur comme les autres. Il va investir du temps et de[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1024

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 d'Industries & Technologies

Nous vous recommandons

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Bertin Nahum veut conquérir le monde avec ses robots chirurgicaux

Portrait du PDG de Quantum Surgical, Bertin Nahum, qui prépare l’arrivée sur le marché de son prochain robot[…]

« En Europe, la difficulté n’est pas tant la création d’entreprises que leur croissance », selon Chahab Nastar, chef de l’innovation d’EIT Digital

Interview

« En Europe, la difficulté n’est pas tant la création d’entreprises que leur croissance », selon Chahab Nastar, chef de l’innovation d’EIT Digital

La maintenance à distance d’Oculavis récompensée à l’EIT Digital Challenge 2019

La maintenance à distance d’Oculavis récompensée à l’EIT Digital Challenge 2019

Pour bien commencer la semaine : L’étage supérieur d’Ariane 6 a son usine 4.0

Pour bien commencer la semaine : L’étage supérieur d’Ariane 6 a son usine 4.0

Plus d'articles