Nous suivre Industrie Techno

iGem 2015 : l'équipe IONIS-Paris 2015 transforme des bactéries en jeu vidéo

iGem 2015 : l'équipe IONIS-Paris 2015 transforme des bactéries en jeu vidéo

L'équipe iGem IONIS

Lancé par le MIT en 2004, le concours annuel iGem dédié aux étudiants vise à promouvoir la recherche en biologie synthétique, qui consiste à concevoir des organismes vivants avec des caractéristiques indédites. Chaque année, les équipes participantes reçoivent au mois de mai le même kit de biobricks (sortes de briques de Lego vivantes). Les candidats ont ensuite tout l’été pour plancher sur leur projet. Ils devront, à la fin du mois d’août, envoyer leurs résultats et leur construction aux organisateurs du concours puis mettre à jour leur Wiki (cahier de laboratoire 2.0) avant la mi-septembre. Les 281 équipes participantes se rejoindront ensuite à Boston le 24 septembre prochain pour la grande finale

Tout au long de l'été, la rédaction d'Industrie & Technologies vous propose de découvrir les projets des huit équipes françaises qui participent à la compétition de biologie de synthèse iGem 2015, dont la grande finale se déroulera en septembre à Boston. Découvrez le projet deBio-Console développé par l’équipe IONIS Paris 2015.

L’équipe IONIS  Paris 2015 est composée de 12 étudiants venant de différentes écoles du groupe IONIS : Sup’Biotech, école des experts en biotechnologies, EPITA, l’école de l’intelligence informatique et E-ArtSup, école de la passion créative. Pour sa première participation à la compétition iGEM, l’équipe a voulu rendre accessible à tous la biologie synthétique en la vulgarisant. Son projet se divise en deux parties.

But du jeu : maintenir en vie sa bactérie

D’une part, l’équipe veut créer une bio-console, un dispositif qui doit permettre de relier le réel au virtuel. Le principe est celui d’un jeu. Sur un écran d’ordinateur, un joueur peut visualiser une bactérie fluorescente et contrôler ses mouvements grâce à une manette. La bactérie est intégrée dans une puce microfluidique préalablement construite sous forme de labyrinthe, et agrandie via un microscope relié à l’ordinateur. Le but du jeu est simple : maintenir sa bactérie en vie le plus longtemps possible en évitant les lasers. La bactérie est en effet contenue dans une bulle avec une capsule biologique contenant des toxines. Cette bulle navigue dans la puce grâce à des fluides contrôlés par la manette du joueur. Si un laser touche la bulle, la capsule s’ouvre et libère des toxines tuant la bactérie.

D’autre part, les étudiants développent une application smartphone sous forme de jeu ludique. Du corps humain, jusqu’au laboratoire, en passant par l’extérieur, les joueurs suivent l’évolution d’une bactérie dans différents environnements. L’application se présente sous forme de mini jeux avec différents niveaux de manière à familiariser les plus jeunes avec le domaine de la biologie synthétique.

Toutes les explications en vidéo !

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Biotechnologies : le LISBP inaugure ses nouvelles installations à Toulouse

Biotechnologies : le LISBP inaugure ses nouvelles installations à Toulouse

Rebaptisé TBI, pour Toulouse Biotechnology Institut, le laboratoire d'ingénierie des systèmes biologiques et des[…]

08/07/2019 | Innovation
Un hydrogel synthétique qui réagit comme un muscle

Un hydrogel synthétique qui réagit comme un muscle

Energy Observer, IA médicale, réacteur Iter… les meilleures innovations de la semaine

Energy Observer, IA médicale, réacteur Iter… les meilleures innovations de la semaine

Le Conseil de l’innovation lance deux grands défis sur la cybersécurité et la bioproduction

Le Conseil de l’innovation lance deux grands défis sur la cybersécurité et la bioproduction

Plus d'articles