Nous suivre Industrie Techno

ICub, l'enfant-robot

ICub, l'enfant-robot

Le robot-enfant ICub, un projet européen de recherche en open-source.

© Jiuguang Wang

Construire son kit robotique et le personnaliser à souhait, c’est ce que permet l’open source ! La rédaction d’Industrie & Technologies a réalisé pour vous une sélection de 5 plateformes robotiques ouvertes pouvant répondre à tous vos besoins. Parmi elles, le robot-enfant ICub, développé au sein de l’Institut italien de technologie dans le cadre du projet européen RobotCup, et déjà adopté par une vingtaine de laboratoires. 

 

Présenté pour la première fois en 2006, le robot open source ICub a été essentiellement utilisé pour des travaux de recherche. Certains de ses concepteurs – 20 laboratoires (dont l’Inserm et l’Université Pierre et Marie Curie) – ont notamment travaillé sur l’idée « d’intelligence incorporée » dans le cadre du projet Robotcup. En d’autres termes, la morphologie des robots jouerait un rôle dans leur cognition et leur développement. Elle influencerait notamment la façon dont il apprend. Ainsi, si ICub ressemble à un jeune enfant, c’est parce que ses concepteurs souhaitent qu’il puisse acquérir, via une enveloppe adaptée lui permettant d’interagir avec son environnement, les connaissances d’un individu âgé de 4 ans.

La technologie

Du haut de ses 1,04 mètre, ce petit humanoïde de 22 kilos, à l’aspect d’un enfant de quatre ans, est totalement open source. N’importe qui peut donc avoir accès à ses plans, en ligne. Il est doté de 53 moteurs qui lui permettent de bouger la tête, les bras et les mains, mais aussi la taille et les jambes. Il peut voir et entendre grâce à deux caméras et deux microphones. Recouvert d’une peau intelligente il est en mesure de sentir si quelqu’un le touche. Des capteurs à chaque articulation (coude, genoux, hanches) lui permettent de situer les différentes parties de son corps dans l’espace. Lorsqu’il se déplace, des accéléromètres et des gyroscopes permettent à ICub de maintenir son équilibre en lui donnant des indications sur sa vitesse de déplacement. Le robot n’est cependant pas autonome. Il est nécessaire de le relier par un câble et il reçoit ses ordres d’un ordinateur extérieur. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Jacques Lewiner "La microfluidique est par essence pluridisciplinaire"

Jacques Lewiner "La microfluidique est par essence pluridisciplinaire"

A l'occasion de la seconde édition du rendez-vous Summer School : Microfluidic for health, organisé du 26 au 30 août, par[…]

29/08/2019 | RechercheMédical
"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

L’IA française se dope au  calcul intensif

L’IA française se dope au calcul intensif

Plus d'articles