Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

IBM livre un supercalculateur refroidi à l’eau

Hugo Leroux
IBM livre un supercalculateur refroidi à l’eau

Les circuits d'eau redfroidissent les microprocesseurs au plus près

© DR

Le géant de l’informatique s’apprête à inaugurer en Allemagne un supercalculateur doté d’un refroidissement à l’eau. Celui-ci affiche une consommation énergétique réduite de 40 % par rapport aux systèmes traditionnels.

Les performances du nouveau supercalculateur livré par IBM au Leibniz Supercomputing Centre (LBZ) de l’Université de Munich ont de quoi donner le tournis. Ses quelque 150 000 cœurs cumulent une puissance de 3 pétaflops - c’est-à-dire 3 millions de milliards d’opérations par seconde - qui en font le plus grand supercalculateur d’Europe, et l’un des plus puissants au monde.

Mais ce supercalculateur baptisé SuperMUC a une autre particularité : il est économe. Grâce à un système innovant de refroidissement à l’eau, il consomme 40 % d’énergie en moins qu’un système traditionnel refroidi à l’air. Il est également dix fois plus compact.

 

        



Un pouvoir de refroidissement 4 000 fois supérieur

En pratique, IBM a conçu le système pour que ses composants actifs – microprocesseurs, modules de mémoire- soient directement refroidis par un circuit d’eau. Par rapport à l’air traditionnellement utilisé comme fluide frigorigène, l’eau possède un pouvoir de refroidissement 4 000 fois supérieur.

SuperMUC s’épargne ainsi l’usage des énergivores groupes de froid destinés à rafraichir l’air. Bénéfice collatéral mis en avant par IBM : l’eau à 45°C sortant du système chauffera les bâtiments du campus pendant l’hiver, allégeant la facture de chauffage d’un million d’euro par an.

Hugo Leroux
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Plan cybersécurité : « C'est un très bon début mais il nous reste du chemin à faire pour répondre au secteur industriel», estime Jean-Noël de Galzain d'Hexatrust

Plan cybersécurité : « C'est un très bon début mais il nous reste du chemin à faire pour répondre au secteur industriel», estime Jean-Noël de Galzain d'Hexatrust

L’augmentation exceptionnelle du nombre de cyberattaques, marquée notamment par celles contre les hôpitaux de Dax et de[…]

« Il faut former beaucoup plus sur les risques de cyberattaques » lance Marc-Oliver Pahl, chercheur à l’IMT Atlantique

« Il faut former beaucoup plus sur les risques de cyberattaques » lance Marc-Oliver Pahl, chercheur à l’IMT Atlantique

Calcul quantique : Les grands industriels font leurs gammes dans la programmation

Calcul quantique : Les grands industriels font leurs gammes dans la programmation

Pourquoi la troisième démonstration de l’avantage quantique est moins spectaculaire mais bien plus rigoureuse

Pourquoi la troisième démonstration de l’avantage quantique est moins spectaculaire mais bien plus rigoureuse

Plus d'articles