Nous suivre Industrie Techno

i-Roobo : les ambitions du consortium japonais aux 100 robots

Thibaut De Jaegher
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

i-Roobo : les ambitions du consortium japonais aux 100 robots

Annoncé le 2 juillet, le réseau japonais des 300 entreprises de robotique devrait lancer 100 robots d'ici 2020. Son président, le professeur Tokuda, dévoile dans un billet posté sur le site du Network Robot Forum (une organisation préfigurant i-RooBO), la manière dont il a pensé cette initiative et les défis qu'elle a relevés. 

 

 

 

«Au Japon, avec le faible taux de natalité et le vieillissement de la société, les changements socio-économiques, les problèmes liés à l'environnement ou à l'énergie, les changements structurels de l'industrie dus à l'introduction rapide des technologies numériques, il existe de nombreux problèmes à résoudre. Il est souhaitable que, tout en maintenant la compétitivité industrielle de notre pays, nous participions à revivifier notre société. (...) Dans ce cadre, les robots constituent un atout majeur surtout si nous réussissons à les faire travailler en réseau et à les intégrer à notre vie quotidienne.» Pour le professeur Tokuda, président du consortium japonais i-RooBO, aucun doute possible. Son pays ne peut pas faire l'impasse sur les robots s'il veut continuer à maintenir son niveau de vie et sa performance économique.

«Technologie phare du Japon», selon ses propres mots, il travaille depuis des années pour créer un réseau des entreprises de robotique. Et il vient de réussir à réunir 300 d'entre elles dans un seul consortium, le i-RooBO network. Pour lui, son initiative apportera trois avantages majeurs :

1. Elle créera de nouveaux modes de vie

2. Elle règlera une série de problèmes sociaux, liés au vieillissement de la population et notamment la question des soins infirmiers

3. Elle fera du Japon le pays en pointe dans ce domaine majeur

Le professeur Tokuda, dans sa lettre d'intention, rappelle bien que le facteur clé pour mettre en place une telle société est la R&D et la normalisation des technologies de robots en réseau. Réglementer et établir des standards de communication entre robots seront deux avantages essentiels pour imposer les technologies japonaises aux autres marchés cibles, en Europe et aux Etats-Unis. Une sérieuse première étape vient d'être franchie avec la création du consortium. Les 300 organisations membres s'étant engagées à concevoir 100 robots de service d'ici 2020 en appliquant les mêmes... standards.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

Interview

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

L'impression 3D gagne du terrain dans l'industrie. Mais son intégration est inégale entre les différents secteurs.[…]

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Plus d'articles