Nous suivre Industrie Techno

Hyperloop Transportation Technologies choisit Toulouse pour son centre de R&D européen

Marina Angel
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Hyperloop Transportation Technologies choisit Toulouse pour son centre de R&D européen

Dirk Ahlborn et Bibop Gresta, les deux fondateurs d'Hyperloop Transportation Technologies (Hyperloop TT),

© Marina Angel

La start-up californienne Hyperloop Transportation Technologies, qui travaille sur le développement d'un nouveau concept de transport à très grande vitesse, souhaite implanter à Toulouse son futur centre de R&D européen. Un accord a été signé avec les collectivités locales et l'Etat.

Les deux fondateurs d'Hyperloop Transportation Technologies (Hyperloop TT), Dirk Ahlborn et Bibop Gresta, ont fait le déplacement à Toulouse pour officialiser ce 24 janvier leur intention d'implanter sur le site de l'ancienne base aérienne de Francazal, leur futur centre de R&D pour l'Europe. Un accord de principe a été signé avec l'Etat, propriétaire des terrains, Toulouse Métropole et le conseil régional Occitanie, pour accompagner ce projet.

Mobiliser l’écosystème toulousain autour de la lévitation magnétique passive

Créée en 2013, Hyperloop TT cherche à développer un concept particulièrement innovant de transport à très grande vitesse, basée sur une technologie dite de lévitation magnétique passive. Concrètement, il s'agit de permettre le transport des biens et des personnes à des vitesses pouvant atteindre les 1 200 km/h, dans des capsules propulsées dans un tube à basse pression. Un concept futuriste, qui mobilise déjà de nombreuses équipes dans le monde dans une dynamique de travail collaboratif à très grande échelle.

L'ambition des dirigeants d'Hyperloop TT en choisissant Toulouse pour leur centre névralgique européen est d'ailleurs avant tout de mobiliser l'écosystème local autour de leur projet. Capitale européenne de l'aéronautique et de l'espace, la métropole d'Occitanie se positionne aussi comme un centre d'excellence dans le domaine des transports intelligents et des systèmes embarqués. « Nous devons encore améliorer notre concept et les expertises toulousaines peuvent nous faire avancer que ce soit sur l'aérodynamisme, les problématiques de gravitation, mais aussi sur les matériaux », a notamment souligné Bibop Gresta.

Une piste d'essais et un démonstrateur center

Outre l'implantation de son centre de R&D pour l'Europe (cf. la vue d'artiste ci-dessous), la start-up californienne souhaite regrouper sur Toulouse un Hyperloop Lab, ouvert aux start-up et partenaires qui souhaitent travailler sur des technologies connexes à leur projet, une Hyperloop Academy, en relation avec les milieux scientifiques et académiques, un démonstrateur center, qui sera une vitrine des technologies mobilisées par le projet et une piste d'essais d’une longueur d'environ 1 km.

 

Les premiers aménagements, qui porteront sur le centre de R&D proprement dit, devraient être engagés dès 2017. Reste cependant à préciser les contours exacts des différents volets de cette implantation toulousaine et leurs montages financiers. Sur ces deux aspects, les deux dirigeants de Hyperloop TT restent discrets. Difficile d'évaluer leurs besoins en termes de surfaces, d'emplois et d'investissements. La création d'environ 50 emplois directs serait prévue en première phase pour le seul volet R&D. « Dans un délai de trois à cinq ans, l'investissement pourrait être de l'ordre de 40 millions de dollars », a toutefois précisé Andres De Lèon, directeur des opérations.

Pour la métropole toulousaine, comme pour la région, ce projet futuriste pourrait devenir le fer de lance du nouveau parc d'activités d'une cinquantaine d'hectares dédié entièrement aux drones, à la robotique et aux transports intelligents, qui est en train de voir le jour sur ce secteur de Francazal, où sont déjà implantés Airborne Concept, positionnée sur les drones et EasyMile et sa navette électrique autonome.  

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Avec Pando, l'Isae-Supaero muscle sa puissance de calcul

Pour accompagner le développement de ses projets de recherche et conforter l'excellence de ses équipes, l'Isae-Supaéro[…]

IMT Mines Alès veut accélérer l'innovation à Toulouse et ailleurs

IMT Mines Alès veut accélérer l'innovation à Toulouse et ailleurs

La robotique agricole en forum international à Toulouse

La robotique agricole en forum international à Toulouse

L' Ecole nationale d'Ingénieurs de Tarbes prend le virage de l'industrie 4.0

L' Ecole nationale d'Ingénieurs de Tarbes prend le virage de l'industrie 4.0

Plus d'articles