Nous suivre Industrie Techno

Hydroquest extrait l’énergie des cours d’eau

Hydroquest extrait l’énergie des cours d’eau

© dr

Pourquoi elle ? La conception de l’hydrolienne offre une maintenance réduite, généralement le principal coût d’exploitation d’une hydrolienne, et permet spécifiquement de récupérer l’énergie des cours d’eau, pour être utilisée localement ou raccordée au réseau.

Date de naissance : 2010

Lieu de naissance : Grenoble (38), incubateur Grain

Fondateur : Jean-François Simon, Thomas Jaquier

Secteur d’activité : Energie

Le jeudi 24 septembre 2015, Hydroquest pouvait annoncer le premier raccordement effectif au réseau d’électricité français d’une hydrolienne, installée à Orléans !

Baptisée HydroQuest River, l’hydrolienne  est l’aboutissement du projet Hydrofluv, initié dans le cadre du progamme Harvest (Hydrolienne à axe de rotation vertical stabilisé) du CNRS. Elle est à axe de rotation vertical et repose sous une barge flottante amarrée au fond du fleuve, afin de faciliter la maintenance et les contrôles. Elle est formée d’une tour composée de deux colonnes contrarotatives munies d’un nombre ajustable de turbines, selon la profondeur du site, d’au moins deux mètres de profondeur. Les turbines sont à "flux transverse", technique adaptée aux basses vitesses, et connectées par groupe à des génératrices à aimants permanents. Les chercheurs ont donné une forme asymétrique aux éléments du carénage bordant les turbines pour créer un effet d’entonnoir permettant d’accélérer le mouvement de l’eau agissant sur les zones motrices des turbines.  

Le système affiche le meilleur rendement énergétique des hydroliennes fluviales actuelles et peut produire de l’électricité à partir d’un flux d’eau s’écoulant à la vitesse de 1,5 m/s, la vitesse d’un court d’eau tranquille, ce que ne permettent pas les systèmes actuels. Pour un flux de 2 à 3 m/s, la puissance de l’installation oscille entre 30 et 50 kW. Le modèle installé à Orléans et raccordé au réseau possède une puissance nominale de 40 kW. Mais en fonction des sites, la firme espère concevoir des hydroliennes basées sur le même principe pouvant atteindre 200 kW. Le coût de production de l’électricité de l’hydrolienne reste toutefois bien supérieur à la moyenne globale française (de 100 à 180 euros/MWh contre 50 euros/MWh) et constitue le frein principal de l’innovation, pour laquelle la société vise le Brésil, la Russie, l’Amérique Latine, l’Asie et l’Afrique, mais aussi les marchés français et Italien. A plus long terme, la société développe aussi un projet de fermes hydroliennes marines.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Navette autonome, laser ultra-puissant, vie des batteries… les meilleures innovations de la semaine

Navette autonome, laser ultra-puissant, vie des batteries… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

12/04/2019 | MITToyota
Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Microsoft IA, cybersécurité IBM, ralenti vidéo… les meilleures innovations de la semaine

Microsoft IA, cybersécurité IBM, ralenti vidéo… les meilleures innovations de la semaine

Toyota et le MIT prédisent la durée de vie des batteries

Toyota et le MIT prédisent la durée de vie des batteries

Plus d'articles