Nous suivre Industrie Techno

Huit traceurs, entre productivité et respect de l'environnement

LUDOVIC DE SAINT-MAIXANT/ TCA redaction@indsutrie-technologies.com
Quelle que soit l'application visée, domaine technique, design ou BTP, le panel des machines d'impression est large, tant sur les technologies que sur les prix. La fourchette varie de 1 500 à plus de 40 000 euros et une profonde analyse de ses besoins s'avère cruciale avant d'acheter.

Les architectes, les designers, les bureaux d'études, les géographes ou encore les artisans sont constamment confrontés aux besoins d'impression en grand format. Pour y répondre, les constructeurs comme Canon, Epson, HP, Océ, Ricoh ou encore Roland proposent des machines capables d'imprimer des documents au format A0 (soit 84,1 x 118,9 cm). Dimension intéressante pour la production de plans, de supports de PLV (publicité sur le lieu de vente) ou encore d'affiches commerciales. À chaque application, correspond une technologie spécifique qui va de l'impression thermique au jet d'encre solvant, de l'écosolvant à l'impression LED (Light emitting diode) monochrome ou couleur. Pour choisir son traceur, l'utilisateur doit jauger ses besoins en termes de vitesse d'impression, de qualité de rendu ou de performances environnementales, sans oublier le prix d'achat et le coût par exemplaire imprimé. « Un moyen simple pour sélectionner une machine est tout d'abord de savoir si on a besoin d'imprimer en couleur ou en noir et blanc et ensuite d'estimer les volumes d'impression mensuels en mètres carrés », conseille Jean-François Maumy, chef de produit chez Xerox.

Les imprimantes monochromes sont les moins chères en coût d'impression et conviennent parfaitement aux bureaux d'études qui produisent des plans filaires. Ces machines s'appuient sur une technologie LED à encre en poudre (toner) qui présente l'avantage d'une impression très productive (jusqu'à sept formats A0 par minute), pour un coût à la page plus faible que celui d'une imprimante à jet d'encre.

Deux technologies d'impression en fonction de l'encre choisie

Les constructeurs proposent en général deux types de machines dédiées soit à une production moyenne (2 à 3 A0/min) soit à une grosse production (à partir de 5 A0/min). Dans le premier cas, le modèle 6604 de Xerox (2,5 A0/min) et son scanner intégré est un classique.

Plus rapide, l'imprimante LP1030 LED de Seiko (3,5 A0/min) autorise l'utilisateur à changer lui-même le tambour photoconducteur. Une première mondiale. À l'échelle supérieure, les traceurs de grosse production intéressent surtout les reprographes et les grands comptes. À ce titre, la MPW 7140 de Ricoh et ses 7 A0 par minute est une des plus rapides du marché. De son côté, la TDS750 de Océ (4,7 A0/min) est dotée de la technologie LED radiant fusing qui supprime le temps de préchauffage. Grâce à elle, un débit de production irrégulier n'influe pas sur la consommation en électricité.

Pour leur part, les imprimantes grand format couleur proposent deux technologies d'impression. CrystalPoint, la plus récente, mise sur l'encre toner couleur proposée par Océ. Grand avantage : une fois imprimé, le document est prêt à l'emploi alors qu'il faut attendre quelques dizaines de secondes avec le jet d'encre aqueux, qui reste néanmoins la technologie la plus répandue. À l'instar des traceurs monochromes, les modèles couleur disposent de multiples fonctions annexes : scanner, plieuse en ligne, prise USB et écran LCD pour éviter de passer par un ordinateur, envoi de fichiers à distance, impression à distance... En témoigne l'imprimante TCS500 d'Océ à jet d'encre couleur qui permet à l'utilisateur de rajouter à ses deux rouleaux d'impression une troisième unité de sorte à diversifier les supports (photo, papier plus ou moins épais, calques) sans avoir à permuter les rouleaux.

Autre atout : toutes les opérations de commande, contrôle et maintenance s'effectuent à l'avant de la machine. Une configuration largement répandue sur le marché, pour le plus grand confort des utilisateurs. « Ils peuvent ainsi exécuter facilement l'ensemble des tâches courantes eux-mêmes, comme le changement de rouleau ou d'encre. Ce qui réduit la durée d'interruption », fait valoir Dominique Trutet, chef de produits chez Océ France, société qui vient d'être rachetée par le groupe Canon.

Pour les applications plus exigeantes en termes de résolution d'impression, mieux vaut passer aux modèles dédiés aux arts graphiques. Ils répondent aux besoins des services commerciaux, marketing ou publicité qui ont à produire des affiches de grand format ou des supports de PLV (publicité sur le lieu de vente). Ces machines se distinguent des précédentes aussi bien par la taille de leur laize (à savoir la largeur du rouleau, jusqu'à 264 centimètres) que par leur qualité d'impression (jusqu'à 2 880 dpi). Comme le gamut (panel de couleur) est beaucoup plus étendu, les traceurs utilisent entre 6 et 12 cartouches d'encre contre généralement 4 pour les traceurs techniques.

Optimiser l'impression en fonction de la vitesse

Pour les utilisateurs qui cherchent à concilier productivité et qualité, il est conseillé de choisir une machine équipée de la technologie à taille de goutte variable. « Ce procédé garantit une précision et un contrôle du point d'impact et permet d'optimiser la qualité d'impression en fonction de la vitesse. Cette technologie implique également une réduction des coûts par une gestion appropriée de la quantité d'encre déposée », explique Elisabeth Vilar-Bothin, responsable des marchés arts graphiques chez Epson. Le fabricant innove d'ailleurs avec sa Stylus Pro WT7900 qui intègre une nouvelle couleur : le blanc. Cette particularité rend possible l'impression sur carton sans procéder à un contre-collage, opération lourde et onéreuse. Une révolution pour les professionnels de l'emballage. Enfin, comme ses concurrents, Epson travaille sur la pérennité des encres aqueuses. Une durée de vie de plus de 200 ans dans des environnements non hostiles est l'objectif.

Les encres écolos doivent encore faire leurs preuves

Parallèlement aux machines fonctionnant aux encres aqueuses, les constructeurs proposent des modèles à jet d'encre couleur dits « solvant », sans eau. Les enseignistes, les peintres en lettres et tout le secteur de la PLV en extérieur se montrent intéressés. Ce type d'encre adhère mieux au support et surtout résiste à l'eau. Mais les solvants en question sont polluants. D'où une offre de machines à base d'écosolvants allégés en composés organiques volatils qui éludent l'installation de dispositif d'aération dans les bureaux ou ateliers. En revanche ces encres écolos affichent des performances moindres. Une alternative existe via les machines fonctionnant à l'encre au latex, mais si elles sont moins nocives elles sont aussi plus gourmandes en électricité.

L'offre en traceurs est si large que les constructeurs ont désormais du mal à se différencier. La bataille se joue beaucoup sur le terrain de la qualité de service post-achat. Certaines formations proposées par les fabricants vont désormais jusqu'à l'organisation de la chaîne d'impression dans son intégralité.

11 830

C'est le nombre d'imprimantes grand format de type filaire vendues pour l'année 2010 en France.

LE PLUS PRODUCTIF

COLORWAVE 600 CHEZ OCÉ Cette imprimante est le seul modèle couleur à intégrer la technologie CrystalPoint proche de celle utilisée pour le monochrome. Ce qui lui confère une capacité de production hors du commun aussi bien grâce à ses six rouleaux de papier en magasin que par sa vitesse d'impression : 31 secondes par A0. Grâce à ses toners, le temps de séchage est immédiat. Par ailleurs, la ColorWave 600 peut intégrer en option un scanner ainsi qu'une plieuse en ligne. De quoi la rendre multifonction. FICHE Format de documents 42 pouces Vitesse d'impression 31 secondes/A0 Résolution d'impression 1 200 x 1 200 dpi Nombre de rouleaux 2, 4 ou 6 Nombre de cartouches 4 Prix à partir de 30 000 euros

LE PLUS POLYVALENT

L25 500 CHEZ HP Cette imprimante se distingue de ses semblables par une technologie d'encre à latex uniquement exploitée par HP. Les encres à latex sont résistantes à l'eau. Outre l'impression sur différents supports comme la bâche ou le vinyle, elles permettent d'utiliser du papier couché. Les résultats sont plus saisissants qu'avec des encres à solvants ou écosolvants. Un facteur différenciateur appréciable. Qui plus est, la L25 500 convient autant aux plans filaires qu'aux impressions type arts graphiques. FICHE Format de documents 60 pouces Vitesse d'impression 10 m²/h Qualité d'impression 1 200 x 1 200 dpi Nombre de rouleaux 2 Nombre de cartouches 6 Prix à partir de 25 000 euros

LE PLUS ÉCOLOGIQUE

STYLUS PRO GS6000 CHEZ EPSON Destinée aux marchés des arts graphiques, la Stylus Pro GS6000 utilise des encres à écosolvants, baptisées Ultra Chrome GS. Il s'agit de la première imprimante à ne pas afficher de symbole « danger » sur ses cartouches. Résultat : la Stylus Pro GS6000 ne nécessite pas d'être installée dans un local doté d'une ventilation spécifique. Également sans nickel, les encres Ultra Chrome GS sont ainsi utilisables dans des endroits confinés. Qui plus est, les huit cartouches couleur garantissent à cette machine un large gamut. FICHE Format de documents 64 pouces Vitesse d'impression 25,3 m²/h Qualité d'impression 1 440 x 1 440 dpi Nombre de rouleaux 1 Nombre de cartouches 8 Prix 26300 euros

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0935

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Mosfet miniature pour l'automobile

Mosfet miniature pour l'automobile

Destinés aux applications de commutation de charge et de gestion d'énergie dans l'automobile, ces Mosfet à canal N 60 et 100 V, en boîtiers SOT-23F à[…]

01/11/2017 | COMPOSANTSÉLECTRONIQUE
Imprimantes de reçus compatibles avec police chinoise

Imprimantes de reçus compatibles avec police chinoise

Microcontrôleurs de faible puissance

Microcontrôleurs de faible puissance

Imprimantes codes-barres industrielles

Imprimantes codes-barres industrielles

Plus d'articles