Nous suivre Industrie Techno

Hemarina fabrique du sang artificiel à partir de vers marins

Juliette Raynal

Sujets relatifs :

, ,
Hemarina fabrique du sang artificiel à partir de vers marins

© dr

[Start-up - entreprises] 

Fondée en 2007 par le docteur Franck Zal et issue de recherches menées au CNRS et à l'université Pierre et Marie Curie,  la start-up Hemarina, basée à Morlaix en Bretagne, s'est penchée sur l'utilisation des arénicoles (des vers marins) pour la fabrication de sang artificiel.

On retrouve, en effet, dans les arénicoles une molécule spécifique qui présente plus de 90% de similarité génétique avec l’hémoglobine humaine et une compatibilité avec tous les groupes sanguins. La start-up bretonne a mis au point une unité pilote d'extraction et de purification de ces molécules et a fait l'acquisition de la Ferme Marine de Noirmouier pour élever ses propres vers.

Cette approche permettrait de répondre à des situations d’urgence lors de transfusions sanguines, par exemple, ou pourrait être utilisée dans le cadre de reconstructions osseuses. 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

Alors que les autorisations de mise sur le marché des vaccins contre le covid-19 doivent être accordées prochainement, les moyens[…]

15/12/2020 | SantéLogistique
Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

Plus d'articles