Nous suivre Industrie Techno

Hanovre (suite) : l’innovation c’est bien, le transfert… c’est mieux

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
Hanovre, 19-24 avril. Suite du compte-rendu de la Foire de Hanovre : on a pu y constater, notamment sur les microtechnologies et les piles à combustible, les mérites du tranfert de technologie.

La foire d’Hanovre, foire des foires, a ceci d’intéressant qu’en quelques dizaines de mètres on passe de l’innovation au produit le plus traditionnel qui semble avoir l’éternité devant lui. Et c’est une impression un peu dérangeante que l’on ressent en voyant le décalage entre les deux. Décalage dû peut-être à l’aveuglement de sociétés qui n’imaginent pas que le progrès des autres est utilisable dans leur domaine.

Une autre raison plus ponctuelle pourrait être la monopolisation par les grands groupes des ressources d’innovation pour des “innovations marketing“ qui mobilisent des milliards qui seraient mieux employés dans d’autres secteurs (voir les microtechnologies et le téléphone ou l’automobile).

Un autre sujet d’insatisfaction dans la visite du hall de la technologie est de voir la duplication des recherches à l’échelon européen.

Est-il vraiment nécessaire de faire de la “recherche“ sur des réseaux de Bragg gravés sur des fibres optiques pour mesurer en continu des déformations alors qu’on a déjà vu ce genre de travaux il y sept ou huit ans ; le principe des barrières réactives pour épurer efficacement une nappe phréatique est mis en œuvre depuis plusieurs années, faut-il encore voir cela présenté comme une innovation ?

 De tels exemples ne sont pas rares, mais peut-être faut-il mettre cela au compte de la pédagogie et ainsi montrer le caractère indispensable de la recherche.

Pour contrebalancer ces impressions négatives il est aussi réjouissant de voir les ponts, c’est à dire le transfert de technologie, entre ce hall de l’innovation et les autres halls industriels, les exemples ne manquaient pas concernant l’énergie, les microtechnologies, les traitements de surface notamment. Ainsi l’IVAM fédération professionnelle des microtechniques rassemblait une quarantaire de sociétés dans les halls 14 et 15.

Autre remarque convergente de plusieurs exposants, aussi bien dans le secteur de l’énergie (piles à combustible et hydrogène) que dans celui des microtechnologies : l’offre technologique est en avance sur la demande du marché. Bien des réalisations sont au stade de prototype industriel et il faut maintenant que les entreprises au contact direct du marché lancent de nouveaux produits.

Ainsi en microtechnologies la société Steag Microparts connaît un développement rapide de 30 %/an du CA et de 10 à 15 %/an du personnel. Créée en 1990, elle devient profitable en 1997 et compte aujourd’hui 300 personnes avec un chiffre d’affaires de 36 M€.

Son développement rapide actuel est dû à la commercialisation d’un dispositif de nébulisation d’un médicament antiasthme de Boehringer Ingelheim mis sur le marché début 2004 après un développement de plus de six ans comme le précise Henning Vogt directeur du marketing de l’activité nébuliseur. Le dispositif pulvérise le médicament en gouttelettes de 6 µm, dimension optimale pour l’inhalation et pendant une durée longue, sans gaz propulseur. Le confort du malade est bien meilleur ainsi et il n’y a pas de gaspillage de produit. La nébulisation est obtenue par impact de deux jets de manière très précise.

Ce savoir faire s’applique de manière plus large dans la technologie Truespray pour toutes sortes de liquides y compris des liquides visqueux. Exemple d’application les laques pour cheveux : la régularité des gouttelettes et la possibilité de travail avec des liquides visqueux réduit d’un facteur 4 la quantité pulvérisée pour un même effet.

 La formulation contient moins de solvants et ceci est transposable à bien d’autres produits, lotions, cirages peintures etc. Cette économie de solvants évite la pollution et réduit les frais globalement.

La société applique son savoir faire en microtechnologies à la microoptique. Le Bilicheck réalisé pour la société américaine Respironic sert à la mesure transcutanée du taux de bilirubine dans le sang des nourissons, ce qui évite les prélèvements (aiguilles, risque d’infection, souffrance etc). Il s’agit d’un microspectromètre très compact dont les applications peuvent être nombreuses hors secteur médical (produits alimentaires par exemple).

ThinXXS est un autre exemple de société dédiée aux microtechnologies comme l’explique Thomas Stange responsable du marketing mais elle n’a pas encore décroché de grosse affaire lui permettant de décoller. Elle lançait à l’occasion de la foire une nouvelle micropompe à membrane actionnée par piezoélectricité et un mélangeur statique en forme de S multiples.

La société compte une trentaine de personnes qui se consacrent aujourd’hui essentiellement à des développements pour des sociétés. Fin 2004 pourrait être lancé un produit pour l’analyse industrielle des eaux.

Faut-il toujours créer sa société en matière de microtechnologies ? Pas forcément répond Ulrich Gengenbach (détaché du centre de recherche de Karlsruhe) qui a créé avec Markus Dickerhof la société Igedi, interface commerciale de MicroWebFab société virtuelle qui rassemble six sociétés spécialisées sur des créneaux particuliers de microtechnologies. L’objectif est de pouvoir répondre globalement à une demande de fabrication d’un appareil comme déjà fait avec un microsystème de bioanalyse pour Stratec-Biomedical. Une action soutenue par le ministère de la recherche allemand BMBF pour créer de telles entreprises virtuelles.

Globalement, on constate que les sociétés allemandes impliquées dans les microtechnologies sont très orientées vers les ressources des matières plastiques la modification de leur surface et les méthodes d’assemblage (comme Microtec qui propose des fabrications de 100 pièces à 100 millions de pièces) alors qu’en France le silicium reste dominant.

Elles s’intéressent aussi beaucoup à tout ce qui est machine d’usinage, d’assemblage, de contrôle comme le montrait la ligne de microproduction présentée par la VDMA fédération allemande des constructeurs de machines et d’installations.

Hydrogène et piles à combustible

Arno Evers sera-t-il un jour décoré pour avoir soutenu le développement de l’hydrogène ? Depuis dix ans qu’il a créé l’espace d’exposition H2/FC sur la foire, le succès est exponentiel : 10 exposants allemands sur 144 m2 en 1995, 114 venant de 24 pays sur 1440 m2 cette année et une centaine de conférences et débats sur cinq jours.

Tous les acteurs importants dans le monde sont là et les visiteurs étaient nombreux. On comptait plus d’américains (13 tous industriels) que de français (9 dont 3 industriels). C’était l’occasion de voir tout ce qui se passe en la matière dans le monde.

Le secteur semble sérieusement s’agiter particulièrement vis à vis de l’Asie (délégation officielle du ministère chinois de la science et de la technologie à Hanovre) puisqu’à la foire de Shangaï en novembre 2004 sera organisée une exposition comparable, qui viendra après Hyforum 2004, forum international de l’hydrogène à Pékin fin mai (très allemand, patronné par la Chine, l’Union européenne et le ministère allemand des transports et de la construction) et la 15 ème Conférence mondiale de l’hydrogène à Yokohama fin juin.

L’Allemagne voit en Chine la possibilité de développer rapidement les applications de l’hydrogène et des piles à combustible. Des allemands qui ont beaucoup travaillé le sujet depuis une vingtaine d’années (production, transport) et qui constatent que leur gouvernement ne les soutient plus tellement comme le souligne Eberhard Behrend de l’association allemande de l’hydrogène et Jobst Hapke de l’association européenne de l’hydrogène.

On peut constater aussi que les grosses régions allemandes (Rhin-Nord-Westfalie ; Bade-Wurtemberg ; Bavière, Hesse) affichent depuis quelques années des initiatives en faveur des piles à combustible.

A entendre plusieurs exposants cette année était marquée par bon nombre d’équipements préindustriels, on n’est plus au stade du démonstrateur. Reste à prendre des décisions, mais qui plongera le premier ?

Au niveau des véhicules Aprilia en collaboration avec le suisse MES-DEA a développé le scooter Atlantic Zero Emission, de 6 kW muni de deux PAC consommant de l’hydrogène pur avec une autonomie de 150 km . Avantage de celles-ci pas d’humidificateur pour la PEM, ni de compresseur ce qui allège et réduit l’encombrement et facilite l’exploitation.

La machine se compare à un scooter de 125 cm3, moins puissante mais avec un couple plus élevé. Une telle PAC est utilisable sur un fauteuil roulant électique comme le présentait l’APPICE association espagnole des piles à combustible.

Nettement plus puissant, le chariot élévateur présenté par Linde doté de PAC de Proton Motor à l’hydrogène pur de 18 kW assisté par des supercapacités il atteint 38 kW. Cette propulsion vient en remplacement direct des batteries classiques sur un chariot.

Autres applications mobiles, une unité pour caméra de télévision professionnelle, des sources auxiliaires (APU) pour différents véhicules (une étude de marché sur les PAC portables vient de sortir réalisée par le VDI, Freesen et Fraunhofer ISE).

En stationnaire aussi les constructeurs se disent prêts pour des sources de sauvegarde (relais téléphoniques) comme Idatech qui commercialisera bientôt une unité de 5 KW 48 Vcc. Sans oublier les applications domestiques : les constructeurs de chaudières Vaillant et Viessmann sont déjà sur les rangs et visent plutôt 2010, mais c’est bientôt.

Tout ne se passe pas toujours facilement dans les piles à combustible. Ceramic Fuel Cell Ltd, société australienne qui affichait de grandes ambitions (générateurs de 10 et 40 kW avec technologie métal-oxyde) il y a quatre ans a changé sa stratégie et s’est réorienté vers de la cogénération plus modeste sur la base de PAC à oxyde solide (SOFC) entièrement céramique fonctionnant au gaz naturel, avec des puissances de 1 kWe et autant en thermique et de 5 kWe.

Christian Guyard

Pour en savoir plus
- Steag Microparts www.microparts.de  et www.truspray.com
- IVAM Fachverband für Mikrotechnik www.ivam.de
- ThinXXS  www.thinxxs.com
- Microtec www.microtec-d.com
- MicroWebFab www.microwebfab.com
- Hydrogen and Fuel Cells Arno Evers www.fair-pr.com
- Association allemande de l’hydrogène www.dwv-info.de
- Proton Motor fuel Cell www.proton-motor.de
- Idatech www.idatech.com
- Etude sur les PAC portables en Europe www.h2report.com
- Ceramic Fuel Cell Ltd www.cfcl.com.au

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles