Nous suivre Industrie Techno

Haïti : Pourquoi Internet tient toujours debout

Haïti : Pourquoi Internet tient toujours debout

© DR

Alors que les réseaux fixes et mobiles de communication ont été sérieusement endommagés par le tremblement de terre, Internet semble tenir le coup. Explications de ce paradoxe.

Pourquoi Internet a mieux résisté que les réseaux de communication vocale fixe et mobile au tremblement de terre à Haïti ? « Une partie de la réponse réside dans le recours au satellite et à la technologie VSAT (Very Small Aperture Terminal )», indique Cosmas Zavazava, chef de la division télécommunications d’urgence à l’Union Internationale des Télécommunications, à Genève.

Cette technologie de communication bidirectionnelle de données à l’aide d’une très petite parabole (75 cm à 1,2 m de diamètre) est utilisée par les ambassades, les équipes de l’ONU, les ONG, les entreprises et même la population locale dans les zones dotées de ce système de communication pour pallier l’absence de réseaux de communication terrestres.

Une deuxième raison tient au fait que les réseaux terrestres de communication ne sont pas totalement détruits. « Certaines parties n’ont pas été endommagées par le séisme. C’est l’explosion de la demande de trafic qui les rend inopérantes. Comme tout le monde appelle pour prendre des nouvelles, le réseau est submergé et ne peut plus prendre les appels. C’est la conséquence du mode de communication synchrone qu’est le téléphone. En revanche, Internet est un mode de communication asynchrone. Les messages électroniques sont toujours acceptés. Mais au lieu d’être acheminés quasi instantanément, ils arrivent à leurs destinataires avec plus ou moins de délai », explique Cosmas Zavazava.

Olivier Cimelière, porte parole d’Ericsson France, invoque une autre raison : la différence de topologie entre Internet et les réseaux mobiles. « Internet utilise des liaisons sous-marines qui arrivent sur des répartiteurs terrestres proches des cotes. La topologie du Net fait que si un répartiteur est détruit, le trafic est aiguillé vers d’autres répartiteurs intacts. Il est possible que toutes les terminaisons n’aient pas été touchées par le tremblement de Terre. Un réseau mobile est, en revanche, plus vulnérable. Il suffit que la partie qui en constitue le centre névralgique soit détruite pour le rendre complètement inopérant. C'est problablement ce qui est arrivé ».

Ridha Loukil

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Lancement réussi pour EDRS-C, le 2e satellite de l’autoroute des données spatiales

Lancement réussi pour EDRS-C, le 2e satellite de l’autoroute des données spatiales

EDRS-C, deuxième nœud du « premier réseau fibre optique de l’espace » initié par Airbus et l'Agence[…]

06/08/2019 | SpatialFibre optique
5G : La France lance son projet d'attribution des fréquences

5G : La France lance son projet d'attribution des fréquences

Internet par satellite : le « Projet Kuiper » d’Amazon étudié par le régulateur américain

Internet par satellite : le « Projet Kuiper » d’Amazon étudié par le régulateur américain

Radiall et le CEA-Leti s'allient pour développer les futures antennes 5G

Radiall et le CEA-Leti s'allient pour développer les futures antennes 5G

Plus d'articles