Nous suivre Industrie Techno

#HackingParis : 50 start-up pitchent à l'Hôtel de Ville

#HackingParis : 50 start-up pitchent à l'Hôtel de Ville

Hier, 130 investisseurs français et étrangers ont investi la salle du Conseil de Paris pour écouter les présentations de 50 entrepreneurs.

© DR

Dans le cadre du premier "Hacking de l'Hôtel de Ville", 50 start-up ont été sélectionnées pour un grand oral dans la salle du Conseil de Paris devant un parterre d'investisseurs français et étrangers, le soir du 20 mai. 

Répétition, stress… L’ambiance était studieuse hier en fin d’après-midi au premier étage de l’Hôtel de Ville de Paris. Estelle Eonet, CEO de Tagattitude, une start-up spécialisée dans les services de "Mobile Money" dans les pays en voie de développement, faisait les cent pas dans le couloir. « C’est la première fois que je présente l’entreprise. J’ai peur de tout oublier » avoue-t-elle. Dans la salle d’à côté, ils sont encore une vingtaine, comme elle, à répéter leur présentation…

Le 20 mai était le jour du grand oral. Cinquante entrepreneurs, triés sur le volet, ont été sélectionnés pour pitcher en anglais leur projet devant un panel d’investisseurs français et étrangers dans un cadre exceptionnel : la salle du Conseil de Paris. L’événement a été organisé par 50 Partners, un programme d’accélération parisien dédié aux start-up, en partenariat avec l’agence Paris&co, dans le cadre du premier Hacking de l’hôtel de Ville. Impulsée par Anne Hidalgo, l’initiative s’articulait autour de quatre rendez-vous : le Start-Up Meet Up, le Start-Up Job Day, un espace d’achat public d’innovation et le fameux 50 Startups Council. Objectif : valoriser le dynamisme de l’écosystème parisien de l’innovation.

Dans la salle du Conseil, chaque participant n’a que trois minutes pour convaincre les investisseurs. Mission : réussir à lever les fonds nécessaires au développement de leur activité. En trois heures, les projets, extrêmement variés, défilent à vitesse grand V sous le contrôle de Jérôme Masurel, cofondateur de 50 Partners. Estelle Eonet ressort de la salle satisfaite. Sa présentation s‘est bien passée. Sur l’estrade, le défilé se poursuit. Maxime Delmotte présente Balibart, une plate-forme en ligne qui regroupe le travail d’une centaine d’artistes. Mohammed Haouache, lui, raconte la création de PopUp Immo, le « Airbnb des magasins éphémères ». Konrad Holubek, cofondateur d’Elbee, retient l’attention de la salle. Sa start-up a mis au point un prototype d’écouteurs sans fil qui permet de contrôler son smartphone par la voix et des mouvements de tête. Sharon Sofer présente, elle, le projet ScientiBox, une box sur abonnement pour vulgariser les sciences auprès des enfants.

Le rythme ne ralentit pas. Romain Behaghel monte sur l’estrade avec une drôle de boîte. Il est le cofondateur de Prêt à Pousser, qui commercialise des kits pour faire pousser des pleurotes dans sa cuisine. Il profite de l’événement pour annoncer le lancement imminent d’un nouveau produit baptisé Lilo sur Kickstarter. Associé à une application mobile dédiée, le dispositif permettra de faire pousser des aromates chez soi tout au long de l’année. On change d’univers avec Seevibes. Présentée par Emilie Proyart, cette start-up  s’est spécialisée dans la mesure "d’audience sociale" de la télévision.

18h25, Niizar Melki est le 50e et dernier entrepreneur à pitcher son projet. Il est à l’origine de l’application SportEasy. Dédiée à toutes les équipes de sport amateur, l'application disponible sur web et mobile permet aux entraîneurs de centraliser toutes les informations liées aux joueurs et d'organiser plus facilement les matchs et les entraînements. L’application aurait déjà séduit plus de 12 000 équipes.

18h30. La première édition du 50 Startups Council est terminée. Tout le monde est épuisé mais personne ne regrette d’être venu. Un investisseur remercie Jérôme Masurel pour cette séance. Il est venu spécialement de Moscou pour assister à l’événement et assure qu’une dizaine de start-up a retenu son attention. Au total, la session a attiré près de 130 investisseurs institutionnels et business angels. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec AI4GEO, CS Group veut créer un Google Earth Engine augmenté

Avec AI4GEO, CS Group veut créer un Google Earth Engine augmenté

Lancé le 10 décembre pour une durée de 4 ans et porté par CS Group, le projet AI4GEO a pour but de créer une[…]

12/12/2019 | 3DEspace
L'open source séduit toujours plus les entreprises françaises et s'impose pour l'IA et la blockchain

L'open source séduit toujours plus les entreprises françaises et s'impose pour l'IA et la blockchain

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Plus d'articles