Nous suivre Industrie Techno

Hacker une voiture pour moins de 15 euros

Julien Bergounhoux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Hacker une voiture pour moins de 15 euros

© Forbes

De plus en plus connectés et autonomes, les véhicules sont aussi plus exposés aux attaques. L'industrie automobile devrait donc s'intéresser de près à la question de la cybersécurité, mais elle semble tarder à prendre cette menace au sérieux. Déterminés à réveiller les esprits, deux chercheurs espagnols vont présenter à une conférence Black Hat à Singapour un outil fabriqué pour moins de 15 euros et qui peut compromettre un véhicule en quelques minutes.

L'industrie automobile ne cesse de s'informatiser, bardant les nouveaux véhicules de puces et de capteurs afin d'améliorer leurs performances, leur confort et leurs capacités multimédia. Mais le contre-coup de ces avancées est une plus grande fragilité aux attaques informatiques, une faille que les constructeurs peinent à prendre au sérieux.

Et pourtant les preuves que les risques sont réels ne manquent pas. Dernier cas en date, les travaux, repérés par Forbes, de deux spécialistes espagnols de la sécurité informatique, Javier Vazquez-Vidal et Alberto Garcia Illera. Ils prévoient de présenter le mois prochain à la conférence Black Hat Asia une méthode pour pirater le système électronique d'un véhicule à l'aide d'un petit dispositif, qui tient dans la paume de la main.

Et point de techniques high-tech requises : c'est un système rudimentaire que l'on peut fabriquer soi-même à partir de produits disponibles sur le marché et pour un coût inférieur à 15 euros. Il ne nécessite de plus que quelques minutes d'installation, et peut même parfois être installé sous la voiture, sans avoir à entrer dans l'habitacle ou à ouvrir le capot, suivant le véhicule visé.

Baptisé CHT, acronyme de "CAN Hacking Tool", l'outil doit être physiquement connecté (par quatre fils) au réseau interne de la voiture via le bus CAN (Controller Area Network). Il peut ensuite être contrôlé à distance pour se livrer à tout un tas de sabotages, allant de l'ouverture des vitres à l'allumage des phares mais aussi les systèmes de freinage ou la direction assistée, suivant le modèle de la voiture.

Et il peut être laissé dormant pour une durée choisie avant de lui faire exécuter ce pour quoi il a été prévu, ce qui, combiné à sa simplicité de fabrication, le rend intraçable.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Comment Renault embarque des fils recyclés à bord de sa nouvelle Zoé

Comment Renault embarque des fils recyclés à bord de sa nouvelle Zoé

Pour sa nouvelle Zoé, Renault utilise un tissu produit à partir de matériaux recyclés. Le résultat d'un[…]

Avec le bi-level equalizer, Sandrine Mubenga veut optimiser et recycler les batteries lithium-ion à moindre coût

Avec le bi-level equalizer, Sandrine Mubenga veut optimiser et recycler les batteries lithium-ion à moindre coût

Comment l’usine de Zwickau s’est transformée pour produire l’ID.3, la nouvelle coqueluche électrique de Volkswagen

Comment l’usine de Zwickau s’est transformée pour produire l’ID.3, la nouvelle coqueluche électrique de Volkswagen

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles