Nous suivre Industrie Techno

GSK renforce sa R&D en France et mise sur les partenariats

Anne-Katell Mousset

Sujets relatifs :

, ,
GSK renforce sa R&D en France et mise sur les partenariats

Le nouveau centre de recherche François Hyafil et son système "Flexilab".

Le groupe pharmaceutique britannique a inauguré lundi, un nouveau centre de recherche dans l'Essonne. Un laboratoire "flexible", vitrine de la nouvelle stratégie R&D de GSK en France : multiplier les partenariats avec la recherche publique.

8 500 mètres carrés de locaux entièrement dédiés à la R&D viennent d’être inaugurés par le groupe pharmaceutique GSK (GlaxoSmithKline) aux Ulis (92). Un investissement de 51 millions d’euros pour ce bâtiment baptisé François Hyafil, du nom de l’ancien directeur scientifique du laboratoire décédé en 2006.

Le centre de recherche concentre les activités mondiales du groupe pour la recherche de nouveaux médicaments concernant les pathologies du métabolisme lipidique. Diabète, obésité et dyslipidémie, une cinquantaine de chimistes et biologistes travaillent sur place pour un budget annuel de 19 millions d’euros. 

Un labo "flexible"

8 500 m² au total, mais surtout 2 300 m² de laboratoires entièrement modulables. Un étage réservé à la chimie, un autre à la biologie ;  avec toutes les paillasses et appareillages sur roulettes. « Si demain on veut entièrement changer la configuration de ce labo, c’est possible », s’enthousiasme Jean-Marie Brusq, chercheur en biologie sur le site.  Entre chaque étage, des plateaux techniques faciles d’accès concentrent toutes les arrivées de gaz, eau et électricité, ainsi que le système de ventilation.

Quant à l’ancien bâtiment, « Nous souhaitons en faire un « hôtel pour chercheurs » », explique Moncef Slaoui, directeur de la R&D du laboratoire britannique. En effet le groupe affiche un objectif clair « doubler la productivité de notre R&D d’ici 2015, tout en conservant le même budget qu’en 2006 », présente Moncef Slaoui. « Il faut diversifier les talents, les idées, les perspectives. A terme 50 % de la R&D de GSK seront sourcés de l’extérieur grâce à des partenariats avec le public ou des start-ups. Le centre de recherche François Hyafil sera une tête de pont ici, en France, pour accéder à cette recherche académique ».

Anne-Katell Mousset
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Variants : l’impact des mutations de la protéine Spike sur l’immunité au Covid-19 en 3 questions

Variants : l’impact des mutations de la protéine Spike sur l’immunité au Covid-19 en 3 questions

Quels sont les liens entre les mutations sur la protéine Spike et l'échappement immunitaire des variants su SARS-CoV-2 ? Une revue[…]

22/06/2021 | Covid-19
Essai clinique de phase 3 pour le traitement anti Covid-19 par anticorps polyclonal de Xenothera

Essai clinique de phase 3 pour le traitement anti Covid-19 par anticorps polyclonal de Xenothera

AstraZeneca : les thromboses pourraient être provoquées par des protéine Spike anormales

AstraZeneca : les thromboses pourraient être provoquées par des protéine Spike anormales

La piste d'un spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

La piste d'un spray nasal pour cibler le virus dès son entrée dans le corps

Plus d'articles