Nous suivre Industrie Techno

À Dunkerque, Grhyd injecte 20% d’hydrogène dans le réseau de gaz naturel

Xavier Boivinet

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

À Dunkerque, Grhyd injecte 20% d’hydrogène dans le réseau de gaz naturel

L’installation Grhyd est composée de trois containers pour l’électrolyse, le stockage et l’injection d’hydrogène dans le réseau.

© Engie

Le 11 juin, le démonstrateur Grhyd a injecté 20% d’hydrogène dans le réseau de distribution de gaz naturel du quartier « Le Petit Village », à Cappelle-la-Grande, près de Dunkerque. Il s’agit du taux maximum que s'était fixé Engie pour son projet de « power-to-gas ».

Le projet Grhyd (Gestion des réseaux par l’injection d’hydrogène pour décarboner les énergies) a annoncé le 11 juin avoir injecté 20% d’hydrogène (en volume) dans le réseau de distribution de gaz du quartier « Le Petit Village », à Cappelle-la-Grande, près de Dunkerque. Après avoir testé l’injection de 6% d’hydrogène, puis des paliers à 10% et 15%, cette nouvelle valeur est le taux maximum envisagé dans le cadre de ce démonstrateur. La suite consistera à tester des variations entre 0% et 20%.

Inauguré en juin 2018 et piloté par Engie, Grhyd vise à tester le « power-to-gas » dans un écoquartier tout neuf. Le principe du « power-to-gas » consiste à utiliser un surplus d’énergie renouvelable pour produire par électrolyse de l’hydrogène, utilisé comme vecteur énergétique. Le gaz obtenu peut être stocké, combiné à du dioxyde de carbone pour être transformé en méthane ou, comme ici, être directement injecté dans le réseau de gaz naturel dans une proportion qui dépend des caractéristiques du réseau et du type d'utilisateurs.

Substituer la ressource primaire fossile

L’hydrogène est produit dans un électrolyseur à membrane échangeuse de protons (PEM) d’une puissance de 50 kW, avant d’être injecté dans le réseau de distribution où il est mélangé au gaz naturel. Le mélange couvre les besoins de 100 logements en termes de chauffage, eau chaude et cuisson. Il alimente également la chaufferie du centre de soins du quartier.

La dilution d’hydrogène dans du gaz naturel permet de substituer une partie de la ressource primaire fossile par une molécule produite à partir d’énergies renouvelables. Mais cela devrait aussi permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Avec 20% d’hydrogène dans le mélange, Engie estime que les émissions de dioxyde de carbone lors de la combustion de gaz pourraient être réduites de 7 à 8%.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Micro-algues : « L’enzyme FAP permet de former en 100 nanosecondes un hydrocarbure entier », clame Damien Sorigue chercheur au CEA

Micro-algues : « L’enzyme FAP permet de former en 100 nanosecondes un hydrocarbure entier », clame Damien Sorigue chercheur au CEA

Sous l’effet de la lumière, l’enzyme Fatty Acid Photodecarboxylase (FAP) permet la production d’hydrocarbure à[…]

Sécurité d’approvisionnement en électricité et objectifs de décarbonation : RTE se montre optimiste pour 2030

Sécurité d’approvisionnement en électricité et objectifs de décarbonation : RTE se montre optimiste pour 2030

Une batterie Li-ion intégrée dans un matériau de structure

Fil d'Intelligence Technologique

Une batterie Li-ion intégrée dans un matériau de structure

Energie finale, CO2 et matériaux : le match voiture électrique contre voiture thermique décrypté

Energie finale, CO2 et matériaux : le match voiture électrique contre voiture thermique décrypté

Plus d'articles