Nous suivre Industrie Techno

Green Touch : vers des réseaux de communication 1 000 fois plus sobres

Ridha Loukil
Green Touch : vers des réseaux de communication 1 000 fois plus sobres

Gee Rittenhouse, directeur de la recherche aux Bell Labs, annonce l'initiative Green Touch.

© DR

Le consortium Green Touch, qui vient d’être créé à l’initiative des Bell Labs, vise à développer une nouvelle génération de réseaux de communication consommant 1 000 fois moins d’énergie que les réseaux actuels.

A l’initiative des Bell Labs, le célèbre centre de recherche d’Alcatel-Lucent, le consortium Green Touch vient de voir le jour avec le soutien des gouvernement des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de la France, du Portugal et de la Corée du Sud. Objectif : développer d’ici à 5 ans les technologies de rupture nécessaires à la construction de réseaux de communication 1 000 fois plus efficaces sur le plan énergétique que les réseaux actuellement en service.

Ouvert à d’autres partenaires académiques et industriels, ce consortium réunit quinze membres fondateurs : cinq opérateurs télécoms (AT&TChina MobilePortugal TelecomSwisscom et Telefonica), trois industriels (Alcatel-Lucent ; Samsung et Freescale), et sept prestigieuse institutions de recherche (Bell LabsCEA-LetiINRIA ; Stanford UniveristyUniversity of MelbourneImec et MIT).

Selon Gee Rittenhouse, directeur de la recherche aux Bell Labs, les réseaux actuels représentent une empreinte écologique de 300 millions de tonnes de CO2 par an, l’équivalent d’un parc de 50 millions de voitures aux Etats-Unis. « Compte tenu de l’explosion du trafic, des usages et des applications sur Internet, l’approche d’amélioration incrémentale adoptée jusqu’ici pour réduire la consommation d’énergie pourra au mieux stabiliser la situation. Pour réduire vraiement l’empreinte écologique, il faut passer à une approche de rupture en développant à partir de zéro une génération de réseau complètement nouvelle, des composants électroniques aux systèmes d’administration en passant par les équipements d’acheminement des données, les protocoles de communication et les logiciels d’application ».

Un premier démonstrateur d'ici 5 ans

L’objectif de réduction de la consommation globale par un facteur 1 000 frappe les esprits par son ampleur. Il découle en fait d’une étude menée par une vingtaine de scientifiques de toutes disciplines des Bell Labs conduisant à la possibilité d’un gain d’un facteur 10 000 si on reconstruisait les réseaux actuels avec les technologies potentiellement les plus efficaces.

Le consortium se donne cinq ans pour aboutir à un démonstrateur. Restera ensuite aux opérateurs télécoms et aux entreprises à décider de renouveler ou non leurs réseaux.

En France, le CEA-Leti va explorer l’utilisation de nouvelles technologies dans le télécoms comme les Mems et Nems, et étudier de nouvelles architectures de puces électroniques dont on pourra éteindre et allumer certains éléments de façon dynamique en fonction des besoins de traitement. Pour sa part, l’INRIA, qui dispose depuis deux ans d’un labo commun avec les Bell Labs, compter se pencher sur des topologies de réseaux autoconfigurables et intelligents, ainsi que sur les systèmes d’administration.

Ridha Loukil

Pour en savoir plus : http://www2.alcatel-lucent.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Zoom sur le slicing, dont Nokia démontre les bénéfices lors de son 5G Smart Campus Event

Zoom sur le slicing, dont Nokia démontre les bénéfices lors de son 5G Smart Campus Event

L’un des bénéfices de la 5G les plus prometteurs pour l’industrie est le slicing, ou découpage en tranche du[…]

15/11/2019 | RéseauxTéléphonie
Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

Pour bien commencer la semaine : La 5G, une rupture en matière de cyber-risques

Pour bien commencer la semaine : La 5G, une rupture en matière de cyber-risques

Pourquoi la 5G est aussi une rupture en matière de cyber-risques ?

Pourquoi la 5G est aussi une rupture en matière de cyber-risques ?

Plus d'articles