Nous suivre Industrie Techno

Grand Ouest : Guerbet, « champion caché » de la R&D

Franck Barnu

Sujets relatifs :

, ,
- L'entreprise est au tout premier rang européen pour les produits de contraste en imagerie médicale. Pour elle, la R&D est vitale.

Importante, la R&D ? « Vitale ! » répond Bruno Bonnemain, responsable du développement de Guerbet. « Les trois derniers produits que nous avons mis sur le marché représentent aujourd'hui 80 % de notre chiffre d'affaires », dit-il. Et c'est bien sûr à la R&D d'aujourd'hui de préparer les revenus de demain.

Guerbet, fondé en 1901, est spécialiste des produits de contraste pour l'imagerie médicale. Le goupe, dont le coeur de l'activité se situe dans l'Ouest entre Lanester et La Rochelle, détient 22 % du marché européen, ce qui en fait l'un des leaders de cette activité. Implanté depuis le début de 2002 aux États-Unis, il vise aujourd'hui à s'installer au Japon pour doper sa part de marché mondiale.

Une des étapes clés du développement du groupe a été la mise au point et la commercialisation d'Hexabrix, l'un des premiers produits de contraste rayons X à basse osmolalité à être commercialisé. Ce produit, issu de la recherche maison, et les royalties qu'il a apportées, ont permis à l'entreprise d'afficher une croissance rapide, et très rentable, entre 1980 et 1990.

Cela dit, ce brevet a joué un mauvais tour à l'entreprise. Les meilleures choses ont une fin. Et, à partir de 1996, date de la tombée du brevet d'Hexabrix, Guerbet a connu une période difficile. Ce qui a conduit, en 1998, à une réorganisation de grande ampleur incluant en particulier une politique ambitieuse en matière commerciale et... de R&D ! Plus question que l'avenir du groupe ne dépende que d'un seul brevet ! Aujourd'hui, cette R&D représente près de 11 % du chiffre d'affaires et croît au rythme de plus de 10 % par an depuis deux ans. Elle occupe quelque 150 personnes sur les 1 100 que compte le groupe. Cible privilégiée, les produits de contraste pour l'IRM, l'imagerie à résonance magnétique.

Une recherche pluridisciplinaire

« Il existe une très forte demande des radiologues pour des produits nouveaux dans trois grands domaines, la cardiologie, la cancérologie et les maladies dégénératives », explique Bruno Bonnemain. Exemple, en cardiologie, la mise au point de produit de perfusion permettant l'utilisation de l'IRM à la place des examens de médecine nucléaire. Ou, en cancérologie, des produits de contraste mettant en évidence l'atteinte de ganglions.

Justement, Guerbet s'apprête à mettre sur le marché un tel produit, le Sirenem, fruit de sa recherche. Une recherche forcément pluridisciplinaire qui réunit chimistes, biologistes, médecins, pharmaciens... Comment sinon découvrir qu'en changeant simplement la taille des particules, un produit de contraste va changer de cible ? Cela n'a, a priori, rien d'évident. C'est pourtant le secret du Sirenem. Les particules d'oxyde de fer (le produit de contraste idéal pour l'IRM), enrobées de dextrane (un polymère) vont se fixer sur le foie. Mais si l'on réduit la taille de ces molécules à quelque 30 nm, elles changent de direction pour se fixer sur les ganglions cancéreux !

On mesure à ce propos l'importance de ces produits de contraste. Ils ne se contentent pas de visualiser des organes. Ils sont aussi capables de mettre en évidence des zones malades.

C'est d'ailleurs cette caractéristique qui fait que Guerbet, qui travaillait essentiellement avec le monde universitaire, a ouvert sa R&D aux fabricants de médicaments et aux fabricants de machines d'IRM. Les produits de contraste participent considérablement aux performances des machines d'IRM, à l'étude des propriétés des médicaments et réciproquement.

Et aussi... Outre le champion, Guerbet, trois autres entreprises ont été nominées pour leur effort en R&D et leur capacité d'innovation.

Eurofins Scientific Spécialité Bioanalyse dans le domaine agroalimentaire, environnement et pharmacie - Numéro 1 européen dans l'analyse moléculaire. Possède 5 000 méthodes d'analyse. - Implantation : Nantes (44) - Chiffre d'affaires 2002 : 161,6 millions d'euros - Effectif : 2 000 personnes Yaccom Spécialité Développement de logiciels pour la téléphonie mobile - Une des toutes premières SSII européennes spécialisée dans ce domaine. Rachetée en début 2003 par le groupe suédois Teleca - Implantation : Chantepie (35) - Chiffre d'affaires 2001 : 2,3 millions d'euros - Effectif : 44 personnes Turboconcept Spécialité Développement de logiciels pour la télévision par satellite (DVB) - Numéro 1 mondial avec 80 % de parts de marché - Implantation : Brest (29) - Chiffre d'affaires 2002 : 315 000 euros (600 000 prévus pour 2003) - Effectif : 77 personnes

L'ESSENTIELQUI SONT LES « CHAMPIONS CACHÉS »

- Depuis juin dernier, notre confrère "L'Usine Nouvelle" débusque, région par région, les « champions cachés ». Que désigne ce terme ? Des entreprises qui excellent dans leur domaine, sont souvent des leaders européens, voire mondiaux, mais que leur taille ou leur spécialisation tient à l'écart de la notoriété. L'objectif de ces dossiers est de vous les faire découvrir. "Industrie et Technologies" s'est associé à l'opération et a choisi de mettre en évidence, parmi ces entreprises, les « champions cachés de la R&D », autrement dit celles qui consentent un effort particulier de recherche.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0851

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2003 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Le projet Bashycat permet de récupérer les métaux contenus dans les catalyseurs des raffineries et des centrales thermiques.Qui dit combustion[…]

01/04/2009 | ENVIRONNEMENTInnovations
Téléphoner sans parler

Téléphoner sans parler

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Plus d'articles