Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Grâce à son one-man-show, Alexandre Artaud remporte la finale nationale de "Ma thèse en 180 secondes"

Grâce à son one-man-show, Alexandre Artaud remporte la finale nationale de

De gauche à droite : Grégory Pacini, Rachida Brahim et Alexandre Artaud.

© DR

Alexandre Artaud s'est qualifié mercredi 3 mai au soir pour la finale internationale du concours de vulgarisation scientifique  "Ma thèse en 180 secondes". Il a séduit le public et le jury en transformant son sujet de thèse sur le comportement des électrons en véritable one-man-show. 

Les startuppers ne sont plus les seuls à se confronter au célèbre exercice du pitch. Mercredi 3 juin, à l’occasion de la finale nationale du concours « Ma thèse en 180 secondes » qui s’est tenue à Nancy, 27 doctorants se sont affrontés. Objectif : exposer leur thèse et convaincre le public en l’espace de trois petites minutes, avec en support une seule et unique diapo. 

Imaginé par l’Université du Queensland, ce concours de vulgarisation scientifique a été repris en 2012 au Québec par l'Association francophone pour le savoir (ACFAS) qui a souhaité étendre ce concept à l’ensemble des pays francophones. En France, la compétition est soutenue par le CNRS et la Conférence des présidents d’université (CPU). C’est la deuxième année qu’elle est organisée.

Hier soir, c’est Alexandre Artaud qui a décroché le premier prix du jury et le prix du public. Finaliste du regroupement Université Grenoble Alpes, il a réussi à transformer son sujet d'étude sur le comportement des électrons à l'interface du graphène (dont les applications industrielles sont de plus en plus nombreuses) et du rhénium en véritable one-man-show. La tâche n’était pourtant pas évidente au vu du titre de sa thèse : "Spectroscopie tunnel à très basse température de graphène sur rhénium supraconducteur".

Vous avez 180 secondes ? On vous laisse découvrir sa remarquable prestation en vidéo :

 

Alexandre Artaud participera, le 1er octobre prochain, à la finale internationale du concours qui se déroulera à Paris. Rachida Brahim, du regroupement Aix-Marseille Université, et Grégory Pacini, du regroupement Sorbonne Paris Cité, qui montent respectivement sur la deuxième et la troisième marche du podium, participeront également à la grande finale.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des bactéries génétiquement modifiées pour produire des hydrocarbures

Des bactéries génétiquement modifiées pour produire des hydrocarbures

Une modification génétique des bactéries de type Escheria coli (E.coli) leur permettant de produire des hydrocarbures volatils[…]

Le Nobel de Chimie 2019 met à l'honneur les pionniers du lithium-ion

Le Nobel de Chimie 2019 met à l'honneur les pionniers du lithium-ion

Face aux GAFA,  PME et grands groupes misent sur les collaborations pour accélérer sur la smart city

Face aux GAFA, PME et grands groupes misent sur les collaborations pour accélérer sur la smart city

À défaut de biocarburants, les micro-algues prolifèrent pour d’autres industries

À défaut de biocarburants, les micro-algues prolifèrent pour d’autres industries

Plus d'articles