Nous suivre Industrie Techno

Grâce à la technologie IO-Link, Ifm electronic veut devenir un champion du logiciel d'automatisation

Kevin Poireault
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Grâce à la technologie IO-Link, Ifm electronic veut devenir un champion du logiciel d'automatisation

Pour convaincre ses clients de l'intérêt d'IO-Link et de son Smartobserver, le groupe allemand a installé un démonstrateur à l'entrée de l'usine Ifm prover, présenté ici par Peter Wienzek.

© Kevin Poireault

Les 29 et 30 octobre 2019, le spécialiste allemand de la détection industrielle Ifm electronic organisait un événement pour son 50e anniversaire. L’occasion pour les deux PDG, fils des fondateurs du groupe, d’afficher leur ambition de transformer leur entreprise de fabrication de capteurs en fournisseur de solutions logicielles globales d’automatisation. Une stratégie qui s'appuie sur la technologie de communication industrielle IO-Link.

Faisant fi du bruit assourdissant des machines de l’usine Ifm Prover, qui fabrique des capteurs industriels destinés aux fluides (détection de niveau, de débit, de pression…), Peter Wienzek, directeur des ventes du groupe Ifm, s’attarde ce mercredi 30 octobre sur un petit boitier connecté à un filtre à particules. Celui-ci permet de collecter les données d’encrassement du filtre et de les envoyer sur une plateforme logicielle développée par Ifm, appelée Smartobserver, directement connectée à l’ERP de l’usine. « Avant, une entreprise externe venait un samedi sur deux pour changer les filtres, commence le guide d’un jour. Mais nous nous sommes rendu compte qu’il fallait les changer beaucoup plus régulièrement. Maintenant que nous avons les données en temps réel, nous les remplaçons tous les deux-trois jours ! »

L’histoire de ce fabricant de capteurs industriels a commencé il y a 50 ans jour pour jour lorsque l’ingénieur Robert Buck et le commercial Gerd Marhofer ont lancé leur premier détecteur inductif dans la petite ville de Tettnang, à quelques kilomètres de l’usine. Aujourd’hui, les deux fils, Martin Buck et Michael Marhofer, qui ont repris le flambeau, veulent franchir un nouveau cap : « De simple fabricant de composants, nous voulons devenir fournisseur de solutions globales. Du hardware, nous voulons passer au software », clame Martin Buck devant un parterre de journalistes invités à Tettnang pour l’occasion.

IO-Link, faire communiquer les capteurs avec l’IT

Le groupe a déjà commencé à lancer toute une série de modules logiciels, intégrés dans la plateforme Smartobserver : « Nous proposons des logiciels qui aident à la maintenance préventive (historisation des événements, alarmes), à l’identification des composants sur la chaîne logistique (track and trace) ou encore à mesurer la consommation énergétique », énumère Laurent Carlion, directeur marketing et technique d’Ifm en France.

Pour préparer ce tournant vers la vente de solutions logicielles, Ifm a aidé au développement, avec une cinquantaine d’acteurs de l’automatisation industrielle, d’IO-Link, une technologie ouverte et normalisée (IEC 61131-9) d’entrées/sorties qui permet une communication point à point entre les capteurs et actionneurs et le reste du réseau de l'usine, de l’automate programmable jusqu’à l’ERP.

Déjà 7 000 produits équipés

Le capteur ou l'actionneur communique avec un maître IO-Link (le petit boitier connecté au filtre dans l’usine d’Ifm Prover) grâce à des bus de terrain (de type Modbus, Profibus, Profinet...). Directement dans le cas de capteurs IO-Link ou via un convertisseur IO-Link lorsque le capteur est analogique. « Le maître est, lui, relié en filaire (Ethernet) à la fois à l’automate pour la production et au monde de l’IT pour envoyer les données jusqu'à l'ERP, en périphérie (edge computing), ou même dans le cloud », précise Laurent Carlion. C'est ce qu'on

« Avant, on sous-exploitait les capteurs : ils ne s'activaient que lorsqu'ils passaient de 99°C à 100°C, par exemple. Avec IO-Link, on peut voir l'évolution de la mesure en temps réel », insiste Peter Wienzek devant l'Energy Tower, une tour connectée à un maître IO-Link et placée à chaque bout de ligne de l'usine d'Ifm prover pour analyser l'état des équipements (consommation d'énergie, détérioration...).

Aujourd’hui, Ifm propose plus de 7 000 produits équipés de la technologie IO-Link – soit « l’offre la plus complète du marché », revendique Laurent Carlion, et développe des maîtres IO-Link depuis 2017. Surtout, les capteurs et actionneurs IO-Link de l'entreprise allemande sont dotés d’un petit logiciel embarqué compatible avec le Smartobserver qui permet au système de restituer les données collectées par le capteur directement sur cette plate-forme logicielle.

Vers le machine learning

Cette stratégie s’est accompagnée du rachat de plusieurs petites entreprises, notamment spécialisées dans le Manufacturing Execution System (MES) pour le paramétrage et le contrôle des données remontées par les capteurs et actionneurs. Désormais, Ifm cherche à améliorer ses logiciels de maintenance prédictive grâce aux algorithmes de machine learning. En France, le choix du groupe s’est porté sur un partenariat avec Dataswati. En Allemagne, l’entreprise a été plus offensive : elle vient de racheter 51% des parts de Statmath, spécialiste de l’analyse des données et du machine learning. Cette nouvelle filiale a rejoint The Summit, le nouveau pôle « Industrie 4.0 » du groupe ifm, situé à Siegen, à 90 km à l’est de Cologne.

Le groupe doit d’ailleurs présenter, lors de la prochaine foire d’Hanovre, en 2020, « une nouvelle gamme de logiciels, baptisée Moneo », amorce Laurent Carlion, sans en dire plus. Peut-être la nouvelle pierre à l’édifice de l’Ifm nouvelle génération, qui espère que la moitié des 2,5 milliards d'euros de chiffres d’affaires visés d’ici à 2030 (contre 880 millions réalisés en 2018) seront réalisés via ses solutions logicielles.

IO-Link en 5 dates

2006 : 14 entreprises fondent le consortium IO-Link
2009 : sortie de la version 1.0 d'IO-Link
2011 : lancement des premiers produits IO-Link
2015 : la norme IEC 61131-9 adoptée par la Commission électronique internationale
2019 : le protocole standardisé OPC UA compatible avec IO-Link

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Comment l’usine de Zwickau s’est transformée pour produire l’ID.3, la nouvelle coqueluche électrique de Volkswagen

Comment l’usine de Zwickau s’est transformée pour produire l’ID.3, la nouvelle coqueluche électrique de Volkswagen

Ce lundi 4 novembre, Volkswagen vient de lancer officiellement la production de l’ID.3, la nouvelle star 100% électrique de la marque,[…]

04/11/2019 | AutomatismesVolkswagen
[Avis d’expert] Des préhenseurs flexibles pour de nouvelles possibilités en robotique

Avis d'expert

[Avis d’expert] Des préhenseurs flexibles pour de nouvelles possibilités en robotique

Pour bien commencer la semaine : un tétraplégique marche grâce à l’IA

Pour bien commencer la semaine : un tétraplégique marche grâce à l’IA

Des robots pour l'A320 : Airbus pousse l'automatisation à Hambourg

Des robots pour l'A320 : Airbus pousse l'automatisation à Hambourg

Plus d'articles