Nous suivre Industrie Techno

Grâce à l'électrochimie mes hublots sont toujours propres !

Industrie et Technologies
Des chercheurs du CNRS et de l'Ifremer ont développé une technique très prometteuse de protection par voie électrochimique des hublots d'appareils immergés.

La formation d'un biofilm est un problème majeur pour la mise en œuvre d'instruments sous-marins basés sur des procédés optiques.

Pour prévenir la genèse des salissures, les chercheurs du Laboratoire interfaces et systèmes électrochimiques (LISE) du CNRS  et de l'Ifremer ont développé un procédé qui empêche la formation de ces dépôts.

Le principe repose sur une électrolyse contrôlée de l'eau de mer qui produit du chlore libre à la surface même de la fenêtre à protéger. Grâce à ce procédé écologique, les hublots des caméras sous-marines restent propres pendant 5 mois.

Le procédé électrochimique développé dans le cadre d'un partenariat CNRS-Ifremer, consiste précisément à recouvrir le hublot à protéger d'un film de dioxyde d'étain (SnO2) servant d'électrode transparente. Cette dernière est polarisée à un potentiel permettant la production localisée d'eau de javel (ou acide hypochloreux, HClO) à partir de l'oxydation des ions chlorures présents dans l'eau de mer.

L'équipe du CNRS a optimisé la composition du film (déposé par pyrolyse de spray) pour obtenir à la fois une bonne conductivité électrique et une durée de vie de plusieurs mois. Une contre-électrode et une électrode de référence complètent le dispositif.

L'Ifremer a adapté le principe à des hublots de caméras sous-marines comportant en façade les trois électrodes. Jusqu'à présent, les essais entrepris sur différents sites ont montré que la protection anodique permettait de maintenir la transparence sur des périodes allant de 3 à 5 mois. Ce dispositif est d'autant plus remarquable qu'il ne présente qu'un faible impact sur l'environnement : l'action antisalissure entraîne uniquement la production de très faibles quantités d'eau de javel au niveau des hublots à protéger.

La gestion des besoins en énergie requis par le mode de protection actif est très importante dans la mise en œuvre du procédé. Des essais de coupure cyclique de la polarisation, avec des durées allant de 10 minutes à quelques heures, ont ainsi été effectués avec succès.

Si un film de dioxyde d'étain n'ayant jamais été polarisé est plongé dans de l'eau de mer, tend à se recouvrir d'un biofilm. En revanche si ce film a été préalablement soumis à une polarisation anodique de durée suffisamment longue avec production de chlore, il conserve un caractère antisalissure après interruption de la polarisation imposée. Ce mode de protection passif a une durée de vie limitée, mais elle peut cependant atteindre plusieurs jours.

Parallèlement à ces travaux sur le verre, les chercheurs étudient la possibilité de déposer un film de dioxyde d'étain conducteur sur des substrats polymères transparents par une technique de dépôt en phase vapeur assisté par plasma (PACVD). Ces études ouvrent à moyen terme des perspectives d'application pour la conception de parois d'aquarium autonettoyantes.

Franck Barnu
(Source CNRS)

Pour en savoir plus
- Contact chercheur : Bernard Tribollet. bt@ccr.jussieu.fr
- Contact département des Sciences chimiques : Laurence Mordenti laurence.mordenti@cnrs-dir.fr

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Afin de permettre aux PME, bureaux d’études et instituts de recherche de franchir un cap en passant au prototypage fonctionnel et[…]

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

Plus d'articles