Nous suivre Industrie Techno

GoPro : les leçons d’une caméra dont vous êtes le héros

Thibaut De Jaegher
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

GoPro : les leçons d’une caméra dont vous êtes le héros

Tout le monde a entendu parler de la GoPro, cette petite caméra que l'on peut porter en toute situation et notamment lors de nos exploits sportifs. Ce que l'on sait moins c'est que cette success-story peut aussi être un exemple en matière de management de l'innovation. Démonstration.

GoPro, vous connaissez ? C’est la caméra dont vous êtes le héros ! Mise au point par Nick Woodman, elle a fait de son inventeur l’un des plus jeunes milliardaires de la planète selon Forbes. Il s’est vendu, depuis le lancement de son premier «device» portable (un appareil photo kodak) plus de 3 millions de ce petit objet apte à faire de vous un incroyable «performeur» dans toutes les disciplines. Le parcours réalisé par GoPro en 12 ans est remarquable à plus d’un titre… Et nous enseigne quelques leçons sur la manière de développer ses innovations. Revue en quatre vertus.

1. La passion

Si Nick Woodman n’avait pas été un «fondu» de surf, GoPro n’aurait sans doute jamais vu le jour. C’est donc sa passion dévorante qui l’a poussé à innover, à créer un objet dont personne n’avait identifié l’utilité avant lui. C’est cette foi qui l’a guidé pendant les deux années (de 2002 à 2004) qu’il a consacrées à la mise au point de son produit. C’est elle qui l’a conduit à remettre sans cesse sur l’ouvrage son innovation pour la rendre parfaite. C’est elle encore qui fait que son produit fait le buzz bien au-delà du surf car elle pousse les fans de toutes disciplines (auto, moto, vélo, karting et même des fans d’industrie) à partager sur les réseaux sociaux les photos (sur Facebook, Instagram, Twitter…) et les vidéos (sur Youtube) de leurs exploits.

Quand l'industrie utilise la Gopro...

 

2. La simplicité.

Quand Nick Woodman eut l’idée de développer son propre appareil photo pour immortaliser ses meilleures sessions de surf en 2002, il ne se doutait sans doute pas que son invention allait faire le tour du monde, et tant mieux. Ce qui fait la force de GoPro, c’est sa capacité à répondre à un besoin simple (réaliser des photos ou des films de qualité dans des conditions extrêmes) et à ne pas se disperser. Si Nick Woodman avait senti d’emblée tout le potentiel de son produit, il aurait sans doute moins bien réalisé son objet. Sa capacité à rester «focus», comme le disent les Américains, a permis de répondre de manière parfaite à son besoin, qui se trouve être aujourd’hui partagé par des millions d’autres personnes. Cette simplicité transparaît aussi dans le produit. Il est extrêmement facile à utiliser. «Je voulais concevoir un produit que l’on oublie totalement une fois en action», répète souvent Nick Woodman. C’est visiblement réussi.

3. La frugalité.

Au moment de lancer GoPro, Nick Woodman n’avait pas un centime en poche. Il a dû emprunter 35 000 dollars à sa mère pour porter sur les fonts baptismaux son entreprise. Doté de faibles moyens, sans fortune personnelle, il doit penser son entreprise et son produit avec les moyens du bord. Sa première usine est donc située dans la pièce de vie de ses parents, sa première «machines-outils» prend la forme d’une bonne vieille machine à coudre (pour fabriquer les attaches et les sangles de fixation) et il acquiert des appareils photos bon marché (des kodaks jetables) pour mettre au point son premier prototype. Cette contrainte s’est transformée en vertu car elle a poussé l’entrepreneur à penser sobrement ses produits, sans artifice. Gopro devrait réaliser cette année 1 milliard de dollars de chiffre d’affaires

4. La générosité.

S’il a mis deux ans à mettre au point son innovation, Nick Woodman a aussi su profiter de «sa» communauté pour tester son produit. Ses amis surfeurs ont clairement servi de bêta testeurs. C’est pour eux, par générosité en quelque sorte, qu’il a mis au point ce produit. Chacun ayant «sa» préférence sur la manière de porter la caméra, cette générosité l’a conduit à multiplier les accessoires. Une vertu autour de laquelle il a su construire un business model très performant : au-delà des GoPro, il vend aussi toute une gamme d’accessoire pour customiser les caméras et les adapter à toutes les disciplines sportives. Une générosité qui fait qu’aujourd’hui, la GoPro est devenue la caméra la plus vendue au monde, loin devant les acteurs historiques de ce secteur.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

"Il faut se lancer dans l'innovation parcimonieuse", lance Alain Cappy, ancien directeur de l'IEMN et de l'Ircica

Interview

"Il faut se lancer dans l'innovation parcimonieuse", lance Alain Cappy, ancien directeur de l'IEMN et de l'Ircica

Alors que la loi de Moore ne permet plus de gagner en performances à énergie constante, l'explosion de l'industrie du[…]

Grâce au neuromorphique, la rétine artificielle de Prophesee réinvente la vision

Grâce au neuromorphique, la rétine artificielle de Prophesee réinvente la vision

Le neuromorphique place les mémoires plus près du coeur

Analyse

Le neuromorphique place les mémoires plus près du coeur

Au bout de la logique neuromorphique

Au bout de la logique neuromorphique

Plus d'articles