Nous suivre Industrie Techno

Google, espion des temps modernes ?

Google, espion des temps modernes ?

© D.R.

Le moteur de recherche mondial a fait l'objet d'une enquête de la Federal Communications Commission, l'équivalent américain de la Cnil. Le New York Times livre un article fouillé sur le sujet. La direction savait-elle qu'elle collectait, durant sa campagne de cartographie Street View, les données privées d'usagers, interceptées avec leurs communications sans-fil de millions de domiciles ? Après plusieurs obstructions à l'enquête, la firme a fini par admettre qu'elle possédait des informations sensibles, comme des e-mails dans leur intégralité. Mais pour l'heure, la faute revient entièrement à l'ingénieur en charge du projet, désigné comme le seul responsable de la dérive du projet. La situation se résout maintenant au cas par cas, avec des demandes de suppression de données dans certains pays, et des procédures pénales dans d'autres.

RÉFÉRENCES : New York Times, 16 avril 2012, « Unanswered Questions in F.C.C.'s Google Case »

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0944

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

L’Ile-de-France annonce 2,5 millions d’euros pour soutenir des projets de technologies quantiques

L’Ile-de-France annonce 2,5 millions d’euros pour soutenir des projets de technologies quantiques

Puisque le plan quantique français traîne, la région Ile-de-France en profite pour accélérer dans le domaine. La[…]

Le multi-cloud européen Gaia-X présente sa première mouture

Le multi-cloud européen Gaia-X présente sa première mouture

Vers une plateforme de métrologie et d’essais dédiée à l’intelligence artificielle avec le LNE

Vers une plateforme de métrologie et d’essais dédiée à l’intelligence artificielle avec le LNE

Atos s’allie avec la start-up Pasqal pour développer un accélérateur quantique à 50 qubits d'ici deux ans

Atos s’allie avec la start-up Pasqal pour développer un accélérateur quantique à 50 qubits d'ici deux ans

Plus d'articles