Nous suivre Industrie Techno

Google décerne 5 "Golden Awards" à ses ballons Loon

Séverine Fontaine
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Google décerne 5

Google décerne des "Golden Awards" à 5 de ses ballons stratosphériques du Projet Loon.

© Wikimedia commons

"The Marathoner", "Global Traveller", "Sprint Star", "The Frosty Survivor", "High-Flier" ... Pour fêter son année technologique, Google s'est amusé à décerner 5 prix à ses ballons stratosphériques du Projet Loon. Une façon amusante de montrer au public les performances de ses gros satellites gonflables.

 

Pour fêter la fin de l'année 2014, Google a décidé - par le biais du compte Google+ Project Loon - de réaliser un "Golden Balloon Awards" récompensant les performances de ses propres ballons ! Ces ballons stratosphériques de 15 mètres de diamètre permettraient au géant américain de connecter les endroits les plus reculés du monde. Ceux-ci peuvent transmettre des données à un débit équivalent à la 3G sur près de 40 kilomètres autour d'eux et jusqu'à 20 kilomètres au-dessus du sol. Récemment,  ce boulimique de technologies (spatiales) a envoyé 30 ballons pour tester ce système en Nouvelle-Zélande.

De quoi, effectivement, faire le point - en décernant des "Golden Awards" - sur les performances de ses gros satellites gonflables : 

#1 - The Marathoner

Ce ballon stratosphérique, lancé en juillet 2014 depuis la Nouvelle-Zélande, est resté pendant 134 jours en altitude avant de se poser au Chili. La surveillance constante de ce ballon, dont les données recueillies sont importantes pour les ingénieurs, permettra de renouveler ce "succès" avec les prochains ballons.

#2 - Global Traveller

Partant du Brésil le 24 juin 2014, celui-ci a parcouru 23 pays différents à travers l'Amérique du Sud, l'Afrique, l'Asie et l'Océanie pour tester la technologie LTE. 

#3 - Sprint Star

Ce ballon peut atteindre la vitesse de 324 km/h en déplacement et réduire sa vitesse aux alentours de 67 km/hm. Ce qui lui permettrait de passer rapidement d'un endroit à un autre de la planète et de s'attarder sur d'autres. 

#4 - The Frosty Survivor

En voyageant sur la frontière argentine-chilienne, ce ballon a dû supporter des températures avoisinant les - 83° C dans la stratosphère. L'équipe du projet explique dans le post sur Google + que le froid peut rendre l'enveloppe du ballon cassante et fragile. Les ballons ont été auparavant testés à des températures extrêmement basses pour s'assurer qu'ils étaient suffisamment solides pour supporter de longs voyages. 

#5 - High-Flier

L'altitude record du ballon stratosphérique de Google est 25,9 kilomètres, contre 20 kilomètres annoncés. Celui-ci a été atteint lors d'un voyage au-dessus de l'Océan Pacifique Sud. L'équipe explique que le contrôle de l'altitude est très important pour des ballons de manœuvres, car à certaines altitudes le vent a une vitesse et direction différentes que les algorithmes doivent prévoir. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Elle partage sa foi dans le code

Focus

Elle partage sa foi dans le code

Ce drone évite un ballon sans ralentir

Analyse

Ce drone évite un ballon sans ralentir

Masméca éprouve le navire vert

Dossiers

Masméca éprouve le navire vert

Plus d'articles